société

Dossier “Le Corps” / En partenariat avec le CFPJ

Avoir ses règles à la plage (ou ailleurs), la galère de toutes les femmes l'été

Toilettes publiques saturées ou inexistantes, protections périodiques inadaptées… L’été réserve souvent son lot de désagréments, contraignant les femmes à s’adapter malgré elles, voire à se priver de certains loisirs comme la plage. 
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine

© Pauline Chateau pour Cheek Magazine


Maillot de bain, crème solaire, serviette, un bon bouquin pour passer l’après-midi confortablement installée sur le sable… Pauses estivales riment bien souvent avec plage et baignade. Près de la moitié des estivant·e·s privilégient le littoral pour leurs congés. Si le rivage est propice à la détente et au relâchement, le cycle menstruel, lui malheureusement, ne prend pas de vacances. Les règles peuvent ainsi s’inviter durant le séjour, et parfois sans prévenir. Certaines vont même jusqu’à renoncer à s’immerger dans l’eau. 

En théorie, rien n’empêche de se baigner lorsqu’on a ses règles. “Pour éviter de salir son maillot de bain, l’idéal reste le tampon ou la coupe menstruelle”, préconise Elisabeth Paganelli, secrétaire générale du Syndicat national des gynécologues et obstétriciens de France (Syngof). “Je suis passée à la cup il y a deux ans, c’est super pratique, je trouve des toilettes, je nettoie et hop, je repars”, confirme Marine, 21 ans.

 

Culottes et maillots de bain menstruels

Dans les faits, utiliser des protections internes ne va pas de soi. Célia, 18 ans, a renoncé à en mettre. “Impossible pour moi de mettre un tampon, car je ne le supporte pas, explique la lycéenne. Donc pas de plage quand j’ai mes règles.” Il existe pourtant des alternatives, comme les culottes menstruelles, proposées par Thinx, Luna Pads et Adira, notamment, pour des prix allant de 20 à 35 euros. En 2017, la marque australienne Modibodi a annoncé avoir créé un vêtement spécialement adapté à la baignade. “Le maillot et la culotte menstruelles permettent d’éviter de se tacher, sont moins chers, il n’y a pas de macération ou d’odeur et ils génèrent moins de déchets, fait valoir Élise Thiébaut, journaliste et autrice de Ceci est mon sang. Après, ils ne sont pas forcément adaptés aux femmes dont le flux est très abondant.

Cependant, être équipée d’une protection interne ne garantit pas d’être en confiance à 100%. Certaines, d’ailleurs, ne cachent pas une certaine appréhension. En plus de prévoir son stock de protections hygiéniques, il faut aussi se préparer à affronter un défi pratique de taille: mettre la main sur des toilettes publiques. De fait, “il faut changer ses protections toutes les quatre heures, par précaution”, rappelle la gynécologue. Objectif, éviter le syndrome du choc toxique, qui correspond au passage d’une toxine dans le sang suite à sa stagnation à l’intérieur du corps et peut entraîner la défaillance des organes et la mort.

En Andalousie, j’ai passé mon temps à chercher des chiottes propres, j’en ai eu tellement marre que j’ai écourté mes visites culturelles.

Un environnement inadapté 

Or les toilettes ne sont pas toujours à proximité, parfois délabrées, voire sans eau. “C’est une problématique majeure, il n’y a pas assez de WC publics, notamment aux abords des plages”, s’indigne la secrétaire générale du Syngof. Appliquer ou changer une protection dans la journée peut ainsi se révéler très délicat. “Je suis devenue la reine des pipis sauvages, du fait que certains WC sont sales”, s’amuse Camille, serveuse âgée de 24 ans. “En Andalousie, j’ai passé mon temps à chercher des chiottes propres, j’en ai eu tellement marre que j’ai écourté mes visites culturelles”, renchérit Maud, 32 ans. L’hygiène dégradée des toilettes peut-elle être dangereuse? “Il faut avoir à l’esprit que le sang des règles est aseptique, soutient Danièle Flaumenbaum, gynécologue et auteur de Femme désirée femme désirante. On ne risque pas de s’infecter.” Pour l’hygiène, Elisabeth Paganelli recommande néanmoins “d’emporter une petite bouteille d’eau pour se rincer” si besoin.

La situation peut s’avérer encore plus complexe en randonnée. Âgée de 24 ans, Marie-Laure se souvient encore de son séjour en Guadeloupe. “J’ai dû changer mon tampon dans la forêt, se remémore-t-elle. C’était un peu dégueu, mais je n’avais pas le choix. Heureusement, j’avais un petit sac plastique en attendant de pouvoir le jeter à la poubelle.” À défaut d’eau saine dans certains pays, il faut aussi parfois se passer d’une toilette express.

 

La peur d’avoir honte

Autre enjeu majeur, les crampes. De nombreuses femmes souffrent de règles très douloureuses. “Je me souviens de mon dernier voyage en Angleterre, aucune pharmacie, raconte Marie, 20 ans, étudiante en design. J’avais tellement mal que ça m’a gâché la visite.” Sur cette question, les gynécologues sont unanimes. Il faut anticiper et prévoir des antidouleurs. “Marcher peut supprimer les douleurs, complète Danièle Flaumenbaum. Par contre, lorsque les règles sont vraiment douloureuses et qu’on se sent fatiguée, il ne faut pas se forcer.” Et Elisabeth Paganelli d’abonder: “Nous ne devons pas sous-estimer la douleur qu’éprouvent certaines. Il est compréhensible qu’elles renoncent à certains loisirs pour se reposer.

L’été est aussi, et surtout, synonyme d’une plus grande exposition du corps. De ce fait, de nombreuses femmes supportent moins le regard d’autrui en période de menstruations. “Même avec un tampon, j’ai toujours peur de voir un filet de sang s’écouler le long de ma jambe, de tâcher mon maillot de bain ou ma robe et d’avoir la honte”, s’inquiète Marie qui précise qu’au moins, l’été, elle peut se camoufler derrière ses lunettes de soleil en cas d’accident. “Lorsqu’on est jeune, particulièrement, on peut se sentir stigmatisée, confirme Élise Thiébaut. Mais tout dépend de l’âge et du rapport que l’on entretient avec son corps.

Nous sommes aujourd’hui encore dans l’héritage de nos aînées où les règles témoignent d’un moment de vulnérabilité.

Les règles, toujours un tabou

Bikini body, peau bronzée, visage éclatant… Les injonctions multiples assénées par les magazines et publicités participent sans aucun doute au mal-être de certaines en période de règles estivales. Pour Danièle Flaumenbaum, se sentir mal à l’aise signifie que les femmes se sentent “en représentation”. Autrement dit, c’est une façon inconsciente de nier que les règles font partie intégrante du cycle menstruel pour privilégier une apparence physique lisse et sans défaut, a priori. “Nous sommes aujourd’hui encore dans l’héritage de nos aînées où les règles témoignent d’un moment de vulnérabilité, détaille-t-elle. Or, on confond vulnérabilité et négativité.” En d’autres termes, avoir ses règles, et surtout le dire, reviendrait à exposer ses faiblesses. “De même que le pénis tire du contexte social sa valeur privilégiée, de même c’est le contexte social qui fait de la menstruation une malédiction, a écrit Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe, citée à juste titre par l’autrice Jack Parker dans Le Grand mystère des règles. L’un symbolise la virilité, l’autre la féminité: c’est parce que la féminité signifie altérité et infériorité que sa révélation est accueillie avec scandale.

Résultat, les menstrues demeurent éloignées de la place publique. “Les règles restent un tabou majeur”, insiste Élise Thiébaut. Cette dernière reste cependant persuadée que nos règles “ne sont pas là pour nous pourrir la vie. Pour être à l’aise avec son corps, il faut être à l’aise avec ses règles, et inversement. Nous sommes une espèce sexuée et la production de gamètes passe par ce cycle, c’est un fait biologique. Il faut célébrer ce que nous sommes”.

Pauline Chateau


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine - Cheek Magazine
© Pauline Chateau pour Cheek Magazine