société

La vidéo du jour

“Libérez Harvey Weinstein”: quand les Américaines ridiculisent Brigitte Bardot et Catherine Deneuve

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait ce sketch du Saturday Night Live qui se moque des deux actrices françaises et de leurs positionnements récents contre le mouvement #MeToo.
“Libérez Harvey Weinstein”: quand les Américaines ridiculisent Brigitte Bardot et Catherine Deneuve

Pourquoi est-ce que les femmes ont une poitrine? C’est pour que les hommes les attrapent: ‘viens avec moi’. C’est la nature: les tiroirs ont une poignée, les femmes en ont deux.” Ce week-end, l’émission américaine Saturday Night Live nous a fait beaucoup rire avec un sketch mis en scène par les comédiennes Kate McKinnon et Cecily Strong qui ont respectivement incarné Brigitte Bardot et Catherine Deneuve. Les deux actrices françaises ont récemment pris position contre le mouvement #MeToo, en fustigeant les “actrices allumeuses” qui témoignent de harcèlement sexuel pour la première et en signant la tribune pour défendre la “liberté d’importuner” des hommes pour la seconde.

Dans ce sketch hilarant, les deux femmes sont parodiées en bonnes françaises à l’accent marqué, un verre de vin blanc et une cigarette à la main. Le personnage de Brigitte Bardot embarrasse sa voisine avec des déclarations irréfléchies et homophobes: “Un homme est un homme, une femme est une femme. Sinon, ce sont des homos.” “Elle a 80 ans, pardon”, rétorque Cecily Strong avant de poursuivre à côté d’une Brigitte Bardot aux yeux hagards: “Il est important en France de questionner, de débattre, de challenger l’opinion populaire. Je ne veux pas que la romance meure, mais si je suis allée trop loin et que j’ai blessé la moindre femme, sachez que ce n’était absolument pas mon intention.” Sa collègue reprend sans attendre: “Libérez Harvey Weinstein, c’est un vrai homme!” Et Catherine Deneuve de conclure, toujours aussi gênée: “Brigitte est vraiment vieille et a vraiment tort.” Ce à quoi lui répond sa voisine: “Toi aussi, bitch”. Tout est dit.

Margot Cherrid


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella - Cheek Magazine

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo - Cheek Magazine

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide - Cheek Magazine

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France - Cheek Magazine

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons - Cheek Magazine