société

Enquête

“Je ne me suis jamais protégée”: Pourquoi la santé sexuelle des lesbiennes est négligée

Préservatifs, digues dentaires, protèges-doigts… Nombreux sont les outils de prévention adaptés à la sexualité entre femmes, qu’elles boudent pourtant. Particulièrement sujettes aux infections sexuellement transmissibles, les lesbiennes et bisexuelles ne semblent pas préoccupées par leur santé sexuelle. Pas plus que les pouvoirs publics ou le corps médical. Enquête.
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR

Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR


J’ai couché avec une dizaine de femmes et je ne me suis jamais protégée, raconte Anna, 21 ans. À vrai dire, je ne connais aucune lesbienne ou bisexuelle qui utilise un quelconque outil de prévention avec d’autres femmes.” Pourtant, cette étudiante en sciences politiques a conscience que “les risques sont assez élevés et beaucoup d’IST sont transmissibles”. Se définissant comme “légèrement hypocondriaque”, elle a effectué des recherches elle-même sur la question: “Personne ne m’a parlé des maladies qu’on pouvait contracter, ni des moyens de s’en protéger”, regrette-t-elle. Que ce soit dans les milieux LGBTQ+ qu’elle a pu fréquenter, chez les médecins à qui elle précise systématiquement son orientation sexuelle, lors des cours d’éducation sexuelle, pendant sa scolarité ou dans le cadre de discussions entre ami·e·s, elle l’assure: le sujet de la santé sexuelle des femmes qui couchent avec des femmes n’est jamais abordé. De quoi développer l’idée d’une sexualité lesbienne forcément safe dans l’esprit des lesbiennes, comme dans celui des soignant·e·s.

Pourtant, les “FSF” -terme qui désigne dans le domaine médical les “femmes ayant des rapports sexuels avec d’autres femmes”-, semblent plus sujettes aux IST que celles qui n’ont de relations qu’avec des hommes. Une enquête de 2008 dévoilait ainsi que 3% des hétérosexuelles avaient contracté une infection sexuellement transmissible dans les cinq années précédant l’étude, contre 12% des FSF.

Les relations entre femmes sont considérées comme exemptes de pénétration, d’échange de fluides, et donc, comme du safe sex.

Les grandes gagnantes chez les femmes sont les chlamydiæ, détaille Amélie Terreaux, écoutante à Sida Info Service. On compte également beaucoup d’infections vaginales comme l’herpès, ainsi que de nombreux cas de transmission du papillomavirus humain.” Le sexe oral, anal, l’échange de sextoys et même la pénétration digitale peuvent permettre la transmission d’IST, pour peu que les mains d’une des partenaires soient sales ou qu’elles présentent des lésions, qui provoqueraient un contact entre sang et muqueuses. Concernant le VIH, seulement deux cas de transmission par voie sexuelle entre femmes ont été répertoriés dans le monde, en 2012 et 2003. Un “non-risque que beaucoup de FSF imagine s’étendre à toutes les IST”, déplore l’écoutante.

 

Sexualité entre femmes: fantasmes et invisibilité

D’après Anna, le fait qu’“aucune maladie meurtrière n’ait touché massivement les femmes qui ont des relations sexuelles avec d’autres femmes, comme le sida”, justifie en partie l’exclusion des lesbiennes et bies des discours de prévention. Coraline Delebarre, sexologue et psychologue, pointe quant à elle du doigt l’image tronquée et fantasmée de cette sexualité. “Les relations entre femmes sont considérées comme exemptes de pénétration, d’échange de fluides, et donc, comme du safe sex, indique-t-elle. Dans l’imaginaire communles FSF développent une sexualité principalement psychologique et émotionnelle, alors que les pratiques sexuelles, la présence ou absence de masturbation, de caresses, de pénétrations vaginales ou anales, ne dépendent pas de l’orientation sexuelle d’un individu mais bien de ses goûts, et les FSF ne sont pas moins sexualisées que le reste des femmes.

Il faut dégenrer les outils de prévention.

