société

Portrait

Olly Plum, l'ex-cam girl qui a trouvé son genre

En pleine transition du genre féminin vers le masculin, le travailleur du sexe Olly Plum nous raconte comment il s’est trouvé petit à petit, en défendant sa vision du corps, du plaisir et du féminisme. Rencontre.
DR
DR

DR


#UsulGate. Un hashtag lointain, presque oublié. Février 2018: la communauté 18-25 du forum jeuxvidéo.com découvre qu’Usul, chroniqueur chez Mediapart, virulent libre penseur se revendiquant de gauche et vidéaste bien connu des gamers -on l’a découvert sur le site JVC en 2011-, apparaît dans certaines vidéos porno de la camgirl Olly Plum. Adepte des raids antiféministes, le “18-25” lance alors une offensive contre le couple et accuse Usul d’avoir rémunéré la jeune femme pour ces actes sexuels -fait qui sera vite démenti. Attisé par les sphères d’extrême droite, le #UsulGate est né. Ce dernier assume le choix du X et laisse les médias s’interroger sur la portée militante du porno 2.0. Peut-on être de gauche et publier ses ébats sur Pornhub? titre ainsi Libération. Mais pendant que chacun cherche à comprendre si la pensée volontiers révolutionnaire d’Usul fait bon ménage avec les multinationales du X, un combat reste dans l’ombre. Celui d’Olly Plum. “Cette affaire est phallocentrée, comme si la question qui importait était: à qui est cette bite?, raconte désormais l’ex-“magical girl du cul” en riant. Sous le feu des projecteurs, on l’insulte, on la harcèle, on lui décoche des menaces de mort. “Hésitez pas à envoyer plein de soutien à Olly qui est au cœur de la tempête. J’hallucine de voir la violence de ce qu’elle reçoit, c’est sans commune mesure avec ce que je me prends, tweete alors Usul. Aujourd’hui encore, Olly Plum résiste. Fait fi du slut-shaming et, féministe pro-sexe, use de la sexualité explicite comme d’une force. Après le shitstorm, une chose lui importe: “Me réapproprier pleinement mes idées.” Des idées effeuillées au bout du fil.

 

Prisons du sexe

À l’oreille, sa voix frisonne, douce mais brisée à la surface. Altérée. Olly Plum a débuté sa transition en avril et se définit désormais en “mec trans”, désire être “genré au masculin”, prend de la testostérone et ne s’épile plus. En juillet, il se fera retirer la poitrine. Son histoire est celle de “la camgirl trop pipou devenue un travelo immonde”, s’amuse-t-il. Un clin d’œil ironique aux haters qui l’invectivent. “Il y a chez certains mecs, plus qu’une misogynie, une forme ‘d’éducation à haïr’ envers les femmes qui se veulent indépendantes, professionnellement, sexuellement, mentalement, envers le corps et l’identité trans aussi”, explique le travailleur du sexe de 23 ans. Sa transition, il la vit “en petit ado qui passe son temps à manger, dormir et se masturber”. Une façon de réparer une jeunesse malmenée, de sa scolarité castrée dès la 3ème à son éducation sexuelle inexistante. “J’ai grandi en mode ‘sois belle et tais toi, n’écarte pas les jambes’, dans une famille où la masturbation était taboue”, confesse-t-il sans trémolo. Pour mieux comprendre ce corps qui l’étouffe, Olly devient hôtesse dans des bars à champagne. Il n’a que 18 ans lorsqu’il s’initie à une injonction délicate: se faire belle. Des mains inconnues le touchent dans des lieux confinés puant la clope et la culpabilité, parmi tous ces mecs qui “te paient pour t’embrasser et te toucher les seins, mais ont honte de leurs désirs, assouvissent leurs fantasmes dans le noir”. Ces bars sont “des prisons du sexe” sans porte de sortie, si ce n’est des “tafs lambda” qui l’angoissent.

Quand une fille se déshabille, on ne l’écoute plus.

À 21 ans, Olly découvre le métier de camgirl comme un nouveau monde qui prendrait place dans sa chambre, sur ce lit aux draps défaits où il lui arrive de bouquiner du Virginie Despentes. Se dénuder apaise ses névroses. “J’aime dévoiler mon corps, déjà sur MSN je montrais mes seins! J’ai toujours trouvé que mon sexe était anormal et la cam, cet outil excitant, interdit, m’a décomplexé”, confesse-t-il avec tendresse. Ainsi éclot Olly Plum, cheveux roses et mots bleus, fantasme sucré aux oreilles de chaton, cosplayeuse tatouée dont la langue fendue en deux attise les désirs. Au quotidien, Olly porte cheveux courts et “fringues plutôt masculines”, loin de ces travestissements qui le font s’allonger sur le divan entre deux caresses. “La première fois que j’ai fait l’amour, à 16 ans, j’avais honte, je sacralisais trop le sexe, il m’échappait. J’ai réappris à comprendre mon corps sur Chaturbate.” Parfois, ce sont les mecs qui se mettent à nu, cherchent au creux de leurs nuits une oreille tendue. “J’aime leur parler. Mais jouer le psy ne les aide pas, c’est s’occuper d’une carence affective, un vide que tu ne pourras jamais combler”, déplore celui qui n’élude pas les “porcs” qui, une fois, l’éjaculation passée déguerpissent sans un bonsoir. “Quand une fille se déshabille, on ne l’écoute plus. Ceux qui matent veulent que tu restes leur objet sexuel: tu ne dois rien dire, sinon ça leur casse leur excitation, souffle-t-il de cette bouche qui lui a valu toutes les insultes.

