société

Le podcast du jour

Ovidie lève le voile sur le traitement des prostituées en Suède

Ovidie était ce matin l’invitée de Sonia Devillers dans l’Instant M sur France Inter. Elle y présentait son documentaire Là où les putains n’existent pas, diffusé ce soir sur Arte. À écouter.
© Catherine Calvanus
© Catherine Calvanus

© Catherine Calvanus


Au micro de Sonia Devillers, Ovidie a raconté ce matin les coulisses de son documentaire Là où les putains n’existent pas, consacré au côté obscur de l’égalité des sexes en Suède, qui sera diffusé ce soir sur Arte. C’est au travers d’un féminicide sordide que la militante pro-sexe lève le voile sur ce ce fameux modèle suédois, si souvent érigé en exemple et qui pourtant glace le sang. En 2014, Eva Maree, 27 ans, décède sous les coups de couteaux -31- de son ex-compagnon, notoirement violent. Le crime a lieu dans les locaux des services sociaux. Ceux-là mêmes qui ont retiré quelques années plus tôt la garde de ses enfants à Eva Maree. Son crime à elle? S’être prostituée pour subvenir aux besoins de ses enfants après avoir quitté son conjoint violent. Un péché impardonnable en Suède. “On considère en Suède qu’on ne peut pas être mère et putain à la fois” déclare Ovidie qui, dans ce documentaire retrace “le parcours d’une martyre.” Car il y a là-bas une véritable croisade contre “ces femmes de mauvaises vies, à la cuisse légère.” La prostituée y est forcément coupable. Interrogée par Ovidie, une voisine d’Eva Maree qui avait assisté à l’enlèvement de ses enfants par les services sociaux, raconte : “La responsable des services sociaux la persécutait car elle avait été travailleuse du sexe, elle la voyait comme une ennemie de la société et avait pour objectif de la détruire.

L’assassin, lui, a certes écopé de 18 ans de prison -encore heureux-, mais a tout de même conservé l’autorité parentale. “Socialement parlant, ce n’est pas lui qui a été condamné, ce n’est pas lui qui a été brulé sur un bucher, c’est elle”, déplore Ovidie qui avoue avoir “découvert quelque chose de pourri au royaume de la Suède.” Dans son documentaire, on découvre une archive vidéo d’Eva Maree, devenue militante contre ce système répressif, déclarer courageusement face caméra : “Je me suis prostituée, mais je reste un être humain.

À écouter au plus vite sur le site de France Inter.

Audrey Renault 


1. Baftas 2018: la blague féministe de Salma Hayek et le triomphe de Time's Up

Hier soir se déroulait à Londres la 71 ème cérémonie des Bafta. Lors d’une soirée marquée par les soutiens aux femmes victimes de violences sexuelles, Salma Hayek s’en est donné à cœur joie.   
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

2. On a collé des affiches avec Merci Simone, qui expose Simone Veil dans tout Paris

On a suivi les fondatrices de Merci Simone pendant qu’elles partaient tapisser un mur parisien avec le portrait de Simone Veil. Leur collectif de street art féministe veut préserver la mémoire de celle qui a légalisé l’IVG en France.
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

4. Lena Dunham se confie sur son ablation de l'utérus

On a lu pour vous la lettre ouverte de Lena Dunham sur le site de Vogue, dans laquelle elle revient sur son hystérectomie et on vous la conseille fortement. 
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

5. Naissance par PMA: recherche origines désespérément... ou pas

Dans ce nouvel épisode de notre podcast Il était une fois la PMA, on découvre l’histoire de personnes nées d’un don de gamètes mais aussi celle de gens qui en ont bénéficié pour concevoir un enfant et enfin d’autres qui ont donné. 
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

7. “Pour qu'on ne puisse plus dire ‘qui ne dit mot consent’.”

On a lu pour vous cette tribune publiée sur L’Obs en faveur d’un consentement sexuel fixé à 15 ans, signée par les comédien·ne·s Alix Poisson, Mélanie Laurent, Bérénice Bejo, Clovis Cornillac et on vous la conseille fortement. 
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus