société

#PadmanChallenge: Natalia Vodianova pose avec une serviette hygiénique à la main

Né en Inde sous l’impulsion des stars bollywoodiennes, le #PadManChallenge vise à briser le tabou qui entoure les règles. Le mannequin russe Natalia Vodianova vient de se prêter au jeu sur son compte Instagram. 
Instagram/natasupernova
Instagram/natasupernova

Instagram/natasupernova


Serviette hygiénique à la main, Natalia Vodianova pose pour un selfie d’un nouveau genre. “Oui, c’est une serviette dans ma main et il n’y a rien de honteux, c’est naturel”, écrit le mannequin en légende. La trentenaire en profite également pour nominer trois de ses connaissances –Emily Ratajkowski, Doutzen Kroes et Alexina Graham– les encourageant à lui emboîter le pas et à participer au #PadManChallenge.

 

 

Yes, that’s a Pad in my hand & there’s nothing to be ashamed about. It’s natural! Period. ❤ I nominate @emrata @doutzen @alexinagraham 💗👍🏻 big shoutout to @twinklerkhanna for this initiative ❤️@Flotracker #LetsTalkAboutPeriods #UNFPA #PadManChallenge 🇷🇺 Да, вы не ошиблись, у меня в руке обычная гигиеническая прокладка. Месячные – это естественная часть жизни любой женщины, и мне бы хотелось чтобы тема женского здоровья могла свободно обсуждаться в любой стране мира. ❤ Давайте поговорим об этом @alexinagraham @emrata @doutzen 💗👍🏻@Flotracker #LetsTalkAboutPeriods #UNFPA #PadManChallenge

Une publication partagée par Natalia Vodianova (@natasupernova) le

Ce défi, qui a pour but de rappeler que les règles ne sont ni sales, ni honteuses, a été lancé le 2 février dernier par l’acteur indien Akshay Kumar, à l’occasion de la sortie de son prochain film, Pad Man.

 

Pad Man retrace le parcours d’Arunachalam Muruganantham, un entrepreneur indien qui a créé des machines capables de fabriquer des serviettes hygiéniques à moindre coût. De quoi aider les femmes à mieux supporter leurs règles, dans un pays où les menstruations restent un tabou immense. L’actrice bollywoodienne Jacqueline Fernandez rappelle ainsi dans un post Instagram, que “10% des Indiennes pensent que les règles sont une maladie, et que 14% soufrent d’infections menstruelles”. Avec déjà plus de 20 000 participants, les photos de femmes, d’hommes ou d’adolescents posant fièrement avec une serviette se multiplient. Un beau message qui, on l’espère, permettra de faire tomber ce fameux tabou du cycle menstruel. 

Audrey Renault


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Instagram/natasupernova - Cheek Magazine
Instagram/natasupernova

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Instagram/natasupernova - Cheek Magazine
Instagram/natasupernova

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Instagram/natasupernova - Cheek Magazine
Instagram/natasupernova

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Instagram/natasupernova - Cheek Magazine
Instagram/natasupernova