société

Le Cheek Point

La pilule augmente de 20% les risques de cancer: l’intox du mois

On a lu pour vous cet article qui décrypte la façon dont les médias associent pilule et cancer, et on vous le conseille.
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons

© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons


Pilule et cancer: que dit vraiment cette étude? On parle ça et là d’une augmentation du risque de cancer de 20%. Certes, mais il faut les remettre en perspective! En réalité, ce que dit l’étude, c’est que ‘Comparé avec les femmes qui n’ont jamais pris de contraception hormonales, le risque relatif de cancer du sein parmi toutes les personnes en ayant pris actuellement ou récemment est à 1,20%. Ce risque augmente de 1,09 quand on l’a pris moins d’un an, à 1,38 quand on l’a pris plus de 10 ans.’

D’où sortent donc ces 20%? J’ai demandé à Danielle Gaudry, gynécologue au Planning familial, de m’expliquer: ‘C‘est le pourcentage d’augmentation, pas le pourcentage de risque de cancer’. Donc en clair, si ton risque de développer un cancer est faible, très faible, une augmentation du risque de 20%, ça reste très faible. Et ce n’est bien sûr pas la même chose qu’avoir 20% de chances d’avoir un cancer. (…)

Nous sommes donc en présence d’un médicament, dont les effets sont majoritairement positifs, mais qui présente des risques d’effets secondaires indésirables. Écrire des titres alarmistes sur la question, c’est prendre le risque de mal informer.”

L’article intitulé Pilule et cancer: comment décrypter les “selon une étude” alarmistes?, publié mardi sur Madmoizelle, revient sur les risques liés à la prise de la pilule. En effet, le moyen de contraception a une nouvelle fois défrayé la chronique après la parution d’une étude le 7 décembre dernier dans The New England Journal of Medicine, qui établit un lien entre pilule et cancer. Les médias français ont relayé les résultats à coup de titres alarmistes et d’erreurs d’interprétations et Danielle Gaudry rappelle que “la prise de la pilule est équivalente à la prise de tout médicament: il y a des contre-indications dans certains cas”, et ajoute que “la pilule réduit d’autres cancers comme celui des ovaires ou de l’endomètre, dans une stratégie de santé publique, le bénéfice d’une contraception hormonal reste supérieure. » Avant d’encourager les lectrices à consulter un ou une professionnel·le de la santé en cas de doute, la gynécologue s’interroge sur la récurrence des attaques contre le moyen de contraception: “Y a-t-il un lobby anti-contraception qui cherche à faire peur? ” Une question qui mérite d’être posée: qui pourrait bien avoir envie de nous voir renoncer à notre liberté sexuelle?

À lire au plus vite sur le site de Madmoizelle.


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
© Annabelle Shemer, Flickr Creative Commons