société

Le pape François compare l'IVG à “un tueur à gages” et provoque la polémique

Les propos tenus hier par le pape François sur l’avortement ont choqué et les réactions ont été nombreuses sur les réseaux sociaux. 
instagram/franciscus
instagram/franciscus

instagram/franciscus


La métaphore a choqué, et pour cause, elle était particulièrement violente. Hier, lors de sa traditionnelle audience place Saint-Pierre, le pape François, 81 ans, a comparé dans son homélie l’interruption volontaire de grossesse au recours à “un tueur à gages”: “Ce n’est pas juste de se débarrasser d’un être humain, même petit, pour résoudre un problème. C’est comme avoir recours à un tueur à gages pour résoudre un problème.

Le pape argentin a ensuite insisté et demandé à l’assistance: “Interrompre une grossesse, c’est comme éliminer quelqu’un. Est-il juste d’éliminer une vie humaine pour résoudre un problème?” Et d’enfoncer le clou: “Mais comment un acte qui supprime la vie innocente peut-il être thérapeutique, civil ou tout simplement humain?

Les réactions sur les réseaux sociaux n’ont pas tardé. Raphaëlle Rémy-Leleu, porte-parole de l’association Osez le féminisme a assimilé le pape François à “un père Noël d’extrême droite”:

 

 

D’autres ont pointé la limite du “progressisme” supposé de l’homme d’Église:

 

 

 

D’autres encore lui conseillent de s’occuper “de ce qui le concerne” et de “plutôt se pencher sur les multiples scandales de pédophilie dans l’Église”: 

 

 

 

J.T.


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
instagram/franciscus - Cheek Magazine
instagram/franciscus

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
instagram/franciscus - Cheek Magazine
instagram/franciscus

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
instagram/franciscus - Cheek Magazine
instagram/franciscus

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
instagram/franciscus - Cheek Magazine
instagram/franciscus

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
instagram/franciscus - Cheek Magazine
instagram/franciscus