société

Le podcast du jour

Ovidie lève le voile sur le traitement des prostituées en Suède

Ovidie était ce matin l’invitée de Sonia Devillers dans l’Instant M sur France Inter. Elle y présentait son documentaire Là où les putains n’existent pas, diffusé ce soir sur Arte. À écouter.
© Catherine Calvanus
© Catherine Calvanus

© Catherine Calvanus


Au micro de Sonia Devillers, Ovidie a raconté ce matin les coulisses de son documentaire Là où les putains n’existent pas, consacré au côté obscur de l’égalité des sexes en Suède, qui sera diffusé ce soir sur Arte. C’est au travers d’un féminicide sordide que la militante pro-sexe lève le voile sur ce ce fameux modèle suédois, si souvent érigé en exemple et qui pourtant glace le sang. En 2014, Eva Maree, 27 ans, décède sous les coups de couteaux -31- de son ex-compagnon, notoirement violent. Le crime a lieu dans les locaux des services sociaux. Ceux-là mêmes qui ont retiré quelques années plus tôt la garde de ses enfants à Eva Maree. Son crime à elle? S’être prostituée pour subvenir aux besoins de ses enfants après avoir quitté son conjoint violent. Un péché impardonnable en Suède. “On considère en Suède qu’on ne peut pas être mère et putain à la fois” déclare Ovidie qui, dans ce documentaire retrace “le parcours d’une martyre.” Car il y a là-bas une véritable croisade contre “ces femmes de mauvaises vies, à la cuisse légère.” La prostituée y est forcément coupable. Interrogée par Ovidie, une voisine d’Eva Maree qui avait assisté à l’enlèvement de ses enfants par les services sociaux, raconte : “La responsable des services sociaux la persécutait car elle avait été travailleuse du sexe, elle la voyait comme une ennemie de la société et avait pour objectif de la détruire.

L’assassin, lui, a certes écopé de 18 ans de prison -encore heureux-, mais a tout de même conservé l’autorité parentale. “Socialement parlant, ce n’est pas lui qui a été condamné, ce n’est pas lui qui a été brulé sur un bucher, c’est elle”, déplore Ovidie qui avoue avoir “découvert quelque chose de pourri au royaume de la Suède.” Dans son documentaire, on découvre une archive vidéo d’Eva Maree, devenue militante contre ce système répressif, déclarer courageusement face caméra : “Je me suis prostituée, mais je reste un être humain.

À écouter au plus vite sur le site de France Inter.

Audrey Renault 


1. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

3. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

4. Les Girls on Wheels prennent d'assaut la ville à vélo

Depuis deux ans, elles sillonnent les rues de Paris, entre filles. Pour prendre confiance face au milieu très masculin du cyclisme, montrer qu’elles ont leur place en ville et se dépenser dans une ambiance bienveillante.
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

5. Elle a lancé Les Aliennes, le festival qui parle féminisme et numérique

Tatyana Razafindrakoto, directrice du festival multiculturel Les Aliennes, qui aura lieu les 25 et 26 mai au Hasard Ludique à Paris, nous embarque dans un voyage qui mêle combats féministes, musique et innovation technologique. Entretien Express.
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

6. Quand l'épilation du maillot asservit les femmes

On a lu pour vous cet article de Buzzfeed sur le diktat de l’épilation du maillot et on vous le conseille fortement. 
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus

7. Les “No Bra”: de plus en plus de femmes se débarrassent de leurs soutifs

Pour leur confort ou par féminisme, de plus en plus de Françaises décident de se passer de soutien-gorge et adoptent le “no bra” (“pas de soutien-gorge”). L’occasion de découvrir à quel point la poitrine des femmes fait encore l’objet de toutes les attentions… et injonctions.
© Catherine Calvanus - Cheek Magazine
© Catherine Calvanus