société

Le Cheek Point

“Un porc, tu nais?”: Leïla Slimani répond à la tribune du Monde dans Libération

On a lu cette réponse de Leïla Slimani dans Libération à la tribune du Monde sur la “liberté d’importuner”, et on vous la recommande. 
© Pierre Hybre
© Pierre Hybre

© Pierre Hybre


“Marcher dans la rue. Prendre le métro le soir. Mettre une minijupe, un décolleté et de hauts talons. Danser seule au milieu de la piste. Me maquiller comme un camion volé. Prendre un taxi en étant un peu ivre. M’allonger dans l’herbe à moitié dénudée. Faire du stop. Monter dans un Noctambus. Voyager seule. Boire seule un verre en terrasse. Courir sur un chemin désert. Attendre sur un banc. Draguer un homme, changer d’avis et passer mon chemin. Me fondre dans la foule du RER. Travailler la nuit. Allaiter mon enfant en public. Réclamer une augmentation. Dans ces moments de la vie, quotidiens et banals, je réclame le droit de ne pas être importunée. Le droit de ne même pas y penser.”

Dans un beau texte publié ce jour dans Libération et intitulé “Un Porc, tu nais?”, Leïla Slimani répond à son tour à la consternante tribune sur la “liberté d’importuner” publiée dans Le Monde mardi 9 janvier. L’écrivaine y évoque son droit à ne pas être importunée, et redonne une voix à “celles qu’on suit, qu’on harcèle, qu’on viole, qu’on insulte, qu’on traite comme des intruses dans l’espace public.” Un texte clair et essentiel, qui rappelle ce qu’est l’origine des mouvements #MeToo et #BalanceTonPorc. 

A lire de le plus rapidement possible sur Libération


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
© Pierre Hybre - Cheek Magazine
© Pierre Hybre

5. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
© Pierre Hybre - Cheek Magazine
© Pierre Hybre

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
© Pierre Hybre - Cheek Magazine
© Pierre Hybre