société

La vidéo du jour

Deux comédiennes rappellent les bases du féminisme en parodiant Orelsan

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette reprise du morceau Basique d’Orelsan par les comédiennes Sophie Garric et Julie Bargeton.
Deux comédiennes rappellent les bases du féminisme en parodiant Orelsan

Il y a un gros problème d’éducation. Franchement, il y a des mecs qui n’ont pas les bases.” Pour le premier épisode de Vue d’en haut, une série de courts métrages diffusée sur Canal+, Sophie Garric et Julie Bargeton offrent un cours de rattrapage aux hommes qui n’auraient rien retenu de l’ère post-Weinstein. Les deux comédiennes -on doit à la première la websérie Le Meufisme et à la seconde Roxane, la vie sexuelle de ma pote ont pour l’occasion parodié le morceau Basique d’Orelsan.

La vidéo, mise en ligne hier soir, débute par une conversation entre deux sœurs qu’incarnent les jeunes femmes. Julie Bargeton raconte qu’un homme lui a “claqué le cul avec une règle” à plusieurs reprises, avant d’être défendu par un de ses amis à base de: “T’as vu le jean que t’as? Le cul qu’il te fait? Pourquoi tu mets un jean comme ça? C’est pour attirer l’attention! Donc ne te plains pas.” L’actrice entreprend alors un petit rap pour rappeler quelques principes de base, indispensables au respect des femmes. “Une meuf qui dit non, c’est qu’elle veut pas et qu’elle pense non. Simple. […] Minijupe ou pas, qu’est ce que ça change si on l’a violée? Basique. […] Si t’enlèves ta potca quand elle ne te voit pas, ça s’fait pas. […] La plus grande puissance mondiale est guidée par un beauf qui attrape les meufs par la chatte”, scande-t-elle.

En arrière-plan, les visages d’Harvey Weinstein, Roman Polanski ou encore Donald Trump, accusés d’agressions, de harcèlement ou de crimes sexuels défilent, avant que la caméra ne s’arrête finalement sur celui de l’icône féministe Rosie the Riveter. Et parce que les comportements machistes ne sont pas l’apanage des hommes, le personnage de Sophie Garric réagit au plaidoyer de sa sœur en déclarant: “Oui enfin ils ne t’ont pas agressée non plus ma chérie. […] En vrai, moi j’adore qu’on me claque le cul au pieu.” Et Julie Bargeton de répondre: “Mais moi aussi j’aime bien qu’on me claque le cul, mais quand je le choisis.

 

Margot Cherrid


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s - Cheek Magazine

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro” - Cheek Magazine

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops - Cheek Magazine