société

Le cheek point

À Paris, les viols et agressions sexuelles sont en hausse

On a lu pour vous cet article de L’Express à propos de l’expansion des agressions sexuelles à la sortie des boîtes à Paris et on vous le conseille.
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani

Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani


‘Nous avons quelques cas de prédateurs qui traquent les femmes alcoolisées à la sortie des boîtes ou en fin de soirée, s’inquiète le commissaire Christophe Pinot, le patron du 2e district de police judiciaire de Paris (DPJ), qui couvre l’est et le nord de la capitale. Est-ce une nouvelle tendance? Les mois qui viennent nous le diront.’ Autre scénario identifié: un homme propose de raccompagner, à pied ou en voiture, une fêtarde que ses amis ont laissée seule, convaincus qu’elle s’apprête à monter dans un taxi. […]

Beaucoup de plaintes finissent à la poubelle. ‘C’est le cas de 70 % d’entre elles’, déplore le Dr Muriel Salmona, médecin psychiatre et présidente de l’association Mémoire traumatique et victimologie. (…) Elle qui, depuis huit ans, forme de nombreux policiers à l’accueil des victimes, dénonce ‘les stéréotypes dont ils sont envahis’. ‘Ils ne conçoivent le viol que s’il est commis par un inconnu avec menace et violence, affirme-t-elle. Or, il y a contrainte de fait quand la victime est trop alcoolisée pour donner son accord à une relation sexuelle.’”

Dans son inquiétante enquête Alerte aux agressions sexuelles à Paris publiée le 25 juillet, L’Express revient sur un phénomène en pleine expansion dans la capitale: les viols et agressions sexuelles à la sortie des boîtes et bars. Les femmes alcoolisées ou sous l’emprise de stupéfiants sont les premières cibles, ce qui complique le travail de la police, car elles peuvent difficilement témoigner ou démontrer le refus de consentement. Ainsi, moins de 2 % des affaires de viol débouchent sur une condamnation des auteurs par une cour d’assises”.

L’enquête s’intéresse également à la formation des policiers qui accueillent les victimes et s’occupent d’affaires de viols. Ainsi, les plaignantes ont encore trop souvent affaire à des policiers qui connaissent mal le sujet. Un article intéressant, qui évoque également les efforts faits par la police –bien que toujours insuffisants- pour accueillir les victimes.

À lire le plus rapidement possible sur le site de L’Express.


1. Pourquoi les casseurs sont-ils, en grande majorité, des hommes?

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait celui des Couilles sur la table consacré à l’absence de femmes au sein des casseurs dans les manifestations et à la violence d’Etat, considérée comme viriliste.
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani  - Cheek Magazine
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani

2. La misogynie et la masculinité toxique des fraternités américaines révélées par le Guardian

On a lu pour vous cet article de l’édition américaine du journal The Guardian, qui expose la façon dont les maisons de fraternité encouragent les jeunes étudiants à développer une masculinité toxique, et on vous le conseille.  
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani  - Cheek Magazine
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani

5. Les femmes chez les gilets jaunes: une visibilisation historique?

On a lu pour vous cet article de TV5 Monde, dans lequel la journaliste Isabelle Mourgere s’intéresse à la place des femmes dans les manifestations des gilets jaunes. 
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani  - Cheek Magazine
Photo du film “La belle et la meute” © mariam al ferjani