société

Le Cheek Point

Devenir mère seule, une décision difficile à prendre

On a lu pour vous ce témoignage émouvant d’une mère qui a pris la décision difficile de faire un bébé toute seule et ne l’a jamais regrettée. 
DR
DR

DR


En plus d’être seule, on se prend cette horloge biologique en pleine gueule ou plutôt en plein dans les ovaires. Nous, les femmes, vivons sous le coup de cette terrible injustice. À partir de 35 ans, notre fécondité -quel mot dégueulasse- dégringole à 30% alors qu’on est censée être au top de notre vie professionnelle. Pendant que les hommes, eux, peuvent continuer à faire des mômes jusqu’à ce que mort s’ensuive, s’ils le souhaitent. Alors évidemment oui, mille fois oui, j’aurais préféré faire cet enfant avec un homme plutôt qu’avec une éprouvette. Jamais dans mes rêves les plus fous, je n’aurais imaginé avoir recours à la PMA. (…)

Non décidément, tout ça n’a rien à voir avec une petite virée shopping qui apaiserait mon angoisse existentielle. Ce que personne ne dit, c’est qu’il faut une volonté sans faille, un courage énorme pour entreprendre seule une PMA. Alors, je suis peut-être égoïste mais je suis une égoïste vachement courageuse. Aujourd’hui, ma fille a 5 ans. Elle n’est pas un secret, mon choix n’est pas une honte et je l’assume totalement. Elle est merveilleuse, incroyable, parfaite et surtout épanouie. C’est le mot qui revient souvent dans la bouche de ma famille, mes amis, mes collègues, les maîtresses d’école.”

Dans un long témoignage publié sur le site de L’Obs, Elsa, une maman quadra, raconte le cheminement personnel, pas toujours simple, qui l’a conduite à entreprendre une PMA en Belgique, une option qui n’en avait jamais été une avant qu’elle fasse le constat, à 41 ans, célibataire, que c’était sa seule chance d’avoir un enfant. Un témoignage émouvant et sincère, qui démonte l’idée reçue selon laquelle faire un bébé toute seule est un caprice

À lire le plus vite possible sur le site de L’Obs.


1. Le congé paternité est-il la clé de l'égalité dans le couple?

En France, le congé paternité est un droit encore snobé par trois pères sur dix qui ne dure que onze jours. Les semaines qui suivent l’arrivée d’un nouveau-né influencent pourtant de façon cruciale la place attribuée aux femmes et aux hommes dans la société, la famille et le monde professionnel.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Un podcast qui démonte les a priori de la grossophobie

Alors que la Ville de Paris organise aujourd’hui une journée de lutte contre la grossophobie, on vous recommande ce podcast qui démonte pas mal d’idées reçues sur un sujet, qui, une fois de plus, enferme les femmes dans leur corps. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
DR - Cheek Magazine
DR