société

Bande dessinée

“Passer à la casserole”: quand une dessinatrice s'attaque au viol conjugal

Dans la bande dessinée Passer à la casserole, la dessinatrice Marine Spaak rappelle que le viol conjugal est une réalité subie par près de 25% des femmes et pousse un coup de gueule contre sa banalisation au nom d’un soi-disant “devoir conjugal”.
© Marine Spaak
© Marine Spaak

© Marine Spaak


Non, un violeur n’est pas forcément un inconnu qui vous attaque sournoisement dans une ruelle sombre. Il est plus souvent un ami, un collègue, un voisin, voire un mari ou un compagnon. Pour rappeler que le viol conjugal et les violences sexuelles au sein du couple sont une réalité qui touche près d’une femme sur quatre, la dessinatrice Marine Spaak, autrice du blog Dans Mon Tiroir, vient de publier une série de planches très instructives. 

En partenariat avec le magazine féministe belge Femmes Plurielles, Marine Spaak illustre une analyse sur le viol conjugal réalisée en décembre 2017 par la chercheuse Amandine Michez. Dans cette BD intitulée Passer à la casserole, la dessinatrice met en image la banalisation du viol au sein du couple, la difficulté des victimes à mettre des mots sur ce traumatisme insidieux, le poids d’un supposé “devoir conjugal” ou encore l’incapacité de certain·e·s à comprendre qu’un rapport forcé, même de la part d’un partenaire intime, reste un viol. Espérons qu’au même titre que la charge mentale, médiatisée grâce à la dessinatrice Emma, Marine Spaak parvienne grâce à ces quelques dessins à faire évoluer les mentalités, ou du moins à déclencher une prise de conscience. 

 

Audrey Renault

 


1. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
© Marine Spaak - Cheek Magazine
© Marine Spaak

2. Les Girls on Wheels prennent d'assaut la ville à vélo

Depuis deux ans, elles sillonnent les rues de Paris, entre filles. Pour prendre confiance face au milieu très masculin du cyclisme, montrer qu’elles ont leur place en ville et se dépenser dans une ambiance bienveillante.
© Marine Spaak - Cheek Magazine
© Marine Spaak

3. Elle a lancé Les Aliennes, le festival qui parle féminisme et numérique

Tatyana Razafindrakoto, directrice du festival multiculturel Les Aliennes, qui aura lieu les 25 et 26 mai au Hasard Ludique à Paris, nous embarque dans un voyage qui mêle combats féministes, musique et innovation technologique. Entretien Express.
© Marine Spaak - Cheek Magazine
© Marine Spaak

5. Les “No Bra”: de plus en plus de femmes se débarrassent de leurs soutifs

Pour leur confort ou par féminisme, de plus en plus de Françaises décident de se passer de soutien-gorge et adoptent le “no bra” (“pas de soutien-gorge”). L’occasion de découvrir à quel point la poitrine des femmes fait encore l’objet de toutes les attentions… et injonctions.
© Marine Spaak - Cheek Magazine
© Marine Spaak

7. Un mariage hétéro féministe? C'est possible!

La saison des talons qui s’enfoncent dans l’herbe, des pièces montées qui collent aux dents et des discours embarrassants est arrivée. L’an dernier, 228 000 couples se sont dit oui. Mais comment se passer la bague au doigt en étant féministes convaincu·e·s alors que le mariage véhicule toujours certaines symboliques patriarcales et genrées?   
© Marine Spaak - Cheek Magazine
© Marine Spaak