 

Féministe pro-sexe

Quand Olly Plum parle, on l’écoute. Son discours se décline en podcasts, de sa chaîne YouTube à PornHub. “Ce sont des haut-parleurs. C’est en prenant la parole là-bas que j’ai compris que je pouvais faire quelque chose de positif avec toute cette merde, explique celui qui n’hésite pas à distiller ses introspections tétons et fesses à nu, échauffant la libido de ses viewers pour mieux titiller leur intellect. De sa vidéo la plus intime intitulée Peut-on monnayer son cul et être féministe?, Olly Plum tire cette conclusion lassée: “Monnayer son cul et être féministe pour les gens, c’est impossible. Monnayer son cul et être respecté non plus! Les hommes croient que les féministes n’aiment pas le sexe et les regardent comme des bêtes curieuses.” Lors du #UsulGate, Ovidie s’est fendue d’un “Peut-on ‘être une pute qui suce des bites’ et être féministe? Oui.

 

 

C’est ce soutien qui incite Olly à défendre un féminisme “porno positive” en se masturbant devant la caméra de la pornographe éthique Anoushka, partageant avec elle “une grande sensibilité” qui confine à la jouissance. “J’ai pris mon pied durant ce tournage. Je n’ai pas eu à simuler. Je me suis fait du bien”, m’avoue-t-il d’un ton léger. Pour Olly, s’engager, c’est le faire à corps perdu, comme on fait l’amour. Incompris en féministe “qui suce des queues”, car “exhiber son corps ou l’image de sa sexualité serait quelque chose d’extrêmement méprisable”, déplore-t-il dans sa vidéo Respectez les camgirls, il l’est tout autant dans la peau du trans. “Les gens ne comprennent pas qui je suis censé être, ajoute-t-il, ce qui suscite la peur et la haine, comme si c’était abominable d’exposer ce corps. Avec ce coming out j’ai l’impression de mener deux combats à la fois.”

 

D’Olly Plum à Pussy Boy

Deux combats, mais qui se déroulent sur un seul ring. Face au même adversaire, l’intolérance, Olly Plum riposte et revendique encore et toujours le droit d’être légitime, quelle que soit son identité, au sein d’une société qui ostracise, “être considéré en tant que tel qu’importe le genre, dépasser l’idée-même de genre”. Sa transition, il l’apprivoise telle une “renaissance”, le désir de [revivre son] adolescence de la manière dont [il a] toujours voulu la traverser, heureux, affirmé et confiant”, tweete-t-il. Mais aussi, confesse-t-il sur Twitter, comme “une période sacrément rude” où il “[a] du mal à [se] reconnaître parfois”, conscient “de faire le deuil de pas mal de choses”. Ayant trop connu les dérives sexistes, Olly compte sur ce changement pour pouvoir conjuguer le masculin à sa sauce. “Si je pouvais proposer une image de la masculinité différente, ce serait génial!”, dit-il, persuadé de “ne jamais devenir un mâle toxique en changeant de sexe”.

Depuis que j’ai débuté ma transition, il y a tant de bonheur en moi.

Il y a peu, on l’a vu se connecter sur la plateforme de cams Chaturbate sous le nom de Pussyboy. L’homme à la chatte. Cette dualité, intense, se ressent à l’oreille, lorsqu’il glisse du rire au soupir, lassitude et sérénité s’enlaçant l’espace d’une phrase. Les réseaux sociaux en sourdine, il tease déjà de futures vidéos -“du contenu gay, un futur corps, un futur pseudo aussi. “Je délaisserai ce nom quand ma transition aura quelques mois. Lorsque dans la rue on m’appelle mademoiselle, ça me déprime! Mais là, j’essaie surtout de ‘limiter les dégâts’, de me protéger car c’est épuisant de s’en prendre plein la gueule.” Quand Olly Plum conclut, c’est d’une voix fébrile, entre excitation et appréhension. La tension d’une première fois. “Depuis que j’ai débuté ma transition, il y a tant de bonheur en moi.  Au final, dis-toi qu’il y aura toujours des gens pour te dire que ce que tu es, c’est pas bien, pas assez ou trop. Tant pis. Fonce!

Clément Arbrun


2. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
DR  - Cheek Magazine
DR

4. Ces deux jeunes femmes cherchent à financer “¡Basta ya!”, un docu sur la lutte pour le droit à l'avortement en Amérique Latine

Julia Heres Garcia et Marion Lambert, deux vingtenaires féministes, lancent une campagne de crowdfunding pour financer leur projet de web-documentaire militant sur la lutte pour le droit à l’avortement en Amérique Latine. 
DR  - Cheek Magazine
DR

5. Confinement: ce que l’abstinence sexuelle leur a appris

Avec le confinement, des femmes confinées seules ou en couple n’ont pas eu de rapport sexuel pendant plusieurs semaines. Qu’est-ce que cette abstinence leur a appris sur leur rapport à la sexualité, à leur corps et au désir? Réponses. 
DR  - Cheek Magazine
DR