société

Le podcast du jour

Un podcast qui nous ramène avec nostalgie au temps des répondeurs (et c'est délicieux)

Dans ce nouveau podcast Arte Radio, Vous êtes bien chez Sophie, la réalisatrice Sophie Simonot nous replonge dans les années 90 en déterrant les messages de son répondeur téléphonique de l’époque. 
© Arte Radio
© Arte Radio

© Arte Radio


J’ai toujours gardé les messages de mon répondeur téléphonique. Pendant 15 ans, sans réfléchir et sans savoir pourquoi, j’ai conservé les blagues à deux balles de mes amis, les inquiétudes de mes parents et les états d’âmes de mes amants.” C’est ainsi que débute ce délicieux podcast Arte Radio que l’on doit à la réalisatrice télé et radio Sophie Simonot, intitulé Vous êtes bien chez Sophie.

Ce répondeur Panasonic “à double cassette audio”, c’est le tout premier objet que la jeune femme a acheté en 1989  lorsqu’elle a quitté la maison de ses parents à 19 ans. À l’époque, le téléphone portable n’existe pas encore, le seul moyen de joindre les gens est d’appeler chez eux et, à défaut de les avoir en direct, de leur laisser un message sur leur répondeur. Ce sont toutes ces petites tranches de vie que Sophie Simonot, 45 ans aujourd’hui, a précieusement conservées au fil des années, par peur de voir le temps défiler et le présent effacer le passé. Plongée nostalgique enchanteresse dans les années 90 avec le premier épisode à écouter ci-dessous: 

 

J.T.


1. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
© Arte Radio - Cheek Magazine
© Arte Radio

4. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
© Arte Radio - Cheek Magazine
© Arte Radio