société

Le podcast du jour

Charge mentale, injonctions: le nouvel épisode de “Quoi de meuf” dissèque la santé mentale des femmes

On a écouté pour vous de podcast de Quoi de Meuf sur les facteurs qui influencent la santé mentale des femmes, et on vous le conseille fortement.
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano


Selon plusieurs études, les femmes sont deux fois plus souvent concernées que les hommes par la dépression et représentent 60% des consommateurs d’antidépresseurs.” Pour le cinquième épisode de Quoi de Meuf, disponible depuis le 18 février, Clémentine Gallot et Mélanie Wanga ont décidé de s’attaquer à la santé mentale des femmes. Dans le podcast intitulé Toutes hystériques, les deux journalistes évoquent une “population à risque susceptible de souffrir de troubles notamment dus à des facteurs sociaux comme la charge mentale, le harcèlement, les micro-agressions, le poids de l’histoire et le sexisme au quotidien”. Pour expliquer cette différence systémique et non naturelle, elles mettent également en évidence le caractère très masculin de la médecine spécialisée dans la psychiatrie. C’est d’ailleurs Hippocrate qui donne naissance au concept d’hystérie, maladie soi-disant due à l’utérus et dont les rapports sexuels et la maternité sont les remèdes selon lui. Il faudra attendre 1906 pour qu’une femme, Madeleine Pelletier, soit diplômée de psychiatrie en France.

La société encourage les petites filles à l’inquiétude et à l’inaction dès leur plus jeune âge. Il faut être polie, souriante, ne pas se salir, ne pas se battre”, détaillent les deux jeunes femmes. Elles poursuivent en décrivant une éducation marquée à l’adolescence par une injonction à ne pas sortir seules et à ne pas “provoquer” les hommes. “Il y a un développement d’inquiétude et d’hyper vigilance chez les femmes qui a un impact sur la psyché, dénoncent-elles. Il faut toujours faire attention à comment on est, comment on se présente vis-à-vis du monde extérieur, ça rend fou.”

Clémentine Gallot et Mélanie Wanga pointent également du doigt les conditions responsables chez la femme d’une faible confiance en elle: “Etre considérées comme des objets, ça n’aide pas, être harcelée dans la rue, ou mal payée et donc méprisée non plus.” Une situation accentuée en cas de cumul des discriminations, comme chez les femmes LGBTQ ou racisées.

Pour redorer son estime de soi, les deux journalistes recommandent le self-care. “Il ne s’agit pas que de s’acheter des bougies et de prendre des bains en écoutant du Mariah Carey […] mais aussi de faire ce qui va vous donner du pouvoir et vous aider à affronter votre  vie sous tous ses aspects, le sexisme, le racisme, la LGBT-phobie. Ca peut être dire non plus souvent, désinstaller les applications de réseaux sociaux de votre téléphone, méditer, aller chez le psy. Se trouver du temps pour soi et son bien-être mental.”

Margot Cherrid


1. Quand être féministe dans une grande école française relève du parcours du combattant

On a lu pour vous cet article du magazine Madame Figaro dans lequel le journaliste Sofiane Zaizoune dénonce la difficulté d’être une étudiante féministe dans les grandes écoles françaises. 
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano - Cheek Magazine
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

2. Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir?

Depuis les NRJ Music Awards, qui ont eu lieu samedi 10 novembre, Aya Nakamura est au cœur d’une nouvelle polémique, et doit faire face à des propos violents de la part de présentateurs, comme Matthieu Delormeau. Des déclarations qualifiées de “misogynoir” par certains internautes.  
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano - Cheek Magazine
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

3. “Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités

Slate a lancé son nouveau podcast sur les masculinités, Mansplaining, animé par Thomas Messias, professeur de lycée et journaliste pour le magazine. Dans ce premier épisode, le trentenaire met en exergue les stéréotypes du genre véhiculés par les œuvres cinématographiques. 
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano - Cheek Magazine
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

4. Dix Pour Cent: Camille Cottin s'exprime sur l'homosexualité se son personnage et la PMA

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait cette interview de Camille Cottin, dans laquelle elle s’exprime sur la PMA et l’homosexualité d’Andréa, son personnage dans la série Dix pour cent.
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano - Cheek Magazine
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

5. Avec son podcast “2400”, Diahala Doucouré offre une parole intime sur les règles aux femmes

Diahala Doucouré a lancé 2400, un podcast qui interroge les femmes sur leurs rapports aux règles. Elle en profite pour questionner la religion, la sexualité ou encore la transmission familiale, loin d’être hors-sujet lorsqu’on parle de menstruations.
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano - Cheek Magazine
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

6. Transphobes et grossophobes, les propos de Victoria's Secret font polémique

Les propos transphobes et grossophobes du directeur marketing de Limited Brands, société mère de Victoria’s Secret, font la polémique. Twitter appelle au boycott. 
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano - Cheek Magazine
Quoi de meuf Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano