société

Interview “Tour” / Sarah Zouak, fondatrice de Women SenseTour in Muslim Countries

Sarah Zouak veut en finir avec les clichés sur les femmes musulmanes

Sarah Zouak, 25 ans, s’est donné 5 mois pour visiter 5 pays. Son objectif? Rencontrer des femmes musulmanes entrepreneures sociales et réaliser pas moins de 25 interviews filmées: c’est le Women SenseTour in Muslim Countries. Du Maroc à l’Indonésie en passant par la Turquie, la jeune femme souhaite valoriser ces actrices du changement. 
© Women Sense Tour in Muslim countries
© Women Sense Tour in Muslim countries

© Women Sense Tour in Muslim countries


Je sens que je vais rentrer en France hyper inspirée et avec la patate!” À 25 ans, Sarah Zouak est partie faire la tournée de cinq pays en cinq mois, à la rencontre de femmes musulmanes entrepreneures sociales. L’itinéraire de son Women SenseTour (WST) la mène au Maroc, en Tunisie, en Turquie, en Iran et en Indonésie où elle a programmé pas moins de 25 interviews filmées. La vingtenaire poursuit deux missions: valoriser ces femmes en les mettant en lumière et soutenir leurs projets d’entrepreneuriat social.

Sarah Zouak Women Sense Tour

© Women SenseTour in Muslim Countries

Pour mener à bien son projet, il lui aura fallu un an de travail en amont, une équipe bénévole et des recherches de financements. “Je n’en reviens toujours pas de toutes les personnes qui m’ont soutenue”, s’étonne-t-elle encore. À l’origine du WST? Le besoin de vibrer pour une cause avant de rentrer dans la vie active et surtout celui d’en finir avec cette image de femmes soumises qui colle souvent à la peau des femmes musulmanes. Sarah Zouak cherche encore ses mots: “Je n’arrive pas vraiment à expliquer comment, mais un jour il faut juste se lancer, et avant cela, s’entourer des meilleures personnes.” Entre deux étapes, nous l’avons soumise à une interview “Tour”. 

Tu en es où dans ton tour du monde?

En ce moment, je suis en Turquie, troisième étape du WST après le Maroc et la Tunisie où j’ai rencontré respectivement cinq et six femmes musulmanes représentatives du changement (cf. photos). Les deux premières étapes se sont merveilleusement bien passées, c’est lors de cette troisième étape en Turquie que j’ai rencontré le plus de difficultés. J’ai pris du retard avec les fêtes, la neige qui a causé l’annulation de mes vols, etc. Je me suis rendue à Düzce et à Ankara et c’est un peu la course ces dix derniers jours pour rencontrer toutes ces femmes mais ça se passe quand même bien. L’autre difficulté, c’est que nous sommes pour la première fois dans un pays dont je ne parle pas du tout la langue. Même pour acheter un ticket de bus, je galère! C’est vraiment l’aventure mais c’est ça qui est super cool aussi!

Sarah Zouak Women Sense Tour

Les femmes rencontrées en Tunisie © Women SenseTour in Muslim Countries

Sarah Zouak Women Sense Tour

Les femmes rencontrées au Maroc © Women SenseTour in Muslim Countries

Tu penses pouvoir faire le tour de la question en 5 mois?

La question des femmes musulmanes et de leur émancipation est très vaste et je n’ai pas l’ambition d’y répondre de façon exhaustive. Je souhaite simplement apporter un nouvel éclairage pour montrer que des femmes musulmanes sont libres et engagées, qu’il est possible d’allier islam et activisme féministe. Ce n’est pas forcément en contradiction! Je veux balayer les clichés et montrer un modèle que l’on n’a pas l’habitude de voir. Évidemment, il y a aussi plein de femmes qui rencontrent des problèmes et qui sont discriminées à différents niveaux mais c’est une problématique que l’on peut également rencontrer en France. 

Le financement de ton projet a-t-il nécessité un véritable tour de force?

Oui, c’était énormément de boulot! Au début, je me suis confrontée à pas mal de refus car je voulais parler des “femmes musulmanes”. Je pense que cela aurait été plus facile de faire un projet sur les “femmes arabes” car, aujourd’hui, le mot “musulman” fait peur. Mais mon idée, c’était d’aller à la rencontre de femmes victimes de nombreux préjugés et donc des femmes musulmanes vivant dans des pays musulmans. Ainsi la moitié des bailleurs de fonds m’ont refusé des aides à cause de l’inscription de la religion dans mon projet. Je me rappelle m’être retrouvée devant une table de personnes a priori séduites par l’idée qui m’ont quand même balancé un “d’accord donc c’est un projet islamique”. Après, j’ai décidé de lancer deux campagnes de crowdfunding: l’une sur KissKissBankBank où j’ai récolté près de 4000 euros, l’autre sur Women’s Worldwide Web, une association de crowdfunding spécialisée dans les projets liés à l’émancipation des femmes qui s’est révélée être un super partenaire. D’autres m’ont également aidée à l’instar de ma ville d’Ivry-Sur-Seine et du département du Val-de-Marne. 

