société

Interview

Sophia Aram: “Il est toujours plus facile de faire des blagues allant dans le sens des préjugés”

Dans son one-woman show À nos amours, Sophia Aram démonte les clichés qui renforcent le patriarcat, véhiculés par l’éducation, les religions, ou encore le vocabulaire. Nous avons discuté de la normalisation de l’humour sexiste, de l’affaire Weinstein et de la dernière vanne du Pape François avec cette chroniqueuse et humoriste engagée.
Sophia Aram © Benoit Cambillard
Sophia Aram © Benoit Cambillard

Sophia Aram © Benoit Cambillard


Blanche neige a-t-elle de l’ambition? Le prince charmant a-t-il bonne haleine? L’éjaculation précoce est-elle compatible avec l’impuissance? Dieu est-il féministe? Voici quelques-unes des questions auxquelles Sophia Aram s’attelle à répondre dans À nos amours, un one-woman show féministe, coécrit par Benoît Cambillard, qu’elle présente sur les planches du Palais des Glaces depuis le 10 janvier. Pendant un peu plus d’une heure, la comédienne épluche avec beaucoup d’humour les stéréotypes sexistes et éléments faussement anodins de notre enfance, sur lesquels s’appuie le patriarcat. De la comptine La Rirettel’histoire d’un viol en réunion– au vocabulaire employé pour désigner les règles, en passant par le contrat tacite passé entre Dieu et les croyants –Soumettez-vous à moi, et en échange, les femmes se soumettront à vous: la quarantenaire jongle entre les sujets sans difficulté, à travers des personnages hauts en couleur, des analyses issues de ses propres expériences, ou des résultats d’études sur les violences faites aux femmes.

Si Sophia Aram parvient à mêler rires et engagement avec tant de facilité, c’est que l’exercice lui est familier. De gauche, celle que Marine Le Pen surnomme la chef des bobos, propose une chronique hebdomadaire sur France Inter, avec qui elle collabore depuis 2008. Un moment d’impertinence jouissif, pendant lequel elle ironise sur le droit fondamental à tirer un coup, dégaine des punchlines inspirées du type Pas de glyphosate dans ma teucha ou réagit aux déclarations sexistes de politiciens avec des rafales de vannes.

C’est la surprise autour de l’affaire Weinstein qui m’a surprise.

Le positionnement anti-sexiste de l’humoriste, qui prend plaisir à se définir comme bien-pensante, athée, climato-effrayée, bobo-assumée, s’est construit grâce à quelques échanges avec des professeurs de gauche au long de sa scolarité. Durant ses études supérieures à l’Institut national des langues et civilisations orientales, elle commence ainsi à envisager le féminisme comme un combat politique et prend conscience du lien entre le sexisme ordinaire et les violences faites aux femmes”. C’est à ce moment-là que j’ai compris que le sexisme n’était pas l’affaire des hommes contre les femmes mais bien l’affaire de tous, développe-t-elle. Pourquoi les hommes devraient faire le premier pas, payer le restaurant, faire preuve de galanterie, protéger les femmes… Autant de conneries partagées par beaucoup d’hommes et de femmes, plaçant l’ensemble des femmes dans un statut à la fois inégalitaire et victimaire. En pleine préparation de la tournée de son spectacle, qui débutera à Saint-Ouen le 24 mars, Sophia Aram a accepté de discuter avec nous des liens qui peuvent exister entre sexisme et humour.

 

Ton spectacle est en partie inspiré de l’affaire Weinstein. Comment as-tu réagi à la révélation de ce scandale?           

C’est la surprise autour de l’affaire Weinstein qui m’a surprise. D’un seul coup, on semblait découvrir les violences faites aux femmes, alors que tout le monde vit avec depuis des lustres et on ne peut pas dire que la situation s’améliore. Nous avons toutes totalement intégré l’idée de “faire attention” parce que l’on sait que la violence n’est jamais très loin. Et les chiffres, malheureusement, le confirment depuis longtemps.

Dans À nos amours, tu parles des règles, de la place des femmes dans les écrits religieux, ou encore de l’éducation non-sexiste en salle de classe. Comment as-tu sélectionné les thèmes abordés? 

Je suis partie de mon parcours personnel: comment je suis devenue une femme, pourquoi je suis devenue féministe… La question des préjugés autour des règles est un thème central, à la fois comme sujet de discrimination mais aussi comme apprentissage de la soumission et de la honte de soi. Très franchement, le potentiel comique du traitement des règles dans la société en général ou dans le fait religieux est énorme. L’approche que l’on a des règles est tellement débile qu’il y a vraiment de quoi rire.

© Benoît Cambillard 

Dans tes chroniques sur France Inter ou sur scène, tu ne sembles t’interdire aucun sujet. D’après toi, “on peut rire de tout”?

Oui, la seule limite est légale: l’appel à la haine raciale ou la diffamation. C’est une limite qui me va bien.

En janvier, une étude menée par le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes a démontré que l’humour sexiste était toujours un ressort  largement utilisé dans les matinales de radio, dont celle de France Inter. Quelle a été ta réaction à la publication de ces chiffres?

Le sexisme est partout, je ne vois pas pourquoi il serait moins présent dans l’humour. D’autant plus qu’il est plus facile d’écrire un sketch ou une chronique sexiste que contre le sexisme.

Il suffit de poser son cul dans une barque et de se laisser porter par le courant pour faire de l’humour sexiste ou raciste.

Comment expliquer que les “blagues” sexistes soient à ce point normalisées?

C’est un peu comme les blagues racistes: il est toujours plus facile de faire des blagues allant dans le sens des préjugés. Les “noir·e·s feignant·e·s”, les “arabes voleur·se·s”, les “juif·ve·s pingres”, les “femmes dépensières ou idiotes”… Et la cerise sur le gâteau, c’est que ceux qui s’y vautrent bénéficient presque mécaniquement du label “politiquement incorrect”, alors qu’il suffit de poser son cul dans une barque et de se laisser porter par le courant pour faire de l’humour sexiste ou raciste.

Dernièrement, deux hommes ont été sanctionnés pour des “plaisanteries”  sur le viol et les violences conjugales. Tex a été renvoyé par France 2, et Jean-Marie Bigard a vu une cinquantaine de dates de sa tournée annulées. On progresse?

Je ne pense pas qu’il faille “sanctionner”. L’humour exprime un point de vue. Chacun est libre d’y souscrire ou de s’y opposer. Je ne vois pas très bien ce que vient faire la sanction en la matière. On peut répondre à une blague sexiste ou raciste sans avoir à l’invoquer. Cela ne fait qu’ajouter au caractère sulfureux et transgressif d’un propos qui n’a rien de courageux dans la mesure où il ne fait que naviguer sur le courant des préjugés. En revanche, la bonne nouvelle, c’est que cela ne laisse plus indifférent.

Ton spectacle traite, entre autres, de la soumission consentie de certaines femmes au système patriarcal. As-tu l’impression qu’il existe des humoristes qui mobilisent, elles-aussi, des ressorts sexistes? Comment l’expliquer? 

Encore une fois, c’est la facilité qui est en jeu. On est tous amené·e·s plus ou moins mécaniquement à  y recourir…

T’est-il arrivé d’utiliser l’humour comme arme de défense face à des situations sexistes? 

L’humour est une arme qui sert évidemment à combattre les situations sexistes. En ce qui me concerne, je suis un peu “épargnée” par les remarques sexistes. C’est l’avantage d’être identifiée comme “féministe”: l’entourage fait plus attention. J’essuie simplement les éternelles railleries ou bêtises sur les préjugés associés aux féministes, telles que “mal-baisée”, “frigide” et autres “haine des hommes”. Ce qui est plutôt facile à combattre par l’humour ou une baffe dans la gueule si je n’étais pas contre la violence. L’un des ressorts de l’arrière garde est de reprocher aux féministes d’être l’envers de la médaille du machisme. La dernière en date, c’est la déclaration du pape François ramenant le féminisme à un “machisme en jupe”. Franchement, voir le pape en soutane parler de “machisme en jupe”, il n’y a même plus besoin de faire une vanne tellement c’est drôle.  

Penses-tu que l’humour puisse représenter un moyen intéressant de combattre le sexisme en sensibilisant un public que les militant·e·s d’associations ne parviennent pas à mobiliser?

L’humour est un moyen parmi tant d’autres. S’il permet de faire marrer et de se poser quelques questions, c’est toujours ça de gagné. 

Propos recueillis par Margot Cherrid 


2. Dans “Soir de fête”, ils enquêtent sur le consentement au temps de nos arrière-grands-parents

En enquêtant sur l’histoire de sa famille, le journaliste Mathieu Deslandes découvre dans son arbre généalogique une naissance issue d’une relation non consentie. Elle est à l’origine de ce texte qu’il signe avec sa compagne et consœur Zineb Dryef. Pourquoi il faut lire leur livre.
Sophia Aram © Benoit Cambillard - Cheek Magazine
Sophia Aram © Benoit Cambillard

3. Ces jeunes pères auraient aimé avoir un long congé paternité

Si entre deux couchers de soleil sur la plage, vous avez raté cette vidéo sur le congé paternité vu par les hommes, on vous propose une séance de rattrapage.
Sophia Aram © Benoit Cambillard - Cheek Magazine
Sophia Aram © Benoit Cambillard