société

Reportage

La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
© Marie Docher
© Marie Docher

© Marie Docher


Ça fait longtemps que je veux apprendre à me défendre. Un jour, en rentrant chez moi, j’ai été agressée, le mec m’a attrapée par derrière, m’a donné un coup de poing et m’a volé mon sac à main. Ça a été l’élément déclencheur.” C’est en se tortillant sur sa chaise que Julie*, 25 ans, cheveux frisés regroupés en queue de cheval et t-shirt affichant des poings de femmes levés, explique à son tour les raisons de sa présence à ce stage de self-défense féminine organisé par Self Method. Ce samedi matin, il est à peine 10 heures et, dans ce gymnase vieillot et ensoleillé du 6ème arrondissement parisien loué pour l’occasion, cette graphiste et dix autres jeunes femmes ont formé un cercle à la demande du seul homme présent, Nathan Obadia. À 29 ans, cet ancien ingénieur marketing, instructeur de krav maga, s’est reconverti en prof de self-défense depuis maintenant plus d’un an. C’est lui qui va mener la danse durant ce stage étalé sur deux week-ends, comprenant 25 heures de formation. Durant ce laps de temps et pour 450 euros, son association, Self Method, ambitionne d’enseigner les bases de la self-défense, mais pas seulement: la respiration, la relaxation/méditation, le renforcement musculaire et l’improvisation théâtrale sont également au programme. Des outils, à en croire Nathan Obadia, indispensables pour gérer sa peur et pouvoir se défendre dans les situations dangereuses les plus courantes.

 

Ne plus se noyer dans la masse  

Comme dans les groupes de parole, les 11 stagiaires, oscillant entre la vingtaine et la trentaine, se présentent succinctement une par une avant d’exposer leurs motivations. Nolwenn, la trentaine, souffle doucement avoir “vécu des mésaventures dans le passé”. Avocate spécialisée dans les violences faites aux femmes depuis cinq ans, elle souhaite pouvoir réagir en cas d’agression. Idem pour Clémence*: cette auteure-compositrice, “récemment confrontée à des situations agressives”, veut éviter les “états de sidération” dans lesquels elle s’est déjà retrouvée et “mieux savoir gérer la surprise”. De son côté, Amina, 27 ans, consultante en management au rire communicatif, “pense avoir l’esprit d’une battante” et déplore qu’il y ait “une décorrélation entre [s]on corps et [s]on esprit”. Allison, elle, ambitionne de voyager seule et veut se donner les moyens: “Il m’est arrivé de me faire suivre alors que j’étais à Londres, et j’ai paniqué. Je me suis dit que je ne savais pas me défendre.” Quant à Belinda, 37 ans, contrôleuse financière dans une banque à la Défense, elle est venue ici chercher de “l’assurance”. Dans la rue, cette blonde très fine aux cheveux bouclés, danseuse amatrice, raconte qu’elle “essaie d’être la plus transparente possible, baisse la tête, [s]e noie dans la masse” pour ne pas attirer l’attention: “Pour la vision de soi, c’est moyen”, ironise-t-elle. Comme 100% des utilisatrices de transports en commun, elle a déjà été victime de harcèlement sexiste et elle adapte désormais son comportement: “Quand je vais à une soirée après le boulot, je fais attention à ne pas mettre de jupe car je sais que je vais prendre le métro tard, j’espère qu’après ce stage, je ne ferai plus les choses pour les autres, mais pour moi”, espère-t-elle.

On a d’autres choses à faire dans sa vie que de se battre, mais si vous savez que vous pouvez le faire, votre attitude change.

C’est au tour de Nathan Obadia de prendre la parole. En fondant Self Method, ce brun au sourire bienveillant et à la barbe de trois jours dit avoir voulu “donner du sens à [s]a vie”. Après avoir longtemps enseigné le krav maga, ce vingtenaire “qui ne supporte pas l’injustice” a constaté une vraie demande venant des femmes de son entourage: “Ça faisait longtemps que je conseillais mes amies qui voulaient apprendre à se défendre.” Et d’ajouter: “J’ai deux petites sœurs aussi, et je n’ai aucune envie qu’elles se fassent emmerder.” D’emblée, il tient à rassurer les stagiaires: “Le sentiment de vulnérabilité total ne devrait pas exister, on a tous un instinct de survie, on peut le convoquer à tout moment. Même si vous faites 30 kilos de moins que l’agresseur.” Il prévient: “On a d’autres choses à faire dans sa vie que de se battre, mais si vous savez que vous pouvez le faire, votre attitude change.

