société

Génération locataires

Pourquoi la génération Y n’est pas près d’être propriétaire à Paris

Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons


À la rentrée, la ministre du logement Cécile Duflot a présenté une loi (en cours d’examen au Parlement) qui devrait enfin poser des limites à la hausse des loyers dans la capitale. Une progression ininterrompue que les jeunes subissent de plein fouet, en tant que locataires mais surtout en tant qu’aspirants à la propriété. Car malgré cette mesure, le marché immobilier semble de plus en plus fermé aux moins de 35 ans, et la tendance ne devrait pas s’inverser. Cinq facteurs d’explication.

Avec son salaire, le jeune peut s’acheter un 8 m²

À moins d’être une star, l’enfant d’une star ou d’avoir gagné au loto, une personne entre 18 et 34 ans gagne en moyenne 1380 € net trois ans après la fin de ses études, et 2280 € pour toute la tranche d’âge. Même en s’y mettant à deux, il faut donc attendre très longtemps avant d’économiser le montant de l’apport. “À Paris, le montant de l’apport moyen est de 198 000€, précise Maël Bernier, porte-parole du site Empruntis. C’est impossible d’économiser une telle somme, la seule solution est d’être déjà propriétaire ou d’être très aidé par sa famille.” Résultat, les moins de 35 ans optent massivement pour la location, surtout quand ils n’ont pas encore d’enfants. “Avec mon deux pièces au loyer très attractif, je ne suis pas du tout pressé d’acheter, confirme Mickaël, 33 ans. Comme je vis seul, je pourrais au mieux me payer un studio de 25 m², alors autant rester là où je suis!”

L’emprunt à la banque est incompatible avec le free-lance

On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu. Et le trentenaire précaire n’est pas du tout séduisant pour les banques. “Dès qu’on sort du cadre du CDI, on renonce à acheter. En tant que créateur d’entreprise débutant, j’ai fait une croix sur le projet d’acheter un appartement, car je sais qu’avec mon statut, aucune banque ne me prêtera de l’argent tant que je ne gagnerai pas beaucoup d’argent”, poursuit Mickaël.  Par ailleurs, le raccourcissement de la durée des crédits joue également contre les jeunes actifs, qui se voient réduits à emprunter de plus petites sommes, limitant un peu plus leur accès à la propriété. “La durée moyenne des crédits est de plus en plus courte, ajoute Maël Bernier, elle est passée en 2012 de 20 ans et 9 mois à 20 ans, ce qui pénalise encore un peu plus les primo-accédants.”

Acheter un appart, c’est un truc de parents

C’est souvent l’arrivée d’un enfant (voire de plusieurs) qui pousse les jeunes couples à l’achat. Avant cette étape décisive, pourquoi s’endetter sur trente ans? “Quand on est célibataire ou jeune couple, vivre à Paris, c’est super, analyse Maël Bernier. Professionnellement il y a plus d’opportunités, la vie sociale et culturelle est intense… On reste donc à Paris, mais en location car les prix du marché sont prohibitifs.” Un mode de vie qu’ont longtemps pratiqué Dorothée, 36 ans, et son compagnon, globe-trotteurs hédonistes ne voulant pas renoncer à leur train de vie. “On se disait qu’on n’était pas propriétaires mais qu’on était libres et qu’on profitait de nos salaires qui nous permettaient de voyager et de kiffer. Ça s’est compliqué quand on a eu un, puis deux, puis trois enfants.”

Être propriétaire c’est voir à long terme

Quand on avait la vingtaine, on ne voulait pas d’un fil à la patte, continue Dorothée. Mais une fois qu’on est devenus une famille, c’était trop tard pour acheter à Paris, il aurait fallu avoir l’apport d’un premier appartement.” En effet, investir dans la pierre dès son plus jeune âge, c’est voir très loin et ce n’est pas forcément compatible avec les modes de vie à court terme engendrés par le CDD ou le recul de l’âge du mariage et du premier enfant dans la capitale. Mais pour Maël Bernier, cette vision court-termiste est en train d’évoluer: “Avant, c’était un réflexe de bourgeois de vouloir à tout prix acheter. Aujourd’hui, c’est une sorte d’assurance-retraite qu’on n’aura pas. On se dit que même s’il ne nous reste rien plus tard, il y aura toujours ce petit loyer. Or, compte tenu de la flambée des prix à Paris, l’investissement locatif se déplace dans les autres villes de France.”

