société

Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit

Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit


Léa Clermont-Dion connaît bien la France: elle y a fait une partie de ses études et y séjourne régulièrement. La jeune journaliste et doctorante en sciences politiques de 27 ans voit bien la différence avec son Québec natal. “Ici, tu peux être jeune, cute (Ndlr: mignonne) et exister pour tes idées. En France, si tu es jeune et cute, tu es un objet”, juge-t-elle. À titre d’exemple, elle cite ce moment gênant où “dans la cour de Sciences Po Paris, un professeur m’a donné son numéro de téléphone! C’est impensable au Québec, car on remet beaucoup plus en question les rapports de domination”. Ce qui n’empêche pas qu’en octobre dernier, lors de la vague de dénonciation après l’affaire Weinstein, Léa Clermont-Dion ait elle aussi partagé un #MeToo sur les réseaux sociaux. Elle raconte alors qu’elle a été agressée à 17 ans par l’un de ses anciens patrons et qu’elle vient de porter plainte. “Sans #MeToo, je ne l’aurais jamais fait”, assure t-elle.

Au Regroupement québécois des centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, “les demandes ont triplé en 10 jours” après #MeToo, se souvient Stéphanie Tremblay, la chargée de communication. Pour elle, la société québécoise a encore des efforts à faire face aux victimes d’agressions sexuelles: “Les obstacles sont les mêmes qu’il y a 40 ans. Il y a encore la honte, les préjugés et les policiers qui les accueillent de manière non-adaptée.” “Oui, au Québec il y a un mouvement féministe fort, et il est plus facile de remettre un homme à sa place dans l’espace public. Le fait qu’il y ait des espaces de concertation entre des organismes féministes, qui permettent d’être entendues au niveau politique, donne cette impression de pays en avance, mais ça n’a rien réglé en matière d’agressions”, estime Mélissa Blais, chercheuse au Groupe interdisciplinaire de recherche sur l’antiféminisme à l’Université du Québec à Montréal.

Au lieu de structurer la société pour répondre à un problème, on donne de l’argent ponctuellement.

Et lorsqu’on propose le terme de “paradis féministe” évoqué par l’historienne française Florence Montreynaud pour décrire le Québec, Stéphanie Tremblay rit jaune: “Nous sommes des privilégiées par rapport à d’autres endroits du monde, mais c’est un mythe de dire que l’égalité entre hommes et femmes est atteinte. Sachant que plus de 30% des femmes de plus de 16 ans seront victimes d’agression sexuelle, on peut difficilement dire que c’est un paradis féministe.” Elle considère que “si l’on veut que #MeToo ait un impact, il faut des mesures durables. Et si on avait droit qu’à une seule, ce serait le retour de l’éducation à la sexualité”. Des cours supprimés pendant 10 ans au Québec. “Un projet pilote est mené actuellement et prévoit un retour des cours d’éducation sexuelle en 2018, mais aucun moyen n’est attribué”, déplore Stéphanie Tremblay.

 

 

• Hurler doucement appuie et encourage fortement ces initiatives ♥️ • . . DON’T RAPE Ça semble être une évidence. Pourtant, on dirait qu’il est nécessaire de constamment le rappeler dans notre société qui refuse de reconnaître l’étendue du problème du harcèlement et des agressions sexuelles. Faut-il rappeler que (au moins) une femme sur trois, et un homme sur six, aura subi une agression sexuelle au cours de sa vie? Alors que c’est 75% des jeunes filles autochtones qui auront subi une agression avant l’âge de 18 ans. Parce que ce sont les personnes les plus vulnérables d’un point de vue social qui sont les plus à risque de subir une agression sexuelle, notamment les autochtones, les personnes trans et les personnes en situation d’handicap. Faut-il rappeler qu’environ 3 plaintes sur 1000 résultent en une condamnation. DON’T FUCKING RAPE Fait que toi, le mononcle, le policier, le superviseur, le religieux, la personne en charge, le prof, le parlementaire, le passant, mais aussi le collègue, l’ami, le chum. Toi, l’agresseur. Garde tes commentaires sexistes, homophobes et transphobes pour toi. Ne me suis pas, ni en char ni à pied, puis calice, siffle-moi pas. Crisse-moi patience avec tes attentions non sollicitées et tes regards déplacés. Sans mon consentement libre et enthousiaste, touche-moi pas, frotte-toi pas sur moi et garde tes mains baladeuses pour toi que ça soit dans un bar, dans ton bureau ou chez toi. Puis, DON’T RAPE. #ONTECROIT Merci et courage à toutes les personnes qui ont dénoncé, à toutes celles qui se sont battues et continuent à se battre. C’est grâce à vous qu’on en parle, et non grâce aux soi-disant bonnes intentions de politiciens progressistes. C’est votre colère qui vient briser l’hypocrisie des gens qui s’étonnent encore. C’est votre parole qui en incite d’autres à parler. Merci et courage à toutes les personnes qui se sont senties coupables, à toutes celles qui ont eu honte, à toutes celles qui n’ont pas dénoncé par crainte des conséquences, par peur de n’être pas crues, d’être jugées. À toutes les personnes qui ne dénonceront jamais. Vous êtes indestructibles. #dontrape #ontecroit

