société

L'émouvant dessin d'Annabelle au lendemain de l'attentat homophobe d'Orlando

Au lendemain de l’attentat qui a frappé la boîte gay le Pulse à Orlando, la réaction en image d’Annabelle fait le tour du Web.
Annabelle, DR
Annabelle, DR

Annabelle, DR


“Je vais lâcher! C’est trop lourd, je vais tout lâcher!”, s’écrie le visage paniqué, le personnage dessiné par l’illustratrice Annabelle et relayé par Alice Vachet, tenant les pancartes qui nous rappellent les attentats de Charlie Hebdo, du 13 novembre et de Bruxelles, auxquels s’ajoute celle des attentats de la nuit du 11 juin dernier au Pulse, boîte de nuit LGBT d’Orlando faisant 50 morts et 53 blessés.

On aurait pu aussi imaginer les pancartes faisant hommage aux victimes des attentats de l’Hyper Cacher le 9 janvier 2015, de Sousse le 26 juin 2015, d’Ankara le 10 octobre 2015, de Ouagadougou le 15 janvier 2016, et de tellement d’autres qu’il est devenu presque impossible de tous les énumérer. Si Daesh, qui a revendiqué l’attaque, est à l’origine de tous ces attentats, il ne s’en était encore jamais pris à la communauté LGBT.

Cette dernière n’a toutefois pas l’intention de rester murée. Amandine Miguel, porte-parole de l’inter-LGBT en France, a affirmé que la Gay Pride, qui aura lieu en France le 2 juillet prochain, était maintenue. “Ce n’est pas cette violence qui va nous empêcher d’exister, de reprendre la rue pour avoir une visibilité”, a-t-elle déclaré à Metro News.

Une visibilité qu’il fallait bien chercher parmi les Unes de la presse française ce matin. Comme le souligne la revue de presse de France Culture, seul le journal Sud Ouest a mentionné l’aspect homophobe de l’attaque dans ses gros titres en écrivant Un massacre homophobe lié à Daesh. “Un peu comme si au lendemain des attaques de Charlie Hebdo, la presse avait évoqué des attentats contre des bureaux, ou après l’Hyper Cacher, contre un supermarché”, précise l’auteur de la revue de presse, Nicolas Martin, à Libération. Pourtant, le caractère homophobe de l’attaque est incontestable. Le père du tueur, Omar Mateen a déclaré sur NBC News que “cela n’a rien à voir avec la religion”, mais a en revanche affirmé que son fils avait été choqué de voir deux hommes s’embrasser à Miami il y a quelques mois, ce qui pourrait être la cause de son geste.

Virginie Cresci


3. “J'ai été conçue grâce à un don de sperme”

Née d’un don de sperme il y a 28 ans, Pauline Pachot se bat au sein de l’association PMAnonyme pour le droit d’accès aux origines des enfants nés de dons de gamètes en France. À l’occasion de la diffusion sur Téva du documentaire Né d’une PMA, dans lequel elle apparaît, nous l’avons rencontrée à Paris.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

4. Lutte contre les féminicides: pourquoi l’Espagne est beaucoup plus efficace que la France

Alors que Marlène Schiappa annonce un “Grenelle des violences conjugales”, Nicole Belloubet révèle une série de mesures pour lutter contre les féminicides. Des dispositions qui, pour la majorité, existent en Espagne depuis plus d’une décennie.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

6. Comment la broderie est devenue cool et féministe

Aux quatre coins du globe, des brodeuses inspirées et engagées mettent leur talent au service de la lutte contre les inégalités en publiant des oeuvres émouvantes et militantes.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR