société

On a testé pour vous le pom-pom inclusif et body positive

Chaque mois, Elise Bouskila organise des stages de pom-pom pour aider femmes et hommes à accepter leurs corps et profiter de l’énergie positive de cette discipline.
© Elise PomPom Girls
© Elise PomPom Girls

© Elise PomPom Girls


Autant vous dire que, lorsqu’on a reçu un mail d’invitation à un stage de pom-pom, on n’était pas franchement partante. Sûrement parce qu’on a toutes en tête l’image de la méchante cheerleader américaine, bien foutue et dédaigneuse. Lorsque l’organisatrice, Elise Bouskila, aka Elise Pompom Girl -elle tient particulièrement à ce nom-, nous contacte, elle insiste sur le caractère body positive et inclusif des  cours qu’elle délivre depuis 2011. “C’est du pom-pom pour tous sexes, tous âges et toutes morphologies”, assure-t-elle. Résultat? On bloque l’après midi du samedi 10 février et on se prépare psychologiquement à bouger sur la chanson Buttons des Pussycat Dolls dans un studio planqué au fin fond du 13ème arrondissement de Paris.  

Dans les vestiaires, on échange avec deux jeunes femmes. La première assiste au cours pour oublier les complexes liés à ses rondeurs, parce qu’ici, “personne ne nous juge”. “Il ne faut pas croire que les femmes rondes sont les seules à manquer de confiance en elles, complète sa voisine. J’ai eu des problèmes d’anorexie, je ne suis pas bien dans mes pompes et j’essaye de me reconstruire par le sport.” D’autres nous expliquent s’être tournées vers le pom-pom body positive après avoir été refusées par des écoles de danse à cause de leurs formes. Une fois que les 22 danseuses sont prêtes -aucun homme n’est présent aujourd’hui- Elise lance un joyeux: “Est-ce que vous avez la pataaaate?” Et d’enchaîner: “L’idée c’est que vous kiffiez, il faut profiter de l’énergie positive, vous donner à fond, vous faire faire plaisir et sourire.

On a testé pour vous le pom-pom inclusif et body positive

© Elise PomPom Girls

Après un petit échauffement, la professeure dévoile la chorégraphie que l’on va devoir exécuter d’ici deux heures, devant un miroir qui couvre une largeur de la pièce. Autant vous dire qu’à ce moment là, on flippe, rapport à notre souplesse proche de l’élasticité d’un manche à balai et de notre grâce équivalente à celle d’un cachalot. On est plutôt ballon rond-crampons que ballerines-tutu. On s’étonne d’ailleurs de voir certaines des élèves maquillées pour la séance, mais les danseuses se justifient ainsi: lorsqu’on se trémousse devant son reflet pendant deux heures, autant se trouver jolie. Soit. Chacune attrape une paire de pompons et commence à effectuer les premiers pas. Ici, il n’y a aucune pression: si on est incapable de toucher le sol, on tentera le genou. Ça nous arrange.

N’essayez pas de manger les pompons, c’est dégueulasse!

L’ambiance est à la rigolade. “N’essayez pas de manger les pompons, c’est dégueulasse”, se marre Elise quand l’une des femmes se fouette le visage maladroitement. “On pourra faire une choré sur Cotton Eye Joe?”, s’amuse une jeune femme pour se moquer de sa propre démarche. Au bout de deux heures, notre groupe a de la gueule et on arrive -presque- à caler notre roulé-boulé -presque- sexy sur le “hin-hin” du refrain des Pussycat. Le cours se termine et les participantes semblent très satisfaites. Elles s’applaudissent et squattent la salle pendant une bonne vingtaine de minutes pour prendre selfies et vidéos avec les pompons.

On sort du cours de bonne humeur, contentes de s’être prises pour Beyoncé le temps d’une après-midi. Pour celles et ceux que ça tente, le prochain stage aura lieu le 10 mars et sera dédié à Britney Spears. Très girly on vous l’accorde, mais ses élèves nous le promettent: il leur arrive aussi de danser sur du Linkin Park, Marilyn Manson et Soprano.

Margot Cherrid


1. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
© Elise PomPom Girls - Cheek Magazine
© Elise PomPom Girls

2. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
© Elise PomPom Girls - Cheek Magazine
© Elise PomPom Girls

3. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
© Elise PomPom Girls - Cheek Magazine
© Elise PomPom Girls

4. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
© Elise PomPom Girls - Cheek Magazine
© Elise PomPom Girls

7. Sara García Gross, militante féministe, se bat pour le droit à l'avortement au Salvador

Sara García Gross, une militante salvadorienne, a reçu le 9 janvier le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes pour ses actions en faveur de la dépénalisation de l’avortement au Salvador et en Amérique Centrale. La militante s’est construite auprès de grandes figures guerrilleras salvadoriennes pour embrasser aujourd’hui un féminisme intersectionnel. Rencontre.
© Elise PomPom Girls - Cheek Magazine
© Elise PomPom Girls