société

Le Cheek Point

Sommes-nous trop vieux pour Snapchat?

On a lu cet article sur Snapchat pour vous et on vous le conseille. 
DR
DR

DR


Nous sommes en 2015, nom d’un Zuckerberg, et les fonctionnalités de base de Snapchat ne devraient plus rien avoir d’une nouveauté. Et pourtant, à chaque fois que j’essaie de l’utiliser, j’ai l’impression de me retrouver dans la peau de mon père quand, à 9 ans, je lui demandais de jouer une partie de Sonic avec moi. Très vite, je n’ai plus les yeux en face des trous, je sue, et j’appuie au hasard sur des symboles runiques dans le funeste espoir d’arriver à consulter les messages de mes amis avant qu’ils ne s’effacent. En gros, avec Snapchat, je me sens vieux. 

Récemment, j’ai été énormément soulagé de découvrir que je n’étais pas le seul dans mon cas. Avec  Snapchat, à peu près toute personne de plus de 25 ans se sent vieille -ce qui marche aussi chez des gens qui ne s’étaient pas sentis particulièrement vieux auparavant. Et c’est peut-être ce qui explique pourquoi cette application est si prisée par les nouvelles générations.

Que celle ou celui qui ne s’est pas senti extrêmement vieux en checkant les maigres stories de ses potes trentenaires sur Snapchat jette la première pierre à Will Oremus, un journaliste tech de 32 ans, qui avoue (enfin) ne rien comprendre à ce réseau. C’est à la fois triste et très rigolo.

À lire le plus vite possible sur le site de Slate


1. Quand Simone Veil protestait contre l'absence de femmes au Panthéon

Alors que son entrée au Panthéon est annoncée pour juillet, une vidéo datant de 1992, montre Simone Veil s’insurger de l’absence de femmes dans la célèbre demeure des “grands hommes”. 36 ans plus tard, la boucle est bouclée. 
DR - Cheek Magazine
DR

4. Elle réalise une carte du féminicide en Colombie pour en montrer l'étendue

Sandra Suarez, jeune Colombienne de Bogota, réalise actuellement une carte Google des féminicides qui frappent son pays, où le meurtre des femmes est reconnu comme tel par la justice mais encore trop souvent minimisé par l’opinion publique. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. On a collé des affiches avec Merci Simone, qui expose Simone Veil dans tout Paris

On a suivi les fondatrices de Merci Simone pendant qu’elles partaient tapisser un mur parisien avec le portrait de Simone Veil. Leur collectif de street art féministe veut préserver la mémoire de celle qui a légalisé l’IVG en France.
DR - Cheek Magazine
DR