société

Le Cheek Point

Préjugés sexuels: ces phrases que les femmes racisées ont trop souvent entendues

On a lu pour vous cet article du magazine Glamour dans lequel la journaliste Jennifer Padjemi regroupe des témoignages sur l’exotisation des personnes racisées. 
DR
DR

DR


“‘Mais tu dois être grave sauvage au lit toi… ou ‘C’est marrant, je n’ai jamais testé avec une black’ sont le type de commentaires que Keisha, étudiante de 23 ans, a reçu de nombreuses fois de la part d’hommes blancs, qui s’en servaient pour la draguer, en raison de sa couleur de peau. Ou encore Marie, une jeune femme métisse, qui avait un ex qui la préférait quand elle avait les cheveux bouclés, plutôt que lissés, ‘parce que ça faisait sauvageC’est ce qu’on appelle de ‘l’exotisation’, qui se définit par le fait de ne considérer une personne, dans un cadre amoureux ou sexuel, uniquement sous le prisme racial. Ça commence souvent par la question ‘Tu viens d’où?’, au bout d’une seconde de conversation, jusqu’à des remarques beaucoup plus salaces, sur un aspect physique très précis.” […]

Des femmes noires, mais aussi des femmes d’origine maghrébine, asiatique ou d’ailleurs, ont elles aussi confié après un appel à témoignages, leurs déboires avec des hommes qui les ont reléguées aux stéréotypes raciaux qu’elles étaient censées représenter. De celui qui considère une femme arabe comme un ‘interdit’, à celui qui comme pour Karine, se demande quelle est la couleur des règles d’une femme noire, ou de ses tétons. Sans oublier les termes péjoratifs qui vont avec comme ‘tigresse’, ‘panthère noire’, ‘sauvage’, ou encore ‘geisha’.”

Dans cet article de la journaliste Jennifer Padjemi, publié sur le site de Glamour mardi 27 novembre, et intitulé Exotisation: comment les fantasmes liés à la race sociologique pourrissent les relations amoureuses, des femmes et des hommes racisé·e·s racontent les expériences loufoques qu’elles·ils ont vécu·e·s dans leurs relations amoureuses et/ou sexuelles. Ces différents témoignages démontrent que les préjugés construits sur le sujet lors de la colonisation et de l’esclavage sont toujours ancrés -et parfois banalisés- dans notre société. 

A lire le plus vite possible sur le site de Glamour


1. Légalisation de l'IVG: les Argentines se mobilisent en masse

Les rues de Buenos Aires étaient noires de monde hier lors de la première manifestation de 2020 en faveur de la légalisation de l’avortement, que les Argentines espèrent enfin arracher cette année. 
DR - Cheek Magazine
DR

2. La testostérone, une piste pour combattre l'endométriose?

Prescrite dans les années 70 et 80 en France et abandonnée par la suite, la testostérone représente pourtant un espoir non négligeable pour les personnes atteintes d’endométriose. Explications. 
DR - Cheek Magazine
DR

3. Pourquoi concilier couple et boulot reste plus difficile pour les femmes

Le mythe de la Wonder Woman qui vit à mille à l’heure pour assurer sur tous les fronts, au bureau comme à la maison, est à bout de souffle. Aujourd’hui, envers et malgré les inégalités de genre qu’il reste à vaincre, les jeunes actives sont en quête d’équilibre et de sens.
DR - Cheek Magazine
DR

5. Avec Cité Tech, Monia Maganda lutte contre l'exclusion numérique grâce à ses “FabLabs mobiles”

À 35 ans, Monia Maganda est à la tête de Cité Tech, association créée en 2018 à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis. Elle rêve d’amener le numérique aux publics qui en sont éloignés, dans les quartiers populaires et les zones rurales, mais aussi dans les départements d’outre-mer.
DR - Cheek Magazine
DR

6. Sept ans après la mort de sa fille, Nora Fraisse continue son combat contre le harcèlement scolaire

Pour la deuxième année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on dresse le portrait de Nora Fraisse, prix du courage et du dépassement de soi, fondatrice de l’association de lutte contre le harcèlement scolaire Marion la main tendue. 
DR - Cheek Magazine
DR

7. Dans leur bar à cocktails Kouto, elles privilégient le goût avant tout

Chirine et Marie Cabaret-Besenval, en couple dans la vie comme derrière le comptoir, tiennent Kouto, un bar à cocktails dans le 10ème arrondissement de Paris. À respectivement 32 et 27 ans, elles prônent un cocktail “proche des client·e·s” et éco-responsable.  
DR - Cheek Magazine
DR