société

Sport

Serena Williams dénonce le double standard de l'arbitrage au tennis

La joueuse américaine a qualifié la sanction reçue lors de la finale de l’US Open de sexiste, avant d’être soutenue par le monde du tennis. 
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”


Pour moi, lui dire que c’est un voleur et recevoir un jeu de pénalité pour ça, c’est une décision sexiste. Il n’a jamais infligé un jeu de pénalité à un homme parce qu’il l’a traité de ‘voleur’. Ça me dépasse. Mais je vais continuer à me battre pour les femmes, pour qu’on soit traitées à égalité.” Samedi 8 septembre, la joueuse de tennis Serena Williams a fait part de sa frustration lors de la conférence de presse qui a suivi sa défaite en finale de l’US Open. L’Américaine a reçu un jeu de pénalité pour “coaching”, “bris de raquette” et “insulte”, une sanction très rare à ce niveau, qui s’accompagne d’une amende de 17 000 dollars. Son coup de sang aurait été provoqué par le premier avertissement distribué par l’arbitre, accusant son entraîneur d’avoir tenté de lui donner des conseils pendant la partie, ce qui est certes interdit au tennis, mais très rarement sanctionné. “Je ne triche pas pour gagner, je préfère encore perdre. C’est incroyable, je n’ai pas reçu de ‘coaching’. Je ne triche pas, je n’ai jamais triché de ma vie, je me bats pour ce qui est juste, vous me devez des excuses, a adressé Serena Williams à l’arbitre. Vous attaquez ma personne. Vous avez tort. Vous n’arbitrerez plus jamais un de mes matchs. Vous me devez des excuses. C’est vous le menteur […] Vous êtes un voleur. Vous m’avez volé un point.” 

 

 

L’Américaine a été soutenue par certain·e·s ancien·ne·s joueur·se·s comme James Blake ou Billie Jean King, qui dénonce un double standard sur Twitter: “Quand une femme exprime ses émotions elle est “hystérique” et on la pénalise pour cela. Quand un homme fait la même chose, on estime qu’il fait preuve de sincérité et il n’y a pas de conséquence.” L’analyse de l’ancienne numéro 1 mondiale est d’ailleurs partagée par la WTA, l’association des joueuses professionnelles, dont le directeur Steve Simon a déclaré dans un communiqué: “La WTA pense qu’il ne devrait pas y avoir de différence de degré dans la tolérance face aux émotions exprimées par les hommes et les femmes et s’engage pour s’assurer que tous les joueurs et joueuses soient traité·e·s de la même façon. Nous ne pensons pas que ça a été le cas hier soir.” 

Alors que la presse semble divisée sur le caractère sexiste de cette affaire, on ne peut que déplorer qu’elle en oublie de célébrer Naomi Osaka, joueuse de 20 ans au tennis flamboyant, victorieuse de l’US Open. Elle est la première Japonaise, hommes et femmes confondus, à remporter un Grand Chelem. Pas de quoi toucher les spectateurs new-yorkais, qui ont hué la jeune femme au moment de la remise des coupes, au point qu’elle termine en pleurs. Pour être consolée et défendue, elle a pu compter sur son idole, Serena Williams qui a adressé à la foule: “C’est son premier titre en Grand Chelem. Faisons de ce moment le meilleur moment possible. Reconnaissons le mérite où il y en a. Ne huons plus. Félicitations Naomi.” C’est beau la sororité.

 

Margot Cherrid


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

4. “Une femme qui commente le foot masculin, je suis contre”: Sonia Devillers répond aux propos sexistes

Si vous ne deviez écouter qu’une chronique aujourd’hui, ce serait L’Edito M de Sonia Devillers sur la sortie sexiste de Denis Balbir concernant les commentatrices de football.
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

5. Dans ce podcast, des femmes racontent comment elles ont fait fuir leurs harceleurs

Si vous ne deviez écouter qu’un podcast aujourd’hui, ce serait le premier épisode de Yesss, dans lequel des femmes racontent comment elles ont réagi face à leurs harceleurs.
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”

7. Brigitte Lahaie parle féminisme, islam et drague dans une interview, et c'est affligeant

Dans une interview donnée au Point, Brigitte Lahaie plaint les hommes de l’ère post-#MeToo, pointe du doigt l’islam et souhaite “responsabiliser” les petites filles.
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost” - Cheek Magazine
Capture d'écran de la vidéo “US Open: Serena Williams accuse l'arbitre de sexisme après sa défaite polémique en finale”, du “HuffPost”