Résultat: très peu de chercheurs s’intéressent à la santé sexuelle de cette catégorie de population. “Les chiffres manquent, confie Amélie Terreaux de Sida Info Service. Il n’existe presque pas d’études épistémologiques, réalisées à grande échelle.” Du côté des politiques publiques de santé, les spécificités des lesbiennes et bisexuelles passent également souvent à la trappe, se fondant dans d’autres groupes d’étude. “Les FSF sont toujours considérées comme faisant partie de la catégorie ‘femmes’ (sous-entendu: hétéro) ou ‘LGBT’”, relevait ainsi l’association féministe FièRes, en introduction d’un atelier axé plaisir et prévention chez les FSF en 2014. 

 

Préservatifs et prévention DIY

Faisant office d’exception à la règle, en 2009 est parue la première brochure traitant de la santé sexuelle des FSF financée par les pouvoirs publics: Tomber la Culotte! Porté par les associations Kiosque Infos Sida et Sida Info Service, ce livret -qui devrait être réactualisé dans un tome 2 avant la fin de l’année- propose différents moyens de prévention destinés à “prendre soin [de soi] et de [ses] partenaires”. On y parle préservatif masculin -utile en cas de partage de sextoy-, préservatif féminin, gant -en cas de pratique du fist vaginal ou anal-, protège-doigts, et enfin, digue dentaire: un carré de latex à positionner sur la vulve ou l’anus de sa partenaire avant un rapport bucco-génital.

 

 

Si les outils de prévention existent, seulement 25% des FSF en feraient usage, d’après des chiffres avancés par StreetPress en mars dernier. “Peu de femmes utilisent le préservatif dit ‘masculin’ parce qu’il porte justement cet adjectif et qu’elles l’imaginent réservé aux hommes, justifie Coraline Delebarre qui préfère parler de “préservatif externe”. Il faut dégenrer les outils de prévention. C’est la même logique que pour la digue dentaire, qui n’est pas spécifiquement destinée aux femmes, mais aux pratiques bucco-génitales, entre femmes et femmes, hommes et hommes ou hommes et femmes.” D’autres obstacles semblent empêcher l’utilisation de cette dernière: peu de pharmacies en proposent, (vous en trouverez dans celle du Village dans le Marais à Paris), et son prix, 2,60 euros l’unité, est élevé. Raisons pour lesquelles les associations de prévention, ainsi que quelques anonymes sur YouTube, proposent des ateliers DIY ou des vidéos tutos, pour une fabrication à partir de papier cellophane non poreux ou d’un préservatif non lubrifié. De quoi faire réagir Anna, qui est loin d’être convaincue: “Cet outil n’est, à mon sens, pas du tout optimisé… Du coup, personne ne l’utilise.”

Franchement, devoir se cogner une digue dentaire… Autant juste s’abstenir, parce que si on trouve moins sexy comme concept, je veux bien être prévenue.

 

La balance risque/plaisir en question

Au-delà du manque d’accessibilité et du caractère artisanal de son alternative, la digue dentaire semble également boudée pour l’image peu glamour à laquelle elle est associée. “Franchement, devoir se cogner une digue dentaire… Autant juste s’abstenir, parce que si on trouve moins sexy comme concept, je veux bien être prévenue. C’est comme si on te demandait de courir avec des genouillères et un casque”, avance Noémie, directrice financière de 29 ans, qui n’utilise pas de protection. Même son de cloche chez Anna: “Contrairement à la capote, la digue dentaire est vue comme étrange et perturbante. Je sais que ma partenaire ne serait sûrement pas à l’aise si je l’évoquais… Et je ne le serais pas non plus.

On se demande souvent si la digue dentaire ne va pas gêner sa partenaire, mais il faut l’érotiser.”

La digue dentaire, un tue-l’amour? Pas d’après floZif,-qui ne souhaite pas être genré·e, nous utilisons donc un pronom neutre: “iel”-  organisateur·trice de sex-parties réservées aux trans et lesbiennes et du What The Fuck Fest. Dans ses soirées parisiennes, les PlayNights, iel met à la disposition des participant·e·s tous types d’outils de prévention, de documentation sur les questions de santé sexuelle des FSF, ainsi que les coordonnés de centres de dépistage. “J’organise des soirées qui tournent autour de la sexualité, donc, oui, on est dans un lieu où il est possible d’être contaminé·e par une IST. Il faut se prendre en main, recommande-t-iel. Pour cette figure de la scène lesbienne parisienne, plaisir et prévention peuvent aller de pair: “On se demande souvent si la digue dentaire ne va pas gêner sa partenaire, mais il faut l’érotiser.” Iel évoque un film porno, visionné il y a quelques années, dans lequel “les actrices jouent avec la digue, la tripotent, la tapotent, la sucent ou la font claquer sur le sexe de leur partenaire”. Et conclut: “On peut intégrer la digue à l’acte et accepter l’idée qu’il faut, de toute façon, se protéger, faire avec, comme cela s’est déroulé avec l’arrivée du préservatif et son acceptation.

