société

La vidéo du jour

Une pub pour des serviettes hygiéniques montre pour la première fois du sang

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette publicité de la marque Nana qui utilise enfin du liquide rouge, et non bleu, pour représenter les règles. 
Une pub pour des serviettes hygiéniques montre pour la première fois du sang

Terminé le liquide bleu pour symboliser les règles dans les publicités pour protections hygiéniques? La marque Nana semble en avoir décidé ainsi en révélant, lundi 5 mars, une campagne qui fait grand bruit. Sur la vidéo publiée sur le compte Facebook de la marque, on voit un homme acheter des serviettes pour sa compagne, une femme demander une serviette à haute voix lors d’un dîner, ou encore du sang couler le long d’une jambe.

Mais ce qui a retenu l’attention, c’est ce liquide rouge écarlate utilisé pour représenter les règles. Une première en France selon Nana, qui adapte ici une publicité de sa filiale britannique Bodyform qui, en octobre 2017, a déjà diffusé un spot commercial avec la même idée.

Avec comme slogan “Les règles c’est normal, les montrer devrait l’être aussi”, la marque entend briser le tabou des menstruations. Une posture militante qui, pour la journaliste Élise Thiébaut, auteure du livre Ceci est mon sang, petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font, relève purement et simplement du feminism washing: “C’est très gentil de leur part mais il faut rappeler que le but des publicitaires a toujours été de faire comprendre aux femmes qu’elles sont sales”, fait-elle remarquer lors d’un entretien accordé au Huffington Post

Repérée en début de semaine par plusieurs médias comme Buzzfeed, Madmoizelle ou 20 Minutes, cette publicité n’est pour l’instant pas destinée à être diffusée à la télévision. Un soulagement pour certain·e·s internautes, scandalisé·e·s par la vidéo: “C’est dégueulasse”, “Heureusement que vous ne donnez pas dans le papier hygiénique…”, “On sait que le sang n’est pas bleu, pas besoin de nous montrer ça!”: les commentaires outrés s’enchaînent.

Mais à ceux et celles que la vue du sang dérange, s’opposent de nombreux·ses internautes qui saluent l’initiative: “Bravo NANA, il y en a marre de se cacher, “Tant que les femmes elles mêmes trouveront ‘degueu’ les règles, on n’est pas prêt d’y arriver. Oui c’est naturel, oui c’est bien de le montrer, si ça peut permettre d’en finir avec ce faux tabou, “Le meilleur moyen d’être acceptées telles que nous sommes c’est de commencer par s’accepter soi-même.  Oui on a nos règles, oui elles sont rouges, mais non ce n’est pas sale c’est la nature!

 

Audrey Renault


1. “Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte

Si vous ne devriez regarder qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait la bande annonce du reportage intitulé Le pays qui n’aimait pas les femmes, produit par Arte. Quatre indiennes témoignent de la difficulté d’être une femme dans une société patriarcale. 
“Inde: le pays qui n'aimait pas les femmes”, un reportage bouleversant d'Arte - Cheek Magazine

4. Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir?

Depuis les NRJ Music Awards, qui ont eu lieu samedi 10 novembre, Aya Nakamura est au cœur d’une nouvelle polémique, et doit faire face à des propos violents de la part de présentateurs, comme Matthieu Delormeau. Des déclarations qualifiées de “misogynoir” par certains internautes.  
Aya Nakamura est-elle victime de misogynoir? - Cheek Magazine

5. “Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités

Slate a lancé son nouveau podcast sur les masculinités, Mansplaining, animé par Thomas Messias, professeur de lycée et journaliste pour le magazine. Dans ce premier épisode, le trentenaire met en exergue les stéréotypes du genre véhiculés par les œuvres cinématographiques. 
“Mansplaining”, le nouveau podcast de Slate, décortique les masculinités - Cheek Magazine