société

Une jeune femme dénonce sur Facebook le slut-shaming dont elle a été victime

Une jeune femme habitant à Toulon, Maude Vallet, a témoigné sur Facebook du slut-shaming dont elle a été victime alors qu’elle portait un short. 
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook

La photo postée par Maude Vallet sur Facebook


Son statut a déjà été partagé plus de 25 000 fois sur Facebook. Le 13 juin, Maude Vallet, une jeune femme vivant à Toulon, a souhaité témoigner du slut-shaming dont elle a été victime et pousser un gros coup de gueule. Elle raconte qu’elle s’est fait agresser par un groupe de cinq filles. L’objet de l’agression? Son short, jugé trop court par cette bande de nanas dont elle a croisé le chemin.

Maude Vallet écrit: “Nous sommes en 2016 et un groupe de 5 FILLES m’a insultée, menacée, craché dessus dans un bus sans que jamais personne n’intervienne, malgré leurs hurlements et les miens. Elles n’ont visiblement pas apprécié tous les arguments que j’ai sorti en faveur de l’égalité homme-femme et de la liberté de disposer de son propre corps puisqu’elles m’ont suivie pour me frapper lorsque je suis sortie du bus et ne sont parties qu’après qu’un homme que j’ai interpellé ait attendu avec moi qu’elles s’en aillent (au bout de 15 minutes, vous captez le délire?)

 

Une “triste première”

Très en colère, la jeune femme a “la très agréable impression d’avoir fait un bond de quelques siècles en arrière”, elle qui a “l’habitude des pelos relous qui te klaxonnent et te sifflent comme un chien parce que tu as le malheur de disposer d’un vagin, qui viennent te harceler parce qu’ils ne comprennent pas ton ‘non’” et qui connaît déjà “les propos misogynes et salaces quand tu n’as apparemment pas assez de tissu sur toi pour protéger ta vertu”. Mais cette fois-ci, le fait qu’elle ait été agressée par des femmes est “une triste première”, assure-t-elle.

Maude Vallet a accompagné son témoignage d’une photo d’elle dans ce fameux short et elle termine ainsi: “Ci-joint la tenue du crime -que ce pauvre événement ne m’empêchera absolument pas de reporter, BIEN AU CONTRAIRE et n’en déplaise aux cons.” Bien dit. Cette histoire n’est pas sans rappeler l’agression similaire d’une adolescente à Gennevilliers en avril dernier.

 

Julia Tissier


1. Entre solitude et difficultés financières, Cyrine raconte son confinement à Tunis

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappés de plein fouet par l’épidémie. Depuis quelques jours, la Tunisie est à l’arrêt. Un coup dur pour Cyrine, entrepreneure hyperactive, qui a dû planifier de quoi s’occuper pendant le confinement.  
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook - Cheek Magazine
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook

3. Dans un podcast, elle raconte son quotidien d'infirmière sous le Covid-19

Si vous ne deviez écouter qu’un seul podcast aujourd’hui, ce serait ce Journal d’une infirmière sous le Covid-19, qui raconte le quotidien d’une infirmière de 28 ans en médecine intensive et réanimatoire. 
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook - Cheek Magazine
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook

4. Accoucher au temps du Coronavirus, un stress supplémentaire pour les femmes

Pour les femmes sur le point d’accoucher, point de report possible malgré l’épidémie de Covid-19. Elles seront des centaines à donner la vie dans les prochaines semaines, et elles devront le faire dans des conditions inédites. 
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook - Cheek Magazine
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook

5. les wraps aux légumes rôtis et chèvre frais de Beena Paradin 

Ce n’est pas parce qu’on est confinées qu’on arrête de bien manger. Beena Paradin, créatrice de la marque de préparations bios et végétariennes Beendhi, nous propose une recette équilibrée et ludique. 
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook - Cheek Magazine
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook

6. Pourquoi le Covid-19 menace le droit à l'IVG

Consultations annulées, personnel de santé réquisitionné… L’un des dommages collatéraux de la crise sanitaire provoquée par le Covid-19 pourrait-il être une entrave au droit à l’IVG? C’est en tous cas la question que se posent certain·e·s professionnel·le·s de santé ainsi que des associations militantes pour les droits des femmes. 
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook - Cheek Magazine
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook

7. Pompes funèbres dépassées, hôpitaux de fortune: Sara, Madrilène, raconte son confinement en Espagne

Depuis plusieurs semaines, de nombreux pays ont décrété le confinement de leurs populations, avec plus ou moins de restrictions dans les sorties et les activités. Alors que la Chine se relève tout doucement, c’est désormais l’Europe, les Etats-Unis ou encore l’Iran qui sont frappé·e·s de plein fouet par l’épidémie. En Espagne, le nombre de morts du Covid-19 a dépassé  celui de la Chine. Pour Cheek, Sara, 22 ans, étudiante en philologie et habitante de Madrid, raconte le quotidien entre quatre murs. La capitale comptabilise plus de la moitié des décès du pays.      
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook - Cheek Magazine
La photo postée par Maude Vallet sur Facebook