société

Ce site permet d’identifier les films liés aux prédateurs sexuels d’Hollywood

Le moteur de recherche Rotten Apples propose de retrouver quelles équipes de films ont été impliquées dans des affaires de harcèlement ou d’agressions sexuelles.
Ce site permet d’identifier les films liés aux prédateurs sexuels d’Hollywood

L’objectif de ce site est de faire comprendre à quel point l’industrie du cinéma et de la télévision sont envahies par des comportements sexuels abusif et de permettre une consommation médiatique plus éthique.” C’est ce qu’explique le nouveau site Rotten Apples dans sa rubrique de présentation. Ce moteur de recherche permet en effet de savoir si une production est liée à un acteur, un scénariste, un producteur ou un directeur accusé d’agression ou de crime sexuel. Le procédé est simple: entrez un titre dans la barre de recherche et découvrez si ce que vous vous apprêtez à regarder est classé Fresh apples (pommes fraîches en français) ou Rotten apples (pommes pourries). Si cette classification vous rappelle quelque chose, c’est qu’elle s’inspire du site de critique américain très influent, Rotten Tomatoes, qui propose une catégorisation entre Fresh tomatoes et Rotten tomatoes.

Pulp Fiction fait ainsi partie des rotten apples à cause de la participation de John Travolta, de Bob Weinstein et d’Harvey Weinstein, tous trois épinglés pour leurs comportements sexuels par différents médias que le site propose de consulter. Star Wars, dont le huitième volet est sorti en salle hier, est quant à lui une fresh apples, un film pour lequel “aucun lien avec des personnalités accusées d’agressions ou de crimes sexuels n’a été établi”.

On se demande bien qui se cache derrière cette idée intéressante, qui connaît cependant des limites. Bien qu’il analyse l’équipe d’une production, le site laisse de côté son contenu. Un oubli assez regrettable quand on se souvient de la scène du baiser forcé entre princesse Leia et  Han Solo, qui aurait dû faire basculer le film dans la catégorie pommes pourries.

Margot Cherrid


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella - Cheek Magazine

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo - Cheek Magazine

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide - Cheek Magazine

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France - Cheek Magazine

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons - Cheek Magazine