société

Le Cheek Point

Et si on arrêtait de se mettre la pression avec l'orgasme par pénétration vaginale?

On a lu pour vous ce témoignage sur le HuffPost d’une femme qui n’a jamais eu d’orgasme par pénétration vaginale et le vit très bien. On vous le conseille.
Capture d'écran du film “L'Amant”
Capture d'écran du film “L'Amant”

Capture d'écran du film “L'Amant”


Je n’ai jamais eu d’orgasme lors d’une pénétration’, ai-je confié à une amie qui venait de me raconter comment elle s’y prenait pour jouir chaque fois qu’elle a des rapports sexuels. ‘Je suis désolée. J’oubliais qu’il y a des femmes comme toi’, a-t-elle répondu. Je te plains.[…]

Les normes sociales semblent pourtant bien s’accommoder de la manière dont la plupart des hommes jouissent. Comme l’artiste Sophia Wallace l’a fait remarquer dans son exposition Cliteracy, ‘on n’attendrait jamais d’un homme qu’il éjacule lors d’actes sexuels qui ignorent son principal organe sexuel. Pourtant, c’est exactement ce qu’on demande aux femmes quand on s’imagine qu’elles doivent jouir par la pénétration, car le pénis et le clitoris se développent à partir de la même structure dans l’utérus et fonctionnent de manière similaire.

Ce qu’on ne dirait pas aux hommes non plus? Qu’ils passent à côté de quelque chose parce que seul leur pénis leur procure des orgasmes. On ne les plaint pas, par exemple, s’ils ne jouissent pas pendant la sodomie, car on estime que c’est une activité tout à fait optionnelle.”

C’est un témoignage particulièrement intéressant qu’a proposé le Huffington Post samedi 30 juin, en relayant un billet publié à l’origine sur Bellesa.co, une plateforme montréalaise qui célèbre la sexualité des femmes. L’autrice raconte n’avoir jamais eu d’orgasme par pénétration vaginale et vivre pour autant une sexualité épanouie à l’aide, entre autres, de ses mains, celles de son partenaire, de sextoys, de brosses à dents électriques ou encore de pommeaux de douche. Mais partager son expérience l’a souvent fait passer pour “une femme à plaindre” aux yeux de ses interlocuteurs, comme si l’orgasme lors de la pénétration vaginale -qui ne concernerait pourtant qu’une femme sur quatre- était le Saint-Graal de nos parties de jambes en l’air. Une pression dont les hommes semblent être épargnés et dont l’autrice du texte souhaite s’émanciper. Elle conclut d’ailleurs: “Pourquoi m’inquiéter de ce que mon corps ne fait pas alors qu’il sait faire tant de choses agréables?

À lire le plus rapidement possible sur Le Huffington Post

 


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Capture d'écran du film “L'Amant” - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “L'Amant”

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Capture d'écran du film “L'Amant” - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “L'Amant”

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Capture d'écran du film “L'Amant” - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “L'Amant”

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Capture d'écran du film “L'Amant” - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “L'Amant”

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
Capture d'écran du film “L'Amant” - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “L'Amant”