Sarah Zouak Women Sense Tour

© Women SenseTour in Muslim Countries

Ton tour de passe-passe pour mettre à bas les tabous?

Le dialogue, le dialogue, toujours le dialogue. 

Il semble que tu aies plus d’un tour dans ton sac: comment aides-tu les entrepreneures que tu rencontres?

Durant mes études, j’ai travaillé sur la façon de mener des projets en ONG et, depuis plusieurs années, je suis membre de l’association d’aide à l’entrepreneuriat social Make Sense. Ces derniers ont mis en place le modèle du “hold up”: il s’agit d’un atelier de créativité avec une méthodologie adaptée qui permet la mise en relation de volontaires pour trouver des solutions et aider un entrepreneur social à relever l’un de ses défis. Dans chaque ville, j’essaye de mobiliser un maximum de jeunes et j’anime un “hold up” de deux heures pour répondre à une problématique rencontrée par ces femmes entrepreneures sociales. Dix jours avant ma venue, je lance un appel sur les réseaux sociaux et je demande à la personne que je rencontre d’amener ses contacts, des amis d’amis, etc. Par exemple, au Maroc, dans un petit village, des dizaines de personnes sont venues nous aider pour réfléchir à la manière de vendre les produits de la coopérative à l’échelle locale et internationale.

Quel est jusqu’à présent la rencontre qui t’a le plus chamboulée?

Chacune de mes rencontres m’a apporté quelque chose. Au début, j’ai eu peur que les rendez-vous soient répétitifs et similaires mais ce n’est finalement pas le cas. Toutes ces femmes, selon leur parcours et leur formation, ont des visions différentes de ce qu’est l’entrepreneuriat social. Puis, selon que ces femmes ont 80 ou 20 ans, elles n’ont pas la même vision de l’émancipation. Il y a par exemple Maha Laziri, 25 ans, qui vient de Meknès et qui a fondé une association pour promouvoir l’éducation dans les zones enclavées du Maroc. Elle est incroyable. Il y a aussi Asma Lamrabet, directrice du Centre d’études féminines en islam, qui m’a ouvert les yeux sur certains clichés que moi-même j’aurais pu avoir sur la religion musulmane. 

Sarah Zouak Women Sense Tour

© Women Sense Tour in Muslim Countries 

Si tu pouvais te permettre un petit détour en plus, où irais-tu?

Il y avait des pays que je voulais vraiment visiter mais par mesure de sécurité, on m’en a dissuadée. J’aurais adoré par exemple aller en Égypte et au Liban. Du coup, il va falloir que j’organise un deuxième WST! Ici aussi, en Turquie, on m’a conseillé de faire très attention dans certaines villes mais en étant précautionneux et en s’entourant, ça se passe bien.

Que comptes-tu faire à ton retour?

Dormir et ensuite, superviser le montage! Il y aura cinq épisodes pour chaque pays et un documentaire plus long. Ensuite, je vais me rendre dans les universités, les écoles de commerce et d’ingénieurs pour montrer les films à des étudiants et initier des débats avec eux. Je vais refaire un tour en quelque sorte! J’ai déjà la chance d’avoir une classe de lycéens d’Ivry-sur-Seine qui me suit et avec laquelle je skype chaque semaine pour leur faire un résumé de mes rencontres. Le rêve serait bien sûr qu’une chaîne de télé achète le film pour offrir une visibilité encore plus grande à mon but, qui est de donner une nouvelle image des femmes musulmanes dans le monde, loin des clichés. 

Propos recueillis par Laura Soret 


1. Marie Laguerre, symbole malgré elle de la lutte contre les violences faites aux femmes

En portant plainte pour cyberharcèlement et menaces, Marie Laguerre montre une nouvelle fois qu’elle ne compte pas se laisser faire. Encore affectée par le déferlement de haine qu’elle a subi après avoir dénoncé le harcèlement de rue dont elle a été victime fin juillet, la jeune femme de 22 ans est pourtant bien décidée à continuer d’œuvrer pour les droits des femmes.
© Women Sense Tour in Muslim countries - Cheek Magazine
© Women Sense Tour in Muslim countries