cheek_cequisepasseailleurs_habillage_desktop

Ce qui se passe ailleurs

Arabie Saoudite

Avec le hashtag #RésisterEnMarchant, les Saoudiennes dénoncent la domination masculine

Depuis plus d’une semaine les Saoudiennes protestent contre l’interdiction faite aux femmes de conduire. Armées de leur smartphone, elles se filment, parfois à visage découvert, en train de marcher seules dans les villes d’Arabie saoudite.
Instagram/iammyownguardian
Instagram/iammyownguardian

Instagram/iammyownguardian


C’est une vidéo postée sur Twitter qui a tout déclenché. Le 28 mars dernier, Manahel, jeune étudiante saoudienne de 20 ans, est obligée de se rendre à l’université à pied alors qu’elle souffre d’arthrose au genou. Habituellement, c’est son père qui l’accompagne, mais ce dernier est tombé malade. Manahel a alors dû choisir entre payer un abonnement au bus réservé aux femmes -qui lui coûterait 150€- et marcher car les femmes n’ont pas le droit de conduire une voiture. Elle a opté pour la seconde solution et décidé de filmer son périple avant de poster la vidéo sur Twitter.

 

Cette dernière fait immédiatement réagir: dans la foulée, d’autres femmes décident de se filmer à leur tour pour soutenir la jeune femme et lancent le hashtag #RésisterEnMarchant. Repérés par le site de France 24, les récits de ces Saoudiennes témoignent de la domination masculine: il y a celles qui apprennent la conduite à leur cousin mais se voient refuser l’accès au volant, celles qui se filment en train de faire du vélo sans tuteur alors que la pratique doit être accompagnée ou encore celles qui affirment qu’elles sont contre le voile et se dévoilent aux yeux de tous. En Arabie Saoudite, le moindre de leurs déplacements doit encore aujourd’hui se faire sous la tutelle d’un homme de leur famille. 

Samia Kidari 


5. Nombreux hommages à Maryam Mirzakhani, première mathématicienne à avoir remporté la médaille Fields

Suite à son décès prématuré, personnalités et médias iraniens ont rendu hommage à la grande chercheuse en mathématiques Maryam Mirzakhani, s’autorisant même à utiliser des photos où ses cheveux sont visibles, dans un pays où les femmes doivent constamment être voilées.  
Instagram/iammyownguardian - Cheek Magazine
Instagram/iammyownguardian

7. À Jérusalem, les femmes resteront à l'écart au mur des Lamentations

Alors que le gouvernement israélien avait promis de créer un espace mixte au mur des Lamentations, à Jérusalem, il est revenu hier sur cet engagement, suscitant la déception de nombreuses femmes à travers le monde.
Instagram/iammyownguardian - Cheek Magazine
Instagram/iammyownguardian