cheek_societe_habillage_desktop

société

Dossier Nouveaux féminismes / En partenariat avec le CFPJ

Se foutre à poil, une nouvelle arme féministe?

À chaque fois qu’Emily Ratajkowski poste des clichés d’elle à moitié -ou entièrement- nue, Internet s’emballe. Montrer son corps, une nouvelle arme féministe? La question divise.
Instagram/emrata
Instagram/emrata

Instagram/emrata


Le 9 septembre dernier, Emily Ratajkowski était une nouvelle fois la cible de critiques après avoir porté une robe très échancrée lors d’une soirée organisée par le magazine américain Harper’s Bazaar. Dans l’émission Fashion Police, le consultant de mode américain Tim Gunn a même déclaré: “Cette robe est effroyablement vulgaire et provocante. Pourquoi porter quelque chose?! Pourquoi ne pas tout simplement l’enlever?!” Des remarques qui ont immédiatement fait réagir l’actrice et mannequin de 25 ans sur Twitter:

 

 

Les hommes occidentaux en 2016: ils veulent interdire à des femmes de se couvrir de leur plein gré à la plage à l’étranger et demandent en même temps aux femmes de cacher leurs corps ‘vulgaires’ dans leur pays” a répondu Emily Ratajkowski, faisant ainsi référence à la polémique du burkini.

En juillet dernier, la jeune femme s’était déjà exprimée à ce sujet dans les pages du Harper’s Bazaar: “Les réseaux sociaux sont un outil que les femmes n’avaient pas dix ans auparavant, et c’est une part importante du féminisme aujourd’hui. Je n’ai pas à être filtrée par qui que ce soit. C’est moi qui décide.” Si pour Emily Ratajkowski, poser nue est un acte clairement féministe, la question continue pourtant de diviser. 

 

 

“On sexualise encore trop le corps des femmes”

Afficher librement et publiquement son corps nu peut-il être considéré comme féministe? La réponse est oui selon Amandine Miguel, militante féministe et ancienne porte-parole de l’Inter-LGBT: “Poser nue est une revendication féministe, une femme est libre de faire ce qu’elle veut avec son corps.” Elle insiste: “C’est discriminant de voir encore certaines femmes condamnées pour avoir montré leurs seins alors que des hommes le font naturellement, on sexualise encore trop le corps des femmes.

Poser nue pour s’affirmer et se libérer des carcans de la société, ça ne date pas d’hier, rappelle Philippe Brenot, anthropologue et directeur des enseignements de sexualité humaine à l’Université Paris Descartes: “Dans la société traditionnelle des années 50, les femmes devaient cacher leurs cheveux pour empêcher la séduction.” À partir de 68, les choses changent et les femmes commencent à se montrer en maillots de bain à la plage: “Il y a à cette époque une émancipation des corps, les femmes peuvent être nues sans être taxées de putain”, précise le sociologue. D’ailleurs, la symbolique de la nudité demeure forte aujourd’hui: “Il y a toute une tendance, notamment avec les Femen, où le corps est vu comme une façon de militer, de s’affirmer, d’exister en dehors des regards sexistes”, explique Philippe Brenot. Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherche CNRS au Cevipof et ancienne membre de l’Observatoire de la parité, confirme : “Il n’y a pas de quoi fouetter un chat, des femmes nues, on en voit depuis la nuit des temps, et dans n’importe quelle exposition de peintures!

La nudité est-elle devenue une arme féministe?

Facebook/Femen

 

“Poser nue ne décerne pas automatiquement un brevet de féminisme”

S’il est vrai que les corps féminins nus sont omniprésents dans la société, ils n’en restent pas moins objets de fantasmes. La nudité du corps de la femme réduirait-elle ce dernier à un simple objet de désir? D’après Christine Bard, historienne et coordinatrice scientifique de Musea, musée virtuel d’histoire des femmes et du genre, “la parure très érotisée reste un ‘cadeau empoisonné’ offert aux femmes”. Janine Mossuz-Lavau abonde dans le même sens: “C’est vrai qu’avec les réseaux sociaux, poser nue peut avoir plusieurs sens; certaines le font simplement pour attirer l’attention ou faire le buzz.” Et d’ironiser: “Le fait de se mettre nue ne décerne pas automatiquement un brevet de féminisme!” Si des femmes comme Emily Ratajkowski peuvent se permettre, au vu de leur statut médiatique, de poser nue, Marie Allibert, porte-parole de l’association Osez le Féminisme! estime toutefois qu’“elles répondent ainsi aux injonctions sexistes et ne font qu’alimenter les stéréotypes féminins”.

De son côté, Janie Duquette, conférencière, militante féministe et auteure du livre Les 7 clés du leadership féminin, assure qu’“il y a d’autres manières de militer par le physique”. Et de citer l’exemple de la chanteuse Alicia Keys qui a décidé de ne plus se maquiller afin de se libérer de cette injonction à la perfection qui pèse sur les femmes: “Je trouve ce geste beaucoup plus féministe que de poser nue.

Paola Kudacki a photographié Alicia Keys sans maquillage

La chanteuse Alicia Keys, instagram/PaolaKudacki

Dans la société actuelle, la question de la nudité du corps féminin demeure donc complexe. Francine Descarries, sociologue et membre fondatrice de l’Institut de recherches et d’études féministes, prévient: “Tant qu’on utilise le corps de la femme dans une société patriarcale, il y aura toujours une forme de sexisme.” Car, dans ce cas-là, “la nudité féminine est encore trop perçue comme un objet de désir par les hommes”.

Claire Carisey


3. Sandrine Lecointe aide à reboiser Madagascar grâce à des cosmétiques naturels

La jeune entrepreneure franco-malgache a lancé Madagas’Care, une ligne de cosmétiques aux extraits de plantes de Madagascar qui réinvestit une partie des bénéfices dans la protection de l’environnement dans son île d’origine.
Instagram/emrata - Cheek Magazine
Instagram/emrata

5. Delphine Horvilleur: “Les religions doivent encore trouver leur pensée féministe critique”

Delphine Horvilleur est l’une des rares femmes rabbins en France et publie aujourd’hui Des mille et une façons d’être juif ou musulman, cosigné avec l’islamologue Rachid Benzine. Ils proposent dans cet ouvrage de renouveler et moderniser l’approche des traditions religieuses. 
Instagram/emrata - Cheek Magazine
Instagram/emrata

6. Dans deux podcasts saisissants, France Culture interroge la notion de consentement

On a écouté sur France Culture cette série de podcasts intitulée Consentement, qui rassemble les témoignages de femmes sexuellement abusées, mais qui ont du mal à utiliser le mot “viol” pour décrire ce qu’elles ont subi, et on vous la conseille fortement. 
Instagram/emrata - Cheek Magazine
Instagram/emrata