cheek_societe_habillage_desktop

société

Le Cheek Point

Maddy, Ougandaise de 22 ans, a dû fuir son pays car elle est lesbienne

On a lu ce portrait de Maddy, une jeune Ougandaise de 22 ans qui a fui son pays car elle est homosexuelle, et on vous le conseille  fortement. 
© Adama Anotho pour NBW
© Adama Anotho pour NBW

© Adama Anotho pour NBW


Maddy réalise qu’elle est lesbienne en 2011, à l’âge de 16 ans. C’est à cette période que le militant homosexuel David Kato Kisule est assassiné. Un an plus tôt, le journal local Rolling Stone livrait même des noms et des adresses de personnes présumées homosexuelles en titrant ‘Pendez-les!’.  Malgré ce climat tendu, et même si depuis 2009 les campagnes anti-homosexuels relayées par des prêcheurs et pasteurs évangélistes montent en puissance, les questions de droits et d’emprisonnement à vie des personnes homosexuelles sont des préoccupations loin de Maddy à ce moment-là.

Un jour, des camarades de classe lui demandent si elle est lesbienne, vu la manière dont elle regarde les autres filles. La jeune femme de 16 ans ne sait pas quoi répondre mais éprouve des choses qu’elle ne comprend pas à l’époque. ‘Quand une amie ou une fille me touchait, je ne savais pas ce qui se passait. J’ai commencé à me renseigner en allant à la bibliothèque et là, j’ai compris que j’étais lesbienne. Je me répétais que je ne pouvais pas être comme ça. Mon père est hétéro, ma mère aussi, ainsi que toute ma famille. Je ne peux pas être comme ça. S’ensuit alors une année de déni et de fuite en avant, pour celle qui pensait que le fait de n’avoir jamais eu de petit copain faisait d’elle ce qu’elle était.

Comment accepter son homosexualité lorsqu’on vient d’un pays qui, justement, ne l’accepte pas? Comment appréhender sa sexualité quand cette dernière est perçue comme un crime par les lois, par la société, par ses proches? Nothing but the wax livre un portrait touchant de Maddy, une jeune Ougandaise lesbienne de 22 ans, qui a fui son pays pour venir en France en 2014. 

À lire le plus rapidement possible sur Nothing but the wax.


4. Au Mexique, les filles de Las Morras dénoncent le machisme dans la rue

Au Mexique, le harcèlement de rue est une inquiétude permanente pour les femmes, d’autant qu’il peut être particulièrement violent. Les quatre filles de Las Morras se sont emparé du sujet à coup de vidéos pour réveiller les consciences. Interview.
© Adama Anotho pour NBW - Cheek Magazine
© Adama Anotho pour NBW

6. Klaire fait Grr dénonce la tyrannie de l'épilation infligée aux femmes

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Klaire fait Grr contre l’obsession de l’épilation, qui revient nous gâcher la vie à l’arrivée de l’été.
© Adama Anotho pour NBW - Cheek Magazine
© Adama Anotho pour NBW

7. Deux auteures s'attaquent au tabou de la grossophobie

Plaider l’acceptation de soi, une posture inutile, dépassée? Deux livres, qui viennent de paraître, démontrent combien le combat contre le rouleau compresseur de la minceur uniformisée demeure nécessaire.
© Adama Anotho pour NBW - Cheek Magazine
© Adama Anotho pour NBW