société

Le Cheek Point

Comment cette jeunesse touchée par les attentats va-t-elle évoluer après ce traumatisme collectif?

On a lu ça pour vous. 
À Paris - Instagram/Jeunefillederangee
À Paris - Instagram/Jeunefillederangee

À Paris - Instagram/Jeunefillederangee


Pour pousser encore la caricature, disons que c’est la France brocardée par Emmanuel Todd après les manifestations du 11 janvier, la France des classes moyennes supérieures ouvertes et éduquées, celles que les sociologues appellent parfois la petite bourgeoisie intellectuelle, qui brunche et qui sort, qui est tombée sous les balles de Daech. En dépit de contradictions qu’on a, avec d’autres, souvent décrites par le menu (on en a un peu honte aujourd’hui), c’est cette France optimiste (angéliste, dit-on parfois), celle qui vit dans des ‘idéopoles’ tolérants et décontractés, qui paie l’addition. Or comment prédire comment cette classe pivot, dont l’avis compte dans les débats qui animent le pays, et qu’on brocardait bien (trop) souvent comme ‘bien-pensante’, va évoluer après un tel traumatisme collectif?

Parmi toutes les images effroyables qui circulent depuis vendredi soir, lesquelles resteront gravées dans notre esprit? Et, s’il faut s’attendre à devoir en assimiler de nouvelles bientôt, comme plusieurs experts le redoutent, l’opinion de la classe progressiste et intellectuelle touchée par les premiers attentats, dont le système de valeurs reste jusqu’ici plutôt inébranlable, pourrait-il changer? Ce sont les questions que se pose le journaliste Jean-Laurent Cassely sur Slate dans cet article. 

À lire sur le site de Slate.


2. Un podcast qui démonte les a priori de la grossophobie

Alors que la Ville de Paris organise aujourd’hui une journée de lutte contre la grossophobie, on vous recommande ce podcast qui démonte pas mal d’idées reçues sur un sujet, qui, une fois de plus, enferme les femmes dans leur corps. 
À Paris - Instagram/Jeunefillederangee - Cheek Magazine
À Paris - Instagram/Jeunefillederangee

3. La self-défense féminine, un moyen de reconquérir sa place dans la rue

Victimes de harcèlement, d’agressions ou simplement en quête d’assurance dans l’espace public, ces 11 jeunes femmes ont choisi de suivre un stage de self-défense pour en finir avec le sentiment de vulnérabilité. On a passé deux week-ends avec ces apprenties guerrières.  
À Paris - Instagram/Jeunefillederangee - Cheek Magazine
À Paris - Instagram/Jeunefillederangee