société

Le Cheek Point

Sites et applis de rencontre: le paradis des harceleurs

On a lu pour vous cet article du Monde sur les “forceurs”, “stalkers” et autres harceleurs qui sévissent sur les sites et applis de rencontre et on vous le conseille fortement.
Instagram/@perlesmasculines
Instagram/@perlesmasculines

Instagram/@perlesmasculines


Comme cet homme qui, après avoir vanté le physique ‘à la Angelina Jolie’ d’une femme, continue de la relancer à plusieurs mois d’intervalle malgré son absence de réponse et termine son monologue par un ‘je veux juste te baiser, tu n’as rien de spécial’. Ou cet autre qui, faute de réponse à la question ‘comment se passe ta journée?’, enchaîne avec ‘tu sais faire des gorges profondes?’; ou encore ce troisième, visiblement vexé, qui traite une femme de ‘grosse salope blanche’, avant de lui lancer que ‘personne ne l’aimera jamais’. […]

Si le harcèlement est vécu comme ‘banal’ pour beaucoup de victimes, selon Laure Salmona, il l’est également du point de vue des harceleurs. Certains utilisateurs entendent rentabiliser leurs efforts, à plus forte raison lorsqu’ils payent pour le service de rencontre. Ils peuvent avoir ‘tendance à confondre le fait que les applis facilitent la rencontre avec le fait que les gens qui s’y inscrivent soient “faciles”’, estime aussi Catherine Lejealle, sociologue spécialiste du numérique et enseignante-chercheure à l’ISC Paris. Avant de préciser: ‘Lors de rendez-vous après une prise de contact sur une appli, nombre de femmes réticentes se voient opposer un ‘fais-moi au moins une pipe’.

Dans un article intitulé Insultes, avances répétées… Sur les sites de rencontre, le harcèlement des femmes est banalisé, publié sur le site du Monde hier, Pauline Croquet et Perrine Signoret reviennent sur un phénomène qui toucherait 42% des utilisatrices d’applis ou de sites de rencontre. En relayant des témoignages de victimes de cette forme de cyberharcèlement et en faisant intervenir des spécialistes comme la militante féministe Laure Salmona, les deux journalistes éclairent sur les modes de fonctionnement des “forceurs” et “stalkers” et dénoncent les sanctions insuffisantes des plateformes en ligne.

À lire le plus rapidement possible sur le site du Monde.


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
Instagram/@perlesmasculines - Cheek Magazine
Instagram/@perlesmasculines

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
Instagram/@perlesmasculines - Cheek Magazine
Instagram/@perlesmasculines

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
Instagram/@perlesmasculines - Cheek Magazine
Instagram/@perlesmasculines