 

Le dépistage: “un réflexe encore absent”

Conscient·e·s que la digue dentaire et les préservatifs ne séduisent pas, les intervenant·e·s que nous avons questionné·e·s, insistent tou·te·s sur le même point: l’importance du dépistage. “Certaines IST peuvent passer inaperçues: elles sont alors dites asymptomatiques, peut-on lire dans Tomber la Culotte! Mais ce n’est pas parce qu’elles ne sont pas visibles qu’elles ne peuvent pas se transmettre.” Amélie Terreaux recommande donc aux FSF de se rendre dans des centres de dépistage ou de consulter un·e gynécologue régulièrement. Un “réflexe encore absent de la communauté lesbienne”, d’après l’écoutante.

Les raisons de ce désintérêt sont diverses. “Les FSF ne se sentent pas concernées par le suivi gynécologique très hétérocentré, principalement axé procréation et lié à la contraception, indique Coraline Delebarre. L’absence de prévention, de brochures, d’écrits, d’enquêtes sur la santé sexuelle des FSF, a également contribué à provoquer un sentiment d’immunité chez elles, partagé par les professionnel·le·s de santé.” La sexologue et psychologue poursuit en évoquant les gynécologues qui soutiennent parfois à leurs patientes lesbiennes ou bies qu’effectuer des frottis n’est pas nécessaire, étant donné que leurs rapports n’induisent pas de pénétration par pénis, alors qu’il s’agit “du seul moyen de vérifier qu’une infection ou un virus ne met pas en danger sa santé ou celle de sa partenaire”.

 

https://payetongyneco.tumblr.com/post/174658366750/virginité-des-lesbiennes

 

À en croire les témoignages recueillis par le Tumblr Paye ton gyneco ou par Yagg, un média LGBTQ+, l’hétérosexisme de certain·e·s professionnel·le·s de la santé peut parfois se manifester sous forme de violences et d’humiliations franches à l’encontre des FSF. FloZif confirme: “J’ai pu constater que les lesbiennes et personnes queer craignent qu’on les méprise dans les cabinets de gynécologie.” Pour toutes ces raisons, le collectif Gyn&Co a dressé une liste de spécialistes de la santé lesbo-friendly, qui proposent une “approche médicale respectueuse [des] corps, [des] vécus et [des] expériences en tant que femmes, personnes trans ou intersexes de différents milieux, origines, orientations sexuelles et corporéités”. Une initiative malheureusement nécessaire, qu’on aimerait bien voir accompagnée de cours d’éducation sexuelle moins genrés et hétérocentrés dans les collèges et lycées, pour que la prévention sexuelle profite à tou·te·s.

Margot Cherrid


3. #MeToo: L’Égypte condamne les harceleurs… mais aussi les harcelées

Le ras-le-bol contre harcèlement sexuel enflamme chaque jour un peu plus les réseaux sociaux égyptiens. Les tribunaux commencent à donner raison aux femmes victimes, mais emprisonnent aussi celles dont la colère vise les autorités.
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR - Cheek Magazine
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR

5. La vidéo “anti-manspreading” était-elle de la propagande russe antiféministe?

On a lu pour vous cet article de Libération qui revient sur la vidéo virale où une femme lançait de l’eau de javel sur des hommes en plein manspreading dans le métro russe et vous le recommande.  
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR - Cheek Magazine
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR

6. 3 temps forts à ne pas manquer au festival 52

Le collectif 52 organise son premier festival. Au menu: empowerment, féminisme et sororité. 
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR - Cheek Magazine
Mila Kunis et Zoe Saldana dans le film “After Sex”, DR