Un jour, le jeune achètera… en province

Pour Dorothée, parisienne depuis toujours, c’est à Nantes que la solution est apparue: “On se demandait vraiment comment on allait s’en sortir, et mon mec a eu une opportunité de travail à Nantes. On a sauté sur l’occasion et on a déménagé en trois semaines.” Aujourd’hui, le couple est ravi de voir ses enfants grandir dans une maison de 140 m² et envisage même de sauter le pas de l’achat, jusqu’alors inenvisageable. “Le mètre carré coûte trois à quatre fois moins cher dans les grandes villes de province, précise Maël Bernier, et les progrès du TGV sont un argument de plus pour s’installer hors de la capitale et y travailler quand même, notamment en développant le télétravail. De toute façon, à terme, les jeunes n’auront pas le choix: s’ils veulent se constituer un capital immobilier, ils quitteront Paris.”

Myriam Levain


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

“Sur 54 jeunes femmes interrogées par Teen Vogue, durant ce weekend de festival, toutes avaient été victimes d'agression ou de harcèlement sexuels lors de cette édition de Coachella. Nombre de ces témoignages révèlent des similitudes dans les comportements de prédateur des agresseurs, et la plupart…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

2. Quand le corps se souvient de ce que la femme oublie: une victime de violences sexuelles témoigne dans “Transfert”

“Je me rends compte que ce que j’ai vécu depuis mes 20 ans, […] c’était quelque part une extinction de mon corps qui m’était utile pour garder éteint ce souvenir.” Dans Un corps cadenassé, le dernier épisode du podcast Transfert mis en ligne sur Slate aujourd'hui, Laure,…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

Léa Clermont-Dion connaît bien la France: elle y a fait une partie de ses études et y séjourne régulièrement. La jeune journaliste et doctorante en sciences politiques de 27 ans voit bien la différence avec son Québec natal. “Ici, tu peux être jeune, cute (Ndlr:…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

“‘Les femmes lesbiennes sont les grandes absentes de la prévention’, explique Coraline Delebarre à RTL Girls. ‘Il n'y a aucun moyen de prévention et elles ne se sentent pas concernées.’ Pourtant, des études anglo-saxonnes et quelques études françaises montrent très bien qu'il existe des risques spécifiques: ‘Le…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

La césarienne, cette opération chirurgicale qui consiste à inciser le bas du ventre de la femme pour permettre le passage du bébé, est rarement bien vécue par les mères. Demandez-leur! La  plupart vous répondront “Je n'ai pas accouché, j'ai été opéré d'un bébé”, ou encore…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

6. Harcèlement, sexualité et voile: 12 Marocaines racontent leurs expériences dans une websérie

“Je suis sortie une nuit, à côté de la maison. Un homme est sorti bourré d’un bar, il m’a attrapé de force par le bras: ‘Toi tu viens avec moi!’, ‘Tu as l’habitude de faire ça?’, ‘C’est combien la nuit?’. Je lui ai mis un…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

“Bien sûr, toutes les utilisatrices de tampons ne sont pas discriminantes, #NotAllTamponUsers. La plupart sont tolérantes ou totalement indifférentes face au choix d'hygiène féminine des autres. Une petite minorité rejette même ce duel au sommet [tampons vs serviettes], alternant entre tampons, serviettes, coupe menstruelle ou sous-vêtements périodiques selon le flux de leurs règles et leur…
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons - Cheek Magazine
Le collectif Jeudi Noir dénonce les galères de logement des jeunes à coup de happenings © Cyril Cavalié, Flickr Creative Commons