Une publication partagée par Hurler doucement (@hurlerdoucement) le

 

Le monde politique et médiatique secoué

Le gouvernement québécois a pourtant été prompt à réagir à la déferlante #MeToo. “La ministre de la Condition féminine a réussi à mobiliser plusieurs homologues, y compris le Premier ministre lors d’un forum sur la lutte contre les agressions sexuelles, le 14 décembre 2017. Ça, c’est inédit”, s’enthousiasme Stéphanie Tremblay. Par ailleurs, un projet de loi a été déposé pour prévenir et contrer les agressions sexuelles dans les universités et un million de dollars canadiens a été débloqué pour aider les organismes de soutien aux victimes. Une bonne chose mais ensuite? “On craint que le contexte électoral (Ndlr: des élections générales ont lieu en octobre 2018) explique la mobilisation du gouvernement”, s’inquiète-t-elle. Pascale Navarro, autrice de Femmes et pouvoir, les changements nécessaires, publié en 2015, regrette aussi qu’“au lieu de structurer la société pour répondre à un problème, on donne de l’argent ponctuellement, tout en ayant fait des coupes dans les budgets des services sociaux, des centres de santé, depuis des années”.

Le monde médiatique a lui pris des mesures fortes, très rapidement après #MeToo. Éric Salvail, célèbre producteur et animateur de télévision, est écarté des chaînes de télévision et radio pour lesquelles il travaille, quelques jours seulement après des révélations de gestes sexuels déplacés dans le journal La Presse fin octobre. Il perd immédiatement d’importants contrats publicitaires avec une compagnie aérienne, une grande enseigne de restauration rapide et une autre de supermarchés. Quant à Gilbert Rozon, fondateur du Festival Juste Pour Rire, accusé d’agressions sexuelles par la productrice et animatrice Julie Snyder notamment, il démissionne deux semaines à peine après la révélation de l’affaire Weinstein. “Je ne pensais pas que ces personnes seraient tombées. Si on m’avait dit il y a 10 ans que ça se passerait comme ça, je n’y aurais jamais cru”, affirme Léa Clermont-Dion.

 

La crainte du backlash

Depuis quelques années déjà au Québec, des phénomènes de dénonciation similaires à #MeToo ont eu lieu. Comme en 2014, lorsqu’un célèbre présentateur du diffuseur public CBC, Jian Ghomeshi, est accusé d’agressions sexuelles et de viols. Face aux réactions des internautes qui mettent en doute ces allégations, deux journalistes lancent le hashtag #AgressionNonDénoncée, afin d’expliquer pourquoi les victimes mettent du temps ou renoncent à porter plainte. Deux ans plus tard, la colère monte d’un cran lorsque l’ex-vedette de télévision est finalement acquittée. “Cette affaire a été un véritable choc au Québec, car elle a montré que la justice fonctionne de telle manière que tout ce que les victimes ont pu faire ou dire a été retourné contre elles lors du procès”, raconte Pascale Navarro.

Au Québec, on pensait que la misogynie n’existait plus. Or, en regardant les commentaires en ligne, on a accès à une conscience collective qui montre qu’il y a encore une haine profonde contre les femmes.

Quand 100 femmes françaises estiment que le mouvement va trop loin, dans le journal Le Monde, Léa Clermont-Dion craint à nouveau que la parole des victimes soit remise en question. Elle s’empresse alors de leur répondre par tribune interposée, dans le même quotidien. Et de lancer le mouvement #EtMaintenant pour “lancer un message fort et rectifier le débat”; plus de 33000 signatures ont été recueillies à ce jour. Car “au Québec aussi le backlash existe. Il y a des chroniqueurs de droite, populistes, réactionnaires qui y ont une tribune assez importante. Ils ont des discours très peu développés mais réussissent pourtant à créer une situation d’hostilité qui génère un flux de réponses sur les réseaux sociaux”, estime celle qui prépare un documentaire sur le cyberharcèlement. “Au Québec, on pensait que la misogynie n’existait plus. (…) Or, en regardant les commentaires en ligne, on a accès à une conscience collective qui montre qu’il y a encore une haine profonde contre les femmes”, avance-t-elle. Mélissa Blais, qui a codirigé l’ouvrage Le Mouvement masculiniste au Québec, l’antiféminisme démasqué, publié en 2009, confirme: “Parce qu’on entend davantage les féministes, ça crée aussi davantage de colère.” 

