société

La vidéo du jour

Rokhaya Diallo: pourquoi les cheveux peuvent être source de discrimination

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle de Rokhaya Diallo qui nous parle du rapport du milieu professionnel avec les cheveux frisés, bouclés, crépus. 
Rokhaya Diallo: pourquoi les cheveux peuvent être source de discrimination

Samedi 27 mai se tenait la 6ème édition du salon Boucles d’ébène à la Cité de sciences et de l’industrie. Ce rendez-vous annuel met à l’honneur “le cheveux texturé”, c’est à dire les cheveux frisés, bouclés, crépus mais aussi les dreadlocks. Nous y avons rencontré Rokhaya Diallo, journaliste et militante antiraciste, après une conférence sur la perception du cheveu et de la peau noirs dans la société française et particulièrement dans la sphère professionnelle. Elle est intervenue aux cotés d’Amandine Gay, réalisatrice du documentaire Ouvrir la voix, Julie vainqueur de l’association Sciences Curls et Aboubacar Traoré, ancien stewart forcé de porter une perruque à cheveux lisses pendant 5 ans pour convenir aux codes de présentation chez Air France. 

Rokhaya Diallo est notamment revenue sur son livre Afroqui porte à l’évidence une problématique toujours d’actualité sur le rapport de la société avec le cheveu texturé. L’ouvrage regroupe le portrait et les photos -prises à Paris par Brigitte Sombié- d’une centaine de personnalités afro-descendantes au sens large (Maghreb, Caraïbes et Océan indien compris), qui assument leurs cheveux naturels: “Paris ce n’est pas seulement Édith Piaf, Catherine Deneuve ou Marion Cotillard, c’est aussi des gens qui ont les cheveux frisés, qui ont des noms africains” nous lâche-t-elle, et on est complément d’accord.

Samia Kidari


1. Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice

Stéphanie Maubé était graphiste, elle est désormais éleveuse d’agneaux, de brebis et de moutons en Normandie. Passionnée par son métier et agricultrice engagée, elle cosigne le livre Il était une bergère et donne ainsi un visage à celles et ceux qui luttent au quotidien pour nourrir la population française. Interview.
Elle a plaqué sa vie parisienne pour devenir agricultrice - Cheek Magazine

2. “Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G

Olympe de G réalise son premier long métrage porno-érotique, Une Dernière fois, qui sera diffusé sur Canal+ ce samedi 6 juin, et met en scène la sexualité d’une sexagénaire, incarnée par Brigitte Lahaie, qui souhaite organiser la dernière fois qu’elle fait l’amour. 
“Une dernière fois”, le premier long métrage porno et engagé d'Olympe de G - Cheek Magazine

7. Comment le confinement a romantisé la campagne

Le confinement a provoqué un véritable exode urbain qui semble parti pour durer: de plus en plus de citadin·e·s se mettent à rêver d’emménager à la campagne. Mais une fois passée l’image de carte postale, la déception peut être très forte. 
Comment le confinement a romantisé la campagne - Cheek Magazine