société

BD

“Quand on voit le bébé, on oublie tout”: la nouvelle BD de Projet Crocodiles sur les violences obstétricales

Dans une nouvelle planche, Juliette Boutant et Thomas Mathieu, dessinateur·ice·s du site Projet Crocodiles, collaborent avec la page Paye Ton Gynéco pour dénoncer les violences obstétricales. 
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles”
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles”

Capture d'écran du site “Projet Crocodiles”


Toutes les femmes ont déjà entendu cette phrase sur l’accouchement: “Quand on voit le bébé, on oublie tout.” Mais comment est-ce possible après avoir été victime de violences obstétricales? Dans une nouvelle planche, publiée mardi 11 décembre, le site qui a pour objectif de dénoncer le harcèlement et le sexisme ordinaire en BD, Projet Crocodiles, s’attaque aux violences gynécologiques

Les coups de crayons de Juliette Boutant et Thomas Mathieu illustrent dans les moindres détails le processus d’accouchement d’une femme qui a accepté de témoigner: à partir du moment où le travail a commencé, en passant par l’attente interminable, la soi-disant délivrance, et l’après-accouchement. Créée en collaboration avec la page Facebook Paye Ton Gynéco, cette BD montre aussi les justifications du corps soignant auxquelles sont confrontées les victimes: “Si je n’ai pas mis d’anesthésie locale pour recoudre, c’est pour éviter les risques cardiaques”, “À mon avis, c’est surtout que c’est plus rapide sans anesthésie locale”, ou encore “À 4h du matin, les équipes sont fatiguées, les accouchements sont parfois expédiés”. Et la douleur des femmes dans tout ça? 

 

Wendy Le Neillon


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles” - Cheek Magazine
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles”

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles” - Cheek Magazine
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles”

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles” - Cheek Magazine
Capture d'écran du site “Projet Crocodiles”