société

Le Cheek Point

Devenir mère seule, une décision difficile à prendre

On a lu pour vous ce témoignage émouvant d’une mère qui a pris la décision difficile de faire un bébé toute seule et ne l’a jamais regrettée. 
DR
DR

DR


En plus d’être seule, on se prend cette horloge biologique en pleine gueule ou plutôt en plein dans les ovaires. Nous, les femmes, vivons sous le coup de cette terrible injustice. À partir de 35 ans, notre fécondité -quel mot dégueulasse- dégringole à 30% alors qu’on est censée être au top de notre vie professionnelle. Pendant que les hommes, eux, peuvent continuer à faire des mômes jusqu’à ce que mort s’ensuive, s’ils le souhaitent. Alors évidemment oui, mille fois oui, j’aurais préféré faire cet enfant avec un homme plutôt qu’avec une éprouvette. Jamais dans mes rêves les plus fous, je n’aurais imaginé avoir recours à la PMA. (…)

Non décidément, tout ça n’a rien à voir avec une petite virée shopping qui apaiserait mon angoisse existentielle. Ce que personne ne dit, c’est qu’il faut une volonté sans faille, un courage énorme pour entreprendre seule une PMA. Alors, je suis peut-être égoïste mais je suis une égoïste vachement courageuse. Aujourd’hui, ma fille a 5 ans. Elle n’est pas un secret, mon choix n’est pas une honte et je l’assume totalement. Elle est merveilleuse, incroyable, parfaite et surtout épanouie. C’est le mot qui revient souvent dans la bouche de ma famille, mes amis, mes collègues, les maîtresses d’école.”

Dans un long témoignage publié sur le site de L’Obs, Elsa, une maman quadra, raconte le cheminement personnel, pas toujours simple, qui l’a conduite à entreprendre une PMA en Belgique, une option qui n’en avait jamais été une avant qu’elle fasse le constat, à 41 ans, célibataire, que c’était sa seule chance d’avoir un enfant. Un témoignage émouvant et sincère, qui démonte l’idée reçue selon laquelle faire un bébé toute seule est un caprice

À lire le plus vite possible sur le site de L’Obs.


1. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. Les Girls on Wheels prennent d'assaut la ville à vélo

Depuis deux ans, elles sillonnent les rues de Paris, entre filles. Pour prendre confiance face au milieu très masculin du cyclisme, montrer qu’elles ont leur place en ville et se dépenser dans une ambiance bienveillante.
DR - Cheek Magazine
DR

5. Elle a lancé Les Aliennes, le festival qui parle féminisme et numérique

Tatyana Razafindrakoto, directrice du festival multiculturel Les Aliennes, qui aura lieu les 25 et 26 mai au Hasard Ludique à Paris, nous embarque dans un voyage qui mêle combats féministes, musique et innovation technologique. Entretien Express.
DR - Cheek Magazine
DR

7. Les “No Bra”: de plus en plus de femmes se débarrassent de leurs soutifs

Pour leur confort ou par féminisme, de plus en plus de Françaises décident de se passer de soutien-gorge et adoptent le “no bra” (“pas de soutien-gorge”). L’occasion de découvrir à quel point la poitrine des femmes fait encore l’objet de toutes les attentions… et injonctions.
DR - Cheek Magazine
DR