 

Frappes et méditation

Après quelques exercices de contractions musculaires et de respiration exécutés consciencieusement par les jeunes femmes, les premiers coups sont enseignés. Ici, on ne donne pas de coup de poing, on frappe la paume de la main grande ouverte, et on vise de préférence l’oreille: “Ça peut faire perdre l’équilibre à l’agresseur”, explique le formateur. Les coups de pieds -aux tibias ou “aux parties”- doivent être donnés les orteils retroussés pour éviter de se les tordre; le coup de genou, lui, envoyé en aggrippant des deux mains l’une des épaules de l’agresseur afin d’éviter de se prendre un coup de tête par inadvertance. Viennent ensuite les techniques pour se défaire des saisies. À chaque nouvelle prise, Nathan Obadia fait appel à l’une de ses “ninjas”: Vanille et Miranda, anciennes stagiaires, l’assistent pour faire les démonstrations.

La self defense féminine, entre réflexes de combat et confiance en soi

© Ingrid Bénard/Self Method

Après la théorie, place à la pratique. Par groupe de deux, les filles s’attrapent les poignets à tour de rôle avant d’essayer de se dégager des différentes étreintes. “Expirez par la bouche”, serine l’instructeur, en passant vérifier les gestes de chaque duo. Au moment de passer aux techniques permettant de se soustraire aux étranglements -à une main, à deux mains, par devant, par derrière, etc.-, les dialogues deviennent légèrement surréalistes. “Tu m’étrangles ou je t’étrangle”, lance Belinda à son binôme. Certaines serrent le cou de leur tandem avec délicatesse, quand d’autres emploient davantage de force. À contrecoeur, les filles enfilent des coquilles, qui, de dos, font l’effet d’un grossier string, pour éviter de se blesser en se donnant des coups. Quelques minutes plus tard, les cous, comme les bras, sont rougis par les pressions répétitives. À la fin de cette première journée, après une séance de relaxation et de méditation, les stagiaires, enthousiastes, donnent leurs premières impressions à l’instar de Jovana: “C’est réconfortant de voir qu’il y a des gestes faciles qu’on peut apprendre.

La self defense féminine, entre réflexes de combat et confiance en soi

© Ingrid Bénard/Self Method

 

“Décrire, traduire, intimer”

Je sens qu’on me touche les fesses”, lâche l’une des participantes. Explosion de rire générale. Ce dimanche matin, Alexia MacBeth, chanteuse lyrique et coach vocal, a pris les rênes du stage. Avec elle, les stagiaires travaillent leur respiration pour mieux savoir utiliser leur voix et s’imposer. À sa demande, elles ont formé un groupe et se tiennent collées les unes aux autres comme si elles étaient dans un wagon de métro bondé. La coach, une patte d’ours de boxe à la main, touche des fesses au hasard. Objectif? Leur apprendre à réagir en cas d’agression sexuelle. “Rappelez-vous d’une chose, intervient Nathan Obadia, les différentes phrases dans la théorie de la négociation de crise, c’est décrire, traduire, intimer. Donc vous dites ‘Vous me touchez les fesses, ça me met mal à l’aise, arrêtez tout de suite!’” Gênées, les filles s’exécutent en riant aux éclats.  