 

 

Le jour où j’ai porté plainte à la police, j’ai cessé d’avoir honte. La culpabilisation des victimes qui ont osé dire #moiaussi n’est pas la solution. Nous prenons part à une révolution, celle qui renverse les privilèges et remet en question les rapports de domination. Célébrons ce mouvement plutôt que le dénigrer. #Etmaintenant envisageons l’avenir. Je salue le travail remarquable des militantes de l’ombre qui font en sorte que la transformation sociale advienne. Aurélie, Françoise, Josée, Élisabeth et moi sommes très heureuses de lancer #Etmaintenant avec plus de 160 femmes. Québec contre les violences sexuelles prévoit un gros shunt le 8 mars prochain. Signez et partagez la déclaration. Etmaintenant.net #metoo #moiaussi Illustration: @salut_mathilde

Une publication partagée par Léa Clermont-Dion (@leaclermontdion) le

 

Femmes autochtones: le nouveau combat féministe? 

Si le mouvement #MeToo a été d’une envergure sans précédent au Québec, il n’en a pas moins laissé certaines de côté. “Il a eu de l’ampleur parce qu’il a été porté par des vedettes, mais une certaine catégorie de femmes, comme les femmes racisées ou autochtones, ont été marginalisées”, explique Stéphanie Tremblay. Les femmes autochtones sont pourtant trois fois plus victimes de violences que les autres Canadiennes, selon Statistique Canada. “Une violence exacerbée, en raison du colonialisme, du racisme, du sexisme”, analyse la chercheuse Mélissa Blais. Pour elle, “il y a un effacement des femmes autochtones au sein de #MeToo mais pas complètement, car elles sont par ailleurs mobilisées contre les agressions sexuelles depuis des années”.

Ainsi, en 2015,  un scandale éclate dans la ville de Val d’Or, 30 000 habitants, à six heures de route de Montréal. Plusieurs policiers y sont accusés de sévices sexuels, d’abus de pouvoir et d’intimidation envers des femmes autochtones. Partie pour tourner un reportage sur la disparition d’une femme autochtone qui semble peu inquiéter la police locale, une équipe de Radio-Canada recueille des témoignages selon lesquels ces mêmes agents payent les femmes autochtones, en argent ou en drogue, pour obtenir des faveurs sexuelles. Huit policiers ont été suspendus; dans la foulée de ces témoignages, d’autres femmes autochtones dénoncent les mêmes faits ailleurs au Québec. Depuis 2012 et le “Printemps érable”, un mouvement de revendication autochtone, intitulé Idle no more (Ndlr: Finie l’inertie) prend de l’ampleur pour notamment dénoncer ces violences. À l’échelle du Canada, l’enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, réclamées depuis des années, a finalement démarré en 2016 et doit s’achever cette année.

Clara Baillot


2. PMA pour toutes: pour le comité d'éthique, c'est un grand oui

On a lu pour vous cet article de Libération sur l’avis favorable rendu ce mardi 25 septembre par le comité d’éthique sur la PMA pour toutes et on vous le conseille. 
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit - Cheek Magazine
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit

3. Comment l’astrologie est-elle devenue un outil de résistance féministe?

Mêmes en série, classements par signes, podcasts et applications smartphone dédiées… Les références à l’astrologie sont désormais partout sur Internet. Brisant les codes de l’horoscope traditionnel et binaire, le renouveau 2.0 féministe et queer de cette pratique ancestrale a beaucoup plus à proposer qu’amour et fortune.
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit - Cheek Magazine
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit

5. Miroir Miroir, le podcast qui pulvérise les standards de beauté imposés par la société

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Miroir Miroir, un podcast “sur les représentations, la beauté, le corps, et les normes portées par les médias, la société ou le regard des autres”. 
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit - Cheek Magazine
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit

7. Comment Reni Eddo-Lodge est devenue la voix de l'anti-racisme en Grande-Bretagne

Son essai Le Racisme est un problème de blancs est depuis des mois en tête des ventes outre-Manche et a lancé un vrai débat national en plein Brexit. Rencontre avec Reni Eddo-Lodge, une autrice déterminée à faire changer les mentalités.
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit - Cheek Magazine
Marche des femmes à Montréal le 20 janvier 2018, instagram/ la.benoit