société

Le podcast du jour

Quoi de meuf: le nouveau podcast sur le bodypositive est en ligne

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait le deuxième épisode de Quoi de meuf, qui s’intéresse au mouvement bodypositive. 
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano


Après un premier numéro sur les sorcières, Clémentine Gallot et Mélanie Wanga, le duo à l’origine de l’excellente newsletter Quoi de meuf, reprennent le micro pour parler du bodypositive. Des origines du mouvement dans les années 60 aux Etats-Unis à son véritable acte naissance en réaction aux photos de femmes parfaites sur Instagram, en passant par les notions d’intersectionnalité et de grossophobie inhérentes au débat, les deux acolytes célèbrent tous les corps dans cette émission d’une quarantaine de minutes baptisée À Corps ouverts

“Le deuxième épisode de notre émission produite par Nouvelles Écoutes est enfin disponible! Dans ce numéro, on s’est interrogées sur le mouvement #bodypositive qui nous semble être l’un des termes-clé de 2017. Quelles sont ses origines? Quel est le rapport avec le féminisme? Comment la mode et le marketing se sont-ils appropriés ce courant en le dénaturant? Quelles sont les limites du #bodypositive et les critiques formulées à son encontre (libération ou nouvelle injonction)?”, écrivent-elles dans leur communiqué de presse. Les réponses sont passionnantes et à découvrir ci-dessous. 


1. Gay Games de Paris 2018: les mondiaux de la diversité en 15 photos Instagram

Du 4 au 12 août, Paris se met aux couleurs du drapeau LGBTQ pour célébrer les différences et combattre l’homophobie lors d’une compétition sportive qui tient de la célébration. 
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano  - Cheek Magazine
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

3. Dès l’enfance, les filles font plus de corvées ménagères

On a lu pour vous cet article du New York Times sur la répartition des tâches ménagères dès l’enfance et on vous le conseille fortement.
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano  - Cheek Magazine
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

4. Les femmes noires trustent les numéros de septembre des magazines de mode

De Beyoncé à Lupita Nyong’o, de nombreux magazines de mode mettent des femmes noires à l’honneur de leur incontournable “september issue”. Un phénomène historique. 
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano  - Cheek Magazine
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

5. #MeToo sonnera-t-il la fin des pubs sexistes?

L’ampleur du mouvement #MeToo sonnera-t-elle le glas des publicités sexistes? De nombreuses marques changent en effet leur fusil d’épaule: il n’est plus de bon ton de montrer des jeunes femmes comme des objets sexuels ou des ménagères serviles. Mais est-ce vraiment significatif ?
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano  - Cheek Magazine
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano

7. Et si les corps des hommes étaient autant érotisés que ceux des femmes?

On a lu pour vous cet article de M le magazine du Monde à propos de l’invisibilisation du corps masculin et la négation de son potentiel érotique. On vous le conseille fortement.   
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano  - Cheek Magazine
Mélanie Wanga et Clémentine Gallot © Aurore Bano