cheek_societe_habillage_desktop

société

Génération locataires

Pourquoi la génération Y n’est pas près d’être propriétaire à Paris

Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons


À la rentrée, la ministre du logement Cécile Duflot a présenté une loi (en cours d’examen au Parlement) qui devrait enfin poser des limites à la hausse des loyers dans la capitale. Une progression ininterrompue que les jeunes subissent de plein fouet, en tant que locataires mais surtout en tant qu’aspirants à la propriété. Car malgré cette mesure, le marché immobilier semble de plus en plus fermé aux moins de 35 ans, et la tendance ne devrait pas s’inverser. Cinq facteurs d’explication.

Avec son salaire, le jeune peut s’acheter un 8 m²

À moins d’être une star, l’enfant d’une star ou d’avoir gagné au loto, une personne entre 18 et 34 ans gagne en moyenne 1380 € net trois ans après la fin de ses études, et 2280 € pour toute la tranche d’âge. Même en s’y mettant à deux, il faut donc attendre très longtemps avant d’économiser le montant de l’apport. “À Paris, le montant de l’apport moyen est de 198 000€, précise Maël Bernier, porte-parole du site Empruntis. C’est impossible d’économiser une telle somme, la seule solution est d’être déjà propriétaire ou d’être très aidé par sa famille.” Résultat, les moins de 35 ans optent massivement pour la location, surtout quand ils n’ont pas encore d’enfants. “Avec mon deux pièces au loyer très attractif, je ne suis pas du tout pressé d’acheter, confirme Mickaël, 33 ans. Comme je vis seul, je pourrais au mieux me payer un studio de 25 m², alors autant rester là où je suis!”

L’emprunt à la banque est incompatible avec le free-lance

On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu. Et le trentenaire précaire n’est pas du tout séduisant pour les banques. “Dès qu’on sort du cadre du CDI, on renonce à acheter. En tant que créateur d’entreprise débutant, j’ai fait une croix sur le projet d’acheter un appartement, car je sais qu’avec mon statut, aucune banque ne me prêtera de l’argent tant que je ne gagnerai pas beaucoup d’argent”, poursuit Mickaël.  Par ailleurs, le raccourcissement de la durée des crédits joue également contre les jeunes actifs, qui se voient réduits à emprunter de plus petites sommes, limitant un peu plus leur accès à la propriété. “La durée moyenne des crédits est de plus en plus courte, ajoute Maël Bernier, elle est passée en 2012 de 20 ans et 9 mois à 20 ans, ce qui pénalise encore un peu plus les primo-accédants.”

Acheter un appart, c’est un truc de parents

C’est souvent l’arrivée d’un enfant (voire de plusieurs) qui pousse les jeunes couples à l’achat. Avant cette étape décisive, pourquoi s’endetter sur trente ans? “Quand on est célibataire ou jeune couple, vivre à Paris, c’est super, analyse Maël Bernier. Professionnellement il y a plus d’opportunités, la vie sociale et culturelle est intense… On reste donc à Paris, mais en location car les prix du marché sont prohibitifs.” Un mode de vie qu’ont longtemps pratiqué Dorothée, 36 ans, et son compagnon, globe-trotteurs hédonistes ne voulant pas renoncer à leur train de vie. “On se disait qu’on n’était pas propriétaires mais qu’on était libres et qu’on profitait de nos salaires qui nous permettaient de voyager et de kiffer. Ça s’est compliqué quand on a eu un, puis deux, puis trois enfants.”

Être propriétaire c’est voir à long terme

Quand on avait la vingtaine, on ne voulait pas d’un fil à la patte, continue Dorothée. Mais une fois qu’on est devenus une famille, c’était trop tard pour acheter à Paris, il aurait fallu avoir l’apport d’un premier appartement.” En effet, investir dans la pierre dès son plus jeune âge, c’est voir très loin et ce n’est pas forcément compatible avec les modes de vie à court terme engendrés par le CDD ou le recul de l’âge du mariage et du premier enfant dans la capitale. Mais pour Maël Bernier, cette vision court-termiste est en train d’évoluer: “Avant, c’était un réflexe de bourgeois de vouloir à tout prix acheter. Aujourd’hui, c’est une sorte d’assurance-retraite qu’on n’aura pas. On se dit que même s’il ne nous reste rien plus tard, il y aura toujours ce petit loyer. Or, compte tenu de la flambée des prix à Paris, l’investissement locatif se déplace dans les autres villes de France.”

