Ce qui se passe ailleurs

Australie

Elles démaquillent les poupées pour les rendre moins bimbos

L’Australienne Sonia Singh remaquille des poupées pour sa fille et questionne la beauté féminine, tout comme d’autres adeptes du “repaint” dans le monde.
Instagram / @treechangedolls
Instagram / @treechangedolls

Instagram / @treechangedolls


L’Australienne Sonia Singh s’est fait un nom sur les réseaux sociaux depuis qu’elle poste des photos et des vidéos de son travail pour rendre les poupées Bratz moins vulgaires et plus proches des visages enfantins de leurs propriétaires. Son projet, baptisé Tree Change Dolls, est simple: elle achète des poupées d’occasion, utilise du dissolvant pour retirer le maquillage industriel, et repeint elle-même, avec son propre matériel, des traits qu’elle juge plus appropriés aux petites filles, dont la sienne.

Une vidéo postée hier sur Facebook par FranceInfo a fait réagir certains abonnés comme Poudre de Chimère, une Française dont la démarche est voisine: elle remaquille des poupées du commerce, mais à destination des collectionneurs. À travers son travail, elle pose elle aussi la question de la beauté standardisée des femmes.


5. Irlande: les expats rentrent pour voter Yes au référendum sur l'avortement

Alors que le référendum pour la légalisation de l’avortement se déroule aujourd’hui, les Irlandais·e·s vivant à l’étranger reviennent des quatre coins du globe pour glisser leur bulletin, pro-choix pour la plupart, dans l’urne. 
Instagram / @treechangedolls - Cheek Magazine
Instagram / @treechangedolls

6. Des militantes du droit à conduire arrêtées en Arabie Saoudite

Alors que le pays s’apprête à lever l’interdiction historique pour les Saoudiennes de conduire, au moins sept militantes pour les droits des femmes ont été arrêtées la semaine dernière. Un moyen pour le les autorités de préparer une communication lisse et maîtrisée autour de cet événement. 
Instagram / @treechangedolls - Cheek Magazine
Instagram / @treechangedolls

7. En Argentine, les femmes brûlent leurs soutiens-gorge pour tacler le sexisme

Le renvoi d’une jeune fille d’un lycée de Buenos Aires sous prétexte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge sous sa robe a entraîné une vague de mobilisation dans la capitale du pays, significative du renouveau du mouvement féministe argentin. 
Instagram / @treechangedolls - Cheek Magazine
Instagram / @treechangedolls