société

La vidéo du jour

Sophia Aram s'attaque à la “galanterie à la française”

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait cette chronique de Sophia Aram sur le mythe de la “galanterie à la française”.
DR
DR

DR


Pauvres vaches”, “insatisfaites notoires”, “chieuses de première”, “vieilles idiotes” … Voici quelques-unes des insultes adressées aux historiennes Laure Murat et Michelle Perrot, et relevées par Sophia Aram, ce lundi 8 octobre sur France Inter. En cause? Les deux femmes ont eu le malheur de s’attaquer au mythe de la “galanterie à la française” sur France Culture.

Pour dénoncer la violence engendrée par le “crime qui consiste à faire de cette délicieuse tradition française un objet d’étude”, la chroniqueuse lit donc à l’antenne quelques commentaires découverts sous la vidéo de leur intervention, publiée sur les réseaux sociaux. “Il y a tous ces hommes qui renoncent temporairement à leur éducation pour ‘leur refermer la porte dans la gueule’ ou leur proposer de combler de manière brutale et non-consentie ce qu’ils analysent comme l’expression d’un manque de pratique sexuelle”, décrit-elle.

Et de commenter les propos sexistes et l’idée de galanterie dans l’Hexagone: “Il faudrait que certains hommes renoncent à la position condescendante et faussement désintéressée que leur confère leur galanterie à l’égard des femmes, et qu’une partie des femmes renoncent […] à la passivité au nom de leur condition de faible femme, et du devoir des hommes à les protéger.” On n’aurait pas dit mieux.

 

Margot Cherrid


3. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
DR - Cheek Magazine
DR

4. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
DR - Cheek Magazine
DR