société

Le Cheek Point

Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
Instagram / @leandramcohen
Instagram / @leandramcohen

Instagram / @leandramcohen


“Pour faire simple, les poilues nous montrent que la distinction entre hommes et femmes n’est pas si nette que ça. Or cette distinction est historiquement fondamentale pour nos sociétés. ‘Cette apparition du masculin dans le féminin […] souligne la menace que représente un corps féminin qui n’est pas un “autre” absolu’, continue Karín Lesnik-Oberstein.

C’est d’ailleurs ce que sous-entendait la marque de rasoir Veet dans un spot publicitaire sexiste fortement critiqué en 2014. On y voyait un homme censé jouer une femme non rasée. ‘Don’t risk dudeness’, mettait en garde la marque. Ne prenez pas le risque de passer pour un mec. Le message est clair. […]

L’intensification de la traque aux poils pourrait s’expliquer entre autres par une volonté de contraindre socialement les femmes à un moment où elles gagnent en libertés. ‘Selon cette analyse, l’épilation serait un moyen de contrôle social genré, exercé en proportion de l’émancipation économique et politique des femmes’, résume ainsi Rebecca Herzig.

Dans l’article au titre volontairement provocateur Pourquoi déteste-t-on les femmes poilues, publié sur Slate ce jeudi 18 octobre, la journaliste Cécile Schilis-Gallego tente d’expliquer la haine qui entoure la pilosité féminine. Dans le papier très complet, elle expose différentes théories féministes qui expliquent ce rejet, à l’image de celle de Naomi Wolf qui soutient que “les femmes sont maintenues dans l’état d’insécurité sexuelle, de haine de soi et de constant échec qu’accompagne inévitablement l’aspiration permanente à devenir belle. Le tout afin de dépenser toujours plus en produits cosmétiques.” 

À lire le plus rapidement possible sur le site de Slate.


2. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
Instagram / @leandramcohen - Cheek Magazine
Instagram / @leandramcohen

3. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
Instagram / @leandramcohen - Cheek Magazine
Instagram / @leandramcohen

4. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
Instagram / @leandramcohen - Cheek Magazine
Instagram / @leandramcohen

5. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
Instagram / @leandramcohen - Cheek Magazine
Instagram / @leandramcohen