Trois semaines plus tard, on retrouve Julie* et Belinda qui patientent devant les portes du gymnase pour entamer la seconde partie du stage. Depuis la dernière fois, elles estiment que leur comportement a changé. “Je baisse moins la tête qu’avant, assure Belinda, je regarde les gens normalement et s’il y a un problème, c’est leur souci, pas le mien.” Même antienne chez Marie, 30 ans, qui bosse dans l’industrie cosmétique: “Je suis plus sereine quand je prends le métro le soir, et j’ai davantage pris conscience de l’importance de la respiration.” Et justement, l’objectif durant ces deux jours est de “penser à notre respiration le plus souvent possible”, rappelle Nathan Obadia. Après avoir passé en revue les différents prises enseignées lors de la session précédente et réalisé quelques pompes, abdos et squats en mode militaire, les filles s’entraînent à faire tomber leur potentiel agresseur. En duo, elles suivent les consignes à la lettre: plaquer sa main contre le visage de l’agresseur, faire basculer sa tête vers le bas avant de le pousser à terre. Nathan Obadia l’atteste: “Même si le mec fait une tête de plus que vous, ça marche!” Et souhaite retenir les assauts des plus enthousiastes: “Ne frappez pas à la gorge, ou à la trachée, sinon vous allez tuer le type. À moins d’être à côté d’un hôpital…

La self defense féminine, entre réflexes de combat et confiance en soi

© Marie Docher

 

“Visez les parties et le visage!”

Le samedi après-midi est consacrée aux frappes en situation réelle. Si jusqu’ici les stagiaires ont retenu leurs coups, elles vont pouvoir y mettre désormais toute leur force. Ou presque. Nathan Obadia, assisté pour l’occasion de son frère cadet Armand, a enfilé sa “tenue Robocop”, comprendre des protèges-tibia, des protèges-parties et un casque intégral, qui doit lui permettre de ne pas être blessé durant les exercices. Si certaines se précipitent pour passer, d’autres font traîner, trouvant trop anxiogène de frapper réellement. “C’est là où l’on constate si l’on a acquis des réflexes ou non”, affirme le formateur. Belinda se lance, frappe… et s’excuse dans la foulée. Amina, assise sur le tapis un peu plus loin, lui crie: “Arrête de t’excuser, il est en train de te frapper!” “Visez les parties et le visage!”, ordonne Nathan Obadia. À 17h10, l’entraîneur, en sueur, a nettement moins d’énergie. C’est l’heure du débrief. “J’ai adoré, j’ai hâte de retabasser demain, plaisante Amina, ça nous met dans des conditions plus proches de la réalité, et si jamais on doit faire face à ce genre de situation, on aura beaucoup plus de réactivité.” Clémence*, elle, se sent “vidée”: “C’était bizarre de te taper dessus, mais en même temps, je me suis rendu compte que ce n’était pas impossible, c’est incroyablement fatigant et exaltant aussi.” De son côté, Marie trouve “rassurant” que “des automatismes se mettent en place”. Belinda confirme: “Le corps se souvient de ce qu’il a vu et appris il y a trois semaines.

 

Mimer la folie

La matinée du dimanche est consacrée à l’improvisation théâtrale. Objectif? Le lâcher-prise. Cette fois-ci, le cours a lieu dans le 2ème arrondissement de Paris, dans une salle de danse entourée de miroirs et éclairée aux néons blancs. “Le but de ce matin va être de réagir sans les mains et sans les pieds”, annonce Nathan Obadia. Il rappelle les différentes stratégies pour faire face à une agression verbale: réhumaniser le conflit –“Quand quelqu’un agresse, il considère l’autre comme un objet et non plus comme un humain”-, rediriger la conversation vers un autre sujet ou encore la folie -“Lorsqu’on a l’air fou, ça fait peur à tout le monde”. C’est parti pour des exemples concrets. Après quelques petits exercices d’improvisation guidés, les participantes s’assoient sur les bancs situés au fond de la salle. Une par une, elles se présentent face à l’assemblée à trois reprises, la première en silence, la deuxième en disant “bonjour” et la troisième en assénant un “quand je pète, je pue”. Nolwenn, habituée à prendre la parole dans les tribunaux, assure pourtant que cette fois-ci, ça a été “difficile” car elle n’avait “pas de rôle à jouer”.

Il faut avoir l’air dangereux, montrez qu’il y a en vous une tension imprévisible.

L’exercice suivant consiste à imiter son binôme: “Si une personne vous parle fort, vous ne pouvez pas lui répondre doucement, soutient l’enseignant, quand quelqu’un nous imite, on a l’impression qu’elle nous ressemble.” Puis, vient le moment pour les stagiaires de mimer la folie. “Faites des gestes brusques, répétez un mot, conseille Nathan Obadia, il faut avoir l’air dangereux, montrez qu’il y a en vous une tension imprévisible que vous essayez de dissimuler, comme une cocotte-minute.” Et c’est parti pour un festival de bruits et de mouvements désordonnés dans lequel les filles, malgré la timidité de certaines, semblent trouver un bon moyen de se défouler. Pour finir, les stagiaires sont confrontées à des mises en situation. Nathan Obadia fouille dans son sac à la recherche de différents accessoires: c’est lui qui va jouer le rôle de l’agresseur. Pauline s’y colle la première, elle doit tourner le dos à l’instructeur jusqu’à ce qu’il l’apostrophe. “T’as bien un numéro, vas-y donne-moi un numéro!” Pauline se retourne et lui met une main aux fesses… devant l’assistance, médusée et hilare. Pauline: 1. Agresseur: 0. Nolwenn, elle, choisit une technique moins offensive et s’éloigne en jetant de rapides coups d’œil derrière elle. Amina pousse un cri à en effrayer plus d’un quand Julie* remporte la bataille en mimant une subite envie de vomir.

© Marie Docher

Je vais plus souvent utiliser la folie”, sourit Amina. À la fin de la journée, les jeunes femmes échangent leurs impressions sur le stage qui s’achève. C’est une “révélation” pour certaines, celle d’avoir “la capacité de frapper”; une prise de conscience pour d’autres: “Je sais que je suis capable de me défendre.” Si Nolwenn confesse avoir eu “une appréhension avant de [s]’inscrire”, elle dit avoir pris conscience de l’importance de la pluridisplicinarité du cours: “Si jamais on est amenées à se défendre, il n’y a pas que les coups qui sont importants, toutes les disciplines sont connectées entre elles, notamment la respiration.” Julie*, elle, n’en attendait peut-être pas autant, elle dit avoir retrouvé une certaine confiance en elle: “J’étais arrivée à un point où j’avais tout le temps peur, aujourd’hui, ce n’est plus le cas.

Julia Tissier

*Le prénom a été modifié 


1. Agressions et harcèlement sexuels en série à Coachella

On a lu pour vous cet article, publié sur Teen Vogue, qui révèle les innombrables cas d’agressions et de harcèlement sexuels qui ont eu lieu cette année à Coachella et on vous le conseille fortement.  
© Marie Docher  - Cheek Magazine
© Marie Docher

3. Le si féministe Québec à l'épreuve de #MeToo

C’est une province canadienne où les femmes se chargent de la drague, ne craignent pas de sortir en short et débardeur dès les beaux jours, et refusent la galanterie. Là bas, on féminise volontiers les métiers, les enfants portent couramment les noms de famille des deux parents, et un congé parental d’un an peut être divisé à part égale entre conjoints. Pourtant le mouvement #MeToo y a connu un écho retentissant. Qu’est-ce que ce phénomène a encore à apporter au si féministe Québec?
© Marie Docher  - Cheek Magazine
© Marie Docher

4. Prévention sexuelle chez les lesbiennes: le grand vide

On a lu pour vous cet article de RTL Girls sur les stéréotypes qui entourent la sexualité lesbienne et ont un impact sur la santé des femmes homosexuelles et on vous le recommande fortement.
© Marie Docher  - Cheek Magazine
© Marie Docher

5. La césarienne, un mode d'accouchement mal perçu (et souvent mal vécu) en France

En France, un bébé sur cinq naît par césarienne. C’est deux fois plus qu’au début des années 80. Mais pour les femmes qui en ont fait l’expérience, la césarienne est souvent vécue comme un traumatisme. A contrario, celles qui en font la demande ne sont pas entendues. Pourquoi ce mode de naissance a-t-il si mauvaise réputation?
© Marie Docher  - Cheek Magazine
© Marie Docher

7. Il n'y a rien de honteux à préférer les serviettes aux tampons

On a lu pour vous cette tribune, publiée sur Mashable, qui dénonce les moqueries visant les femmes qui utilisent des serviettes pendant leurs règles et on vous la conseille fortement.  
© Marie Docher  - Cheek Magazine
© Marie Docher