société

Le Cheek Point

Pourquoi les femmes n'ont-elles que des prénoms dans les médias?

On a lu pour vous cet article sur la tendance qu’ont les médias d’évoquer les femmes de pouvoir uniquement par leur prénom et on vous le conseille. 
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché

Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché


Cherchez l’erreur dans ce titre, en une du Parisien, lundi 30 mai: ‘Vanessa remplace Léa chez Ruquier.’ Les chroniqueuses Léa Salamé et Vanessa Burggraf ont mystérieusement perdu leur nom de famille, tandis que l’animateur Laurent Ruquier conserve son patronyme. Une maladresse? Non, l’habitude, dans les médias notamment, de nommer les femmes, politiques, journalistes, et plus généralement médiatiques, par leurs seuls prénoms. Comment expliquer cette tendance persistante?

 

 

Martine (Aubry), Najat (Vallaud-Belkacem), Ségolène (Royal)… Les noms de famille des femmes politiques tendent à disparaître, dans nombre de médias. Sandrine Rousseau, porte-parole d’EELV, appelle cela le ‘paternalisme bienveillant’. Dans un entretien à Libération, l’auteure d’un Manuel de survie à destination des femmes en politique, explique qu’appeler une femme politique par son prénom s’inscrit dans cette forme de sexisme qui consiste à complimenter le physique, à juger le style vestimentaire ou à préciser le nombre d’enfants et la situation conjugale des femmes avant de s’intéresser à leur CV.

Dans cet article publié sur le site de Francetvinfo, la journaliste Camille Caldini revient sur cette fâcheuse tendance qu’ont les médias de nommer les femmes de pouvoir par leur seul et unique prénom alors que les hommes, eux, ont toujours droit à leur patronyme. Paternalisme, sexisme ordinaire, tout ce qu’on aime. 

À lire le plus vite possible sur le site de Francetvinfo.


3. La cheffe Stéphanie Le Quellec a ouvert son premier restaurant à Paris

Depuis 2013, la gagnante de l’émission Top Chef 2011 officiait dans les cuisines du Prince de Galles, palace parisien à qui elle apporta deux étoiles en février dernier. Pourtant, peu après l’obtention des précieux macarons, l’établissement ferme le restaurant de Stéphanie Le Quellec, qui rebondit aujourd’hui avec l’ouverture de sa première adresse en solo, La Scène, dans le très chic VIIIème arrondissement parisien. Elle répond à notre interview “Top Cheffe”.
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché - Cheek Magazine
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché

5. Vasectomie: et si on partageait la charge contraceptive?

En France, la vasectomie ne rencontre pas un franc succès. Entre automatisme de la pilule contraceptive, confusion entre infertilité et perte d’attributs virils ou crainte de son côté définitif, les obstacles à sa démocratisation sont nombreux. Ne serait-il pas temps de briser les clichés tenaces et de voir en la vasectomie une méthode attractive aux multiples avantages pour les femmes?  
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché - Cheek Magazine
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché

6. Avec Green Barbès, elles militent pour une cosmétique plus verte et transparente

La petite marque fondée en 2015 est devenue grande. Pour appuyer son développement, Green Barbès a lancé une campagne de crowdfunding afin de conserver sa transparence ultime. Retour sur une évolution cosmétique.
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché - Cheek Magazine
Léa Salamé sur le plateau d'On n'est pas couché