société

Le Cheek Point

Et si les femmes lesbiennes avaient une sexualité plus épanouie que les hétérosexuelles?

On a lu pour vous cet article du Guardian à propos du sexe lesbien, qui procure plus de plaisir aux femmes que le sexe hétérosexuel. On vous le conseille. 
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR


Les lesbiennes ont-elles plus de plaisir que les hétérosexuelles? Oui. Oui. Oh que oui! Les femmes qui couchent avec les femmes ont rapporté à maintes reprises de meilleurs niveaux de satisfaction sexuelle dans les sondages et études que les femmes qui font l’amour avec des hommes. […]

Alors, que fait bien le sexe lesbien que fait mal le sexe hétérosexuel? ‘C’est simple, explique Matty Silver, une sexologue basée en Australie. Les femmes lesbiennes savent où se trouve le clitoris et quoi faire avec pour avoir un orgasme. Elles n’ont pas besoin de montrer à leur partenaire quoi faire, donc leur satisfaction sexuelle est plus élevée. […]

Beaucoup d’hommes pensent qu’ils peuvent donner un orgasme à leurs partenaires à chaque rapport sexuel, par pénétration, ajoute Matty Silver. ‘C’est le cas pour seulement 20% des femmes. Les autres ont besoin d’une stimulation clitoridienne ou de sexe oral pour avoir un orgasme. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup de femmes hétérosexuelles simulent.

Dans l’article Do lesbians have better sex than straight women? publié lundi 9 juillet par The Guardian et repéré par Slate, la journaliste Hannah Jane Parkinson s’interroge sur les résultats d’études qui démontrent que les femmes lesbiennes ont plus de plaisir que les hétérosexuelles. Grâce à une meilleure connaissance de leur corps, notamment par la pratique de la masturbation, et plus de communication au lit, les femmes savent mieux comment se donner du plaisir entre elles. Comme quoi la pénétration par un pénis est loin d’être la condition sine qua none pour atteindre l’orgasme.

À lire le plus rapidement possible en VO sur le site du Guardian.

 


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR - Cheek Magazine
Capture d'écran du film “Elena Undone”, DR