Un jour, le jeune achètera… en province

Pour Dorothée, parisienne depuis toujours, c’est à Nantes que la solution est apparue: “On se demandait vraiment comment on allait s’en sortir, et mon mec a eu une opportunité de travail à Nantes. On a sauté sur l’occasion et on a déménagé en trois semaines.” Aujourd’hui, le couple est ravi de voir ses enfants grandir dans une maison de 140 m² et envisage même de sauter le pas de l’achat, jusqu’alors inenvisageable. “Le mètre carré coûte trois à quatre fois moins cher dans les grandes villes de province, précise Maël Bernier, et les progrès du TGV sont un argument de plus pour s’installer hors de la capitale et y travailler quand même, notamment en développant le télétravail. De toute façon, à terme, les jeunes n’auront pas le choix: s’ils veulent se constituer un capital immobilier, ils quitteront Paris.”

Myriam Levain


1. Une étude dénonce le traitement sexiste du foot féminin dans les médias

160 000 licenciées en 2017, des matchs diffusés en prime time lors du dernier Euro et une coupe du Monde organisée en France en 2019: le football féminin semble gagner en popularité dans l’hexagone. Pourtant, d’après l’étude “La couverture médiatique du football féminin dans la presse…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

2. Que les hommes savent-ils vraiment des règles?

Après son édifiante vidéo sur l'orgasme féminin postée début octobre, le magazine Babe a publié sur sa page Facebook un nouveau micro-trottoir drôle et instructif. Cette fois-ci, il est question de règles et les hommes interrogés doivent répondre à des questions allant de l'anatomie à…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

3. L’asso Lallab s’oppose à la pénalisation du harcèlement de rue en 8 arguments

“Depuis plusieurs semaines, la pénalisation du harcèlement de rue, défendue par Marlène Schiappa, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, fait débat. […] Même si nous saluons l’intérêt porté à ce problème de masse dont sont victimes beaucoup trop de…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

4. L'humoriste Tristan Lopin s'attaque à l'affaire Harvey Weinstein

“T'as vu l'affaire avec Harvey Weinstein, ah ben c'est un producteur de cinéma, enfin un gros porc, qui pense que parce qu'il a du pouvoir, il peut abuser des femmes. Un garçon fort intéressant”: c'est ainsi que Tristan Lopin commence sa dernière vidéo consacrée au…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

5. Sandrine Lecointe aide à reboiser Madagascar grâce à des cosmétiques naturels

“Un produit acheté = un arbre replanté”: c’est ce que promet Madagas’Care, la ligne de cosmétiques imaginée par Sandrine Lecointe qui propose une gamme de soins pour le visage et le corps avec des actifs issus de plantes malgaches (vanille, noix de coco, thé vert,…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

6. “Oui, il y a des mecs bien. Mais est-ce vraiment le moment de le dire?”

“La parole se libère. Et, déjà, on voudrait la canaliser. L’envoyer ailleurs. Dans le silence du commissariat, la discrétion d’un prétoire. Est-ce si difficile que cela à entendre? À comprendre? Dans ce hashtag, dans ces centaines de témoignages, il y a peut-être quelques affabulations, quelques…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

7. Delphine Horvilleur: “Les religions doivent encore trouver leur pensée féministe critique”

Delphine Horvilleur est l’une des trois femmes rabbins de France, elle officie à la synagogue du Mouvement juif libéral de France (MJLF) et dépoussière infatigablement les textes religieux dont elle défend une relecture moderne. Journaliste de formation, elle dirige également la revue trimestrielle de pensée juive…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons