société

Vidéo

Silvana Lima: la championne de surf dont les sponsors ne veulent pas

Considérée comme l’une des meilleures surfeuses au monde, la Brésilienne Silvana Lima n’arrive pas à trouver de sponsors. La chaîne Spicee lui consacre un court documentaire. 
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee

Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee


Huit fois championne du Brésil et deux fois vice-championne du monde de surf, Silvana Lima, 30 ans, ne trouve pourtant aucun sponsor pour l’accompagner. Pourquoi? D’après ce court documentaire diffusé sur Spicee, la surfeuse brésilienne est tout simplement discriminée sur son physique, qui ne correspond pas aux critères de beauté des équipementiers. Ces derniers sont en effet plus prompts à s’engager financièrement aux côtés de femmes grandes et blondes -le mythe de la surfeuse sirène, en gros-, que petites et athlétiques comme Silvana Lima. “Je n’ai pas trop ce profil de modèle”, explique-t-elle dans l’extrait vidéo ci-dessous:

 

 

Le sexisme dans le milieu du surf est un phénomène bien connu. En 2015, la surfeuse française Pauline Ado, double championne du monde junior, publiait déjà cette vidéo, dans laquelle elle dénonçait le cliché de la surfeuse érotisée, mise en avant pour sa plastique davantage que pour ses performances sportives:

 

 

Un cliché à la peau dure, parfois entretenu par les surfeuses elles-mêmes, qui n’hésitent pas à se mettre en scène sur Instagram, mais surtout par des articles résolument sexistes comme ce diaporama publié par L’Equipe, qui se targue de mettre en avant les “10 surfeuses les plus sexy” d’une compétition. 

Olga Rigue


3. Alix Lacloche, la cuisinière décalée qui affole la mode

Avec ses buffets rocambolesques pour les marques de mode Louis Vuitton, Lemaire, Nike ou Chloé, comme pour les privés, Alix Lacloche bouscule le monde traditionnel des traiteurs. Rencontre avec une magicienne des fourneaux.
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee

4. Trois visites guidées militantes pour voir Paris autrement

En marge des promenades pour les touristes, de plus en plus de jeunes guides organisent des circuits originaux qui permettent d’envisager la capitale sous un nouvel angle.
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee

5. Mathieu Palain interroge le lien entre virilité et violence conjugale dans un podcast saisissant

Des hommes violents est un podcast en six épisodes du journaliste Mathieu Palain, réalisé par Cécile Laffon pour France Culture. Il apporte un éclairage rare sur les violences conjugales en tendant son micro à des agresseurs plus ou moins repentis.
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee

6. “Made in Bangladesh”, le parcours de combattantes des ouvrières du textile

Réalisé par Rubaiyat Hossain, Made in Bangladesh retrace l’histoire d’un groupe d’ouvrières d’un atelier de confection à Dacca qui décident de monter un syndicat pour défendre leurs droits. Rencontre avec la réalisatrice et l’ouvrière qui lui a inspiré l’idée du film.
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee - Cheek Magazine
Capture d'écran de “Sea, sex and sexist”, diffusé sur Spicee