société

Le Cheek Point

Olympe de G: Réalisatrice cherche financement de film féministe X

Olympe de G, réalisatrice prometteuse, lance une campagne de financement participatif pour son premier long-métrage, La dernière fois de Salomé.
© Arièle Bonte
© Arièle Bonte

© Arièle Bonte


Olympe de G en avait marre de ne trouver que du porno stéréotypé, alors elle s’est lancée et a réalisé des courts-métrages esthétiques et féministes, puis des podcasts dédiés au sexe sonore. Aujourd’hui, cette trentenaire devenue réalisatrice X sur le tas veut aller plus loin et réaliser son premier long, qui mettra en scène une sexagénaire décidée à terminer sa vie sur une apothéose sexuelle.

Ce personnage s’appelle Salomé et sera l’héroïne du prochain film d’Olympe de G, pour lequel l’autrice est à la recherche de financement via la plateforme de crowdfunding Kiss Kiss Bank Bank. Si vous avez envie d’apporter votre pierre à l’édifice de l’égalité dans l’industrie du X et “financer le porno que vous voulez voir” selon les mots de la réalisatrice, c’est le moment de participer pour permettre à ce projet ambitieux d’exister et donner corps à La dernière fois de Salomé

 

 


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
© Arièle Bonte - Cheek Magazine
© Arièle Bonte

5. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
© Arièle Bonte - Cheek Magazine
© Arièle Bonte

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
© Arièle Bonte - Cheek Magazine
© Arièle Bonte