société

#SideProfileSelfie: le hashtag qui dénonce “le tabou du gros nez”

Sur Twitter, la journaliste anglaise Radhika Sanghani vient de lancer le hashtag #SideProfileSelfie pour célébrer les nez de toutes formes et en finir avec les complexes. 
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani

Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani


Radhika Sanghani, journaliste anglaise travaillant pour la BBC, vient de lancer le hashtag #SideProfileSelfie. Son objectif ? Aider les internautes à accepter leur nez, quel que soit sa forme, longueur, largeur…

“Dans notre société, les gros nez sont un tabou depuis trop longtemps” peste-t-elle dans un dans un édito publié dans le dernier numéro de Grazia UK. Un diktat du nez fin et retroussé qui tire selon elle son origine d’une représentation uniformisée des femmes et de leurs nez dans les médias, films, séries. “J’ai grandi en pensant que je ne pouvais pas être belle, à moins d’avoir un nez à la Kate Middleton ou Mila Kunis. Et je sais que d’autres femmes se sont fait la même réflexion.”

Dans un élan body positive, elle invite toutes les femmes complexées par leur nez à poser fièrement de profil pour célébrer leur physique unique. 

Sur Twitter, de nombreuses internautes ont répondu à l’appel, témoignant des railleries subies à propos de leurs nez:

 

Audrey Renault

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer


2. Six marques françaises éthiques ou bio qui révolutionnent les protections périodiques

Si la cup est souvent plébiscitée à raison, c’est sans compter sur toutes ces jeunes entreprises qui œuvrent pour des protections hygiéniques bio, avec l’envie de briser le tabou autour des règles.
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani  - Cheek Magazine
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani

3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani  - Cheek Magazine
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani  - Cheek Magazine
Capture d'écran du compte Twitter de Radhika Sanghani