société

Le Cheek Point

Et si les femmes lesbiennes avaient une sexualité plus épanouie que les hétérosexuelles?

On a lu pour vous cet article du Guardian à propos du sexe lesbien, qui procure plus de plaisir aux femmes que le sexe hétérosexuel. On vous le conseille. 
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR


Les lesbiennes ont-elles plus de plaisir que les hétérosexuelles? Oui. Oui. Oh que oui! Les femmes qui couchent avec les femmes ont rapporté à maintes reprises de meilleurs niveaux de satisfaction sexuelle dans les sondages et études que les femmes qui font l’amour avec des hommes. […]

Alors, que fait bien le sexe lesbien que fait mal le sexe hétérosexuel? ‘C’est simple, explique Matty Silver, une sexologue basée en Australie. Les femmes lesbiennes savent où se trouve le clitoris et quoi faire avec pour avoir un orgasme. Elles n’ont pas besoin de montrer à leur partenaire quoi faire, donc leur satisfaction sexuelle est plus élevée. […]

Beaucoup d’hommes pensent qu’ils peuvent donner un orgasme à leurs partenaires à chaque rapport sexuel, par pénétration, ajoute Matty Silver. ‘C’est le cas pour seulement 20% des femmes. Les autres ont besoin d’une stimulation clitoridienne ou de sexe oral pour avoir un orgasme. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup de femmes hétérosexuelles simulent.

Dans l’article Do lesbians have better sex than straight women? publié lundi 9 juillet par The Guardian et repéré par Slate, la journaliste Hannah Jane Parkinson s’interroge sur les résultats d’études qui démontrent que les femmes lesbiennes ont plus de plaisir que les hétérosexuelles. Grâce à une meilleure connaissance de leur corps, notamment par la pratique de la masturbation, et plus de communication au lit, les femmes savent mieux comment se donner du plaisir entre elles. Comme quoi la pénétration par un pénis est loin d’être la condition sine qua none pour atteindre l’orgasme.

À lire le plus rapidement possible en VO sur le site du Guardian.

 


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR