société

L'émouvant dessin d'Annabelle au lendemain de l'attentat homophobe d'Orlando

Au lendemain de l’attentat qui a frappé la boîte gay le Pulse à Orlando, la réaction en image d’Annabelle fait le tour du Web.
Annabelle, DR
Annabelle, DR

Annabelle, DR


“Je vais lâcher! C’est trop lourd, je vais tout lâcher!”, s’écrie le visage paniqué, le personnage dessiné par l’illustratrice Annabelle et relayé par Alice Vachet, tenant les pancartes qui nous rappellent les attentats de Charlie Hebdo, du 13 novembre et de Bruxelles, auxquels s’ajoute celle des attentats de la nuit du 11 juin dernier au Pulse, boîte de nuit LGBT d’Orlando faisant 50 morts et 53 blessés.

On aurait pu aussi imaginer les pancartes faisant hommage aux victimes des attentats de l’Hyper Cacher le 9 janvier 2015, de Sousse le 26 juin 2015, d’Ankara le 10 octobre 2015, de Ouagadougou le 15 janvier 2016, et de tellement d’autres qu’il est devenu presque impossible de tous les énumérer. Si Daesh, qui a revendiqué l’attaque, est à l’origine de tous ces attentats, il ne s’en était encore jamais pris à la communauté LGBT.

Cette dernière n’a toutefois pas l’intention de rester murée. Amandine Miguel, porte-parole de l’inter-LGBT en France, a affirmé que la Gay Pride, qui aura lieu en France le 2 juillet prochain, était maintenue. “Ce n’est pas cette violence qui va nous empêcher d’exister, de reprendre la rue pour avoir une visibilité”, a-t-elle déclaré à Metro News.

Une visibilité qu’il fallait bien chercher parmi les Unes de la presse française ce matin. Comme le souligne la revue de presse de France Culture, seul le journal Sud Ouest a mentionné l’aspect homophobe de l’attaque dans ses gros titres en écrivant Un massacre homophobe lié à Daesh. “Un peu comme si au lendemain des attaques de Charlie Hebdo, la presse avait évoqué des attentats contre des bureaux, ou après l’Hyper Cacher, contre un supermarché”, précise l’auteur de la revue de presse, Nicolas Martin, à Libération. Pourtant, le caractère homophobe de l’attaque est incontestable. Le père du tueur, Omar Mateen a déclaré sur NBC News que “cela n’a rien à voir avec la religion”, mais a en revanche affirmé que son fils avait été choqué de voir deux hommes s’embrasser à Miami il y a quelques mois, ce qui pourrait être la cause de son geste.

Virginie Cresci


2. Que disent de notre société les rumeurs de grossesse chez les célébrités?

Jennifer Aniston, Camila Cabello ou encore Rihanna… Nombre de célébrités voient leurs corps et leurs poids scrutés sous tous les angles, dans le but de détecter une éventuelle grossesse. Un procédé ne datant pas d’hier, qui enferme les femmes dans ce que la société attend d’elles.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

5. Enora Malagré raconte comment l'endométriose a pu lui gâcher la vie

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait ce témoignage d’Enora Malagré pour le Huffington Post, où elle raconte comment l’endométriose lui a gâché son Festival de Cannes. 
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

6. Comment la masculinité se redéfinit-elle sur Instagram?

Depuis quelques mois, les comptes Instagram où l’on parle de masculinité se multiplient, ouvrant des espaces de parole bienvenus à l’heure où les injonctions à la virilité ont encore la peau dure. Les bien nommés @tubandes, @lesnouveauxprinces ou encore @lesgarconsparlent sont les nouveaux avatars de cette “masculinité positive” ou “authentique”.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR

7. Dans “Jouir”, Sarah Barmak démonte les mythes autour de l’orgasme féminin

Les éditions de la Découverte publient dans leur collection Zones Jouir, la traduction de l’enquête de la journaliste canadienne Sarah Barmak. Cette dernière nous explique en quoi la question du plaisir est résolument féministe.
Annabelle, DR - Cheek Magazine
Annabelle, DR