société

“Opération Serment d’Hippocrate”: abusées sexuellement par leur médecin, elles prennent la parole

Trois Françaises, Marie, Cassandre et Ariane**, lancent l’Opération serment d’Hippocrate et dénoncent les abus sexuels commis par des professionnels de la santé, pointant du doigt le vide juridique français à ce sujet.
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR

Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR


Un groupe de femmes abusées sexuellement par leurs psychiatres demandent que l’interdiction faite aux médecins d’avoir des relations sexuelles avec leurs patient·e·s soit inscrite dans le code de déontologie médicale. Appuyées par le docteur Dominique Dupagne, médecin généraliste libéral à Paris depuis 30 ans, et plus de 16 signataires d’une pétition*, trois d’entre elles prennent la parole et passent à l’action en lançant l’Opération serment d’Hippocrate. Malgré les récents mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc, Marie**, à l’initiative de cette action, qui fut elle-même abusée sexuellement par son psychiatre, nous explique à quel point il est des paroles plus dures à libérer que d’autres…

 

Victimes d’abus sexuels de la part de psychiatres, Cassandre, Ariane et vous-même racontez dans vos témoignages à quel point il est difficile de libérer la parole quand on est victime d’un médecin abuseur, notamment à cause d’un vide juridique plutôt étonnant, quel est-il?

Oui, le serment d’Hippocrate comportait traditionnellement un paragraphe important: “Dans quelque maison que j’entre, j’y entrerai pour l’utilité des malades, me préservant de tout méfait volontaire et corrupteur, et surtout de la séduction des femmes et des garçons, libres ou esclaves.” Cet interdit a disparu du serment médical prêté par tous les futurs médecins. De même, le Code de déontologie médicale, intégré dans le Code de la santé publique, ne comporte aucun interdit explicite concernant la sexualité médecin/patient. Nous dénonçons ce vide juridique favorable à l’agresseur.

Aujourd’hui, qu’attendez-vous de cette opération? 

Nous souhaitons que l’interdiction faite aux médecins d’avoir des relations sexuelles avec leurs patient·e·s soit inscrite dans le Code de déontologie médicale. Car ce qui se passe pour les victimes de médecins abuseurs est abominable. Dès qu’il y a plainte, une réunion de conciliation est organisée par le conseil départemental de l’Ordre des médecins, or souvent, à cette occasion, la victime est découragée de maintenir sa plainte. En état d’extrême fragilité, elle fait face à un comité de médecins réunis pour tenter de trouver un terrain d’entente et lui faire signer un procès-verbal de conciliation dans lequel elle renonce à toutes poursuites. Certaines s’entendent dire “mais que vont devenir les enfants de ce médecin?”. D’autres subissent un chantage au suicide par personne interposée et sont invitées à “comprendre à quel point leur accusation est lourde de conséquences et pourrait pousser le médecin au pire”… Peu y résistent. Et celles qui maintiennent leur plainte affrontent ensuite un système judiciaire tout aussi indélicat.

Les victimes de médecins abuseurs sont en grand état de fragilité morale, physique alors que leurs médecins jouissent, eux, d’une ‘assise’ sociale très forte.

Tout cela est insupportable. Il faut agir afin que les conseils départementaux et les médecins d’une ville (qui tissent souvent des liens étroits) ne soient plus tentés de dissuader les victimes de porter plainte. Il faut que ce soit écrit noir sur blanc et non laissé à l’appréciation de chacun. Cette première avancée permettrait déjà d’autoriser la parole des victimes, de lui laisser une place sans qu’elle ne soit systématiquement étouffée dans l’œuf.

Votre mouvement résonne avec les suites de l’affaire Weinstein. Avez-vous décidé de lancer cette opération suite aux récentes vagues de libération de la parole?

Mon déclic personnel a eu lieu avant l’affaire Weinstein mais bien sûr, nous nous inscrivons dans la lignée de ces récentes libérations de la parole. Je me suis dit “c’est super, c’est le bon moment, je vais être entendue”. Mais sans réseau, c’est difficile. Seul Dominique Dupagne a répondu à ma lettre. Il faut souvent qu’une personnalité médiatique s’en saisisse sans quoi la parole reste encore dans l’ombre…

Dénoncer les abus sexuels d’un médecin censé soigner, protéger, vous semble-t-il plus tabou, plus sensible que de dénoncer d’autres abus?

Depuis des mois, on parle des violences sexuelles faites aux femmes, jamais on a abordé celles des femmes abusées par leur médecin, c’est bien que le sujet est tabou. Ce qui est particulier dans le cas des victimes de médecins abuseurs c’est qu’elles sont en grand état de fragilité morale, physique alors que leurs médecins jouissent, eux, d’une image positive et d’une “assise” sociale très forte. Les victimes ont le sentiment de vivre un isolement total, comme un combat perdu d’avance. La plupart des gens préfèrent détourner le regard. Notre société a du mal à intégrer qu’un soignant ayant promis de consacrer sa vie aux autres, de les assister dans la détresse, puisse en profiter pour abuser. Certains médecins reconnaissent que ces “relations” patients/médecins sont la plupart du temps destructrices mais trouvent “liberticide” de légiférer ainsi “au cas où de vraies belles histoires puissent naître”… Nous croyons que c’est un faux problème puisqu’une vraie belle histoire d’amour ne donnera pas lieu à une plainte. On ne peut pas mettre de côté les femmes abusées au nom de “potentielles belles histoires”.

Ce que vous évoquez fait un peu penser à cette “liberté d’importuner” avancée et défendue par certains en réaction aux mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc…

Exactement! J’avais d’ailleurs trouvé ça très malvenu, un manque de solidarité entre femmes. On parle de victimisation comme si c’était la pire des choses qui soit, or moi j’ai justement perdu des mois en refusant de m’avouer victime, de voir ce que j’avais subi. Certaines femmes peuvent être moins gênées par certains gestes car elles ont mieux acquis dans l’enfance une capacité à dire “non”, mais nous ne sommes pas toutes égales à ce sujet. Et pour celles qui n’ont pas su poser ce “non”, si on veut se relever, il faut en passer par ce statut “oui, ça m’est arrivé”. Impossible de brûler les étapes, avec par des “allez, il faut tourner la page”, comme m’a dit un médecin. L’idée n’est pas de se dire ou de “faire” la victime toute sa vie mais de reconnaître ce qui s’est passé, de mettre des mots dessus pour avancer sans vivre toute sa vie “en réaction à” ou “tant bien que mal”, le but est de se relever vraiment, pas d’avancer avec des rustines.

Propos recueillis par Sabrina Debusquat

* Dont le docteur Jean-Paul Hamon, président de la fédération des médecins de France, le planning familial de Paris, la dessinatrice Pénélope Bagieu ou encore les médecins Christophe André, Baptiste Beaulieu ou Irène Frachon
** Tous les prénoms ont été changés.


1. Avec Super Marché, Monia Sbouai fait de l'upcycling sa marque de fabrique

Fondatrice de la marque de vêtements Super Marché, Monia Sbouai pratique l’upcycling. Après avoir parcouru les friperies parisiennes, elle transforme ses trouvailles en trench chic ou en combinaison décontractée. Rencontre. 
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR - Cheek Magazine
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR

2. Hannah Gadsby se paye les hommes qui font des “monologues sur la misogynie”

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de ce discours d’Hannah Gadsby dans lequel elle s’attaque à ceux qui différencient les hommes bons des mauvais selon des critères très subjectifs.
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR - Cheek Magazine
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR

4. Dans son restaurant nantais, Flore Lelièvre emploie des personnes porteuses de trisomie 21

Depuis 2016, Flore Lelièvre engage des personnes atteintes de trisomie 21 dans son restaurant Le Reflet, au centre de Nantes. A même pas trente ans, l’entrepreneuse propose une alternative inclusive à une “vie active” dont le handicap est trop souvent absent.  
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR - Cheek Magazine
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR

5. Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes?

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait celui des Couilles sur la table consacré à l’absence de femmes au sein des casseurs dans les manifestations et à la violence d’Etat, considérée comme viriliste.
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR - Cheek Magazine
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR

6. La misogynie et la masculinité toxique des fraternités américaines révélées par le Guardian

On a lu pour vous cet article de l’édition américaine du journal The Guardian, qui expose la façon dont les maisons de fraternité encouragent les jeunes étudiants à développer une masculinité toxique, et on vous le conseille.  
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR - Cheek Magazine
Photo du téléfilm “Harcelée par mon médecin”, DR