société

La chronique du jour

Sophia Aram se paye Tariq Ramadan et c'est jouissif

Dans sa chronique hebdomadaire sur France Inter, Sophia Aram s’est attaquée à la ligne de défense de Tariq Ramadan, mis en examen pour viols. 
DR
DR

DR


Mais je vais vous dire un truc, en 2005, j’ai été élu parmi les sept hommes les plus sexy du monde par un journal suisse. […] Il y a toujours eu ça dans ma vie. C’est moi qu’on vient chercher, ce n’est pas moi qui cherche. C’est moi qui suis harcelé.” Voici ce que l’islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, a déclaré aux juges d’instruction mardi dernier lors d’une audition. De quoi agacer Sophia Aram, qui a fait de la ligne de défense du politologue le sujet de son billet sur France Inter ce lundi. “Si l’on connaissait déjà la capacité de Tariq Ramadan à prendre son public pour des cons, son aptitude à faire de même avec les juges est maintenant clairement établie”, déclare la chroniqueuse.

Elle poursuit avec ironie: “Pauvre petit prédicateur victime de sa bogossitude et de son sex-appeal rechargeable face à des hordes de femmes lubriques. […] Tout ça, ce serait de la faute au bon dieu qui lui a donné ce corps de rêve, un swag de malade destiné à tester sa résistance face aux tentatrices.” Drôle et incisive, Sophia Aram qui vise une nouvelle fois juste, finit par s’étonner: “Avec un corps dégageant une telle puissance érogène, c’est même surprenant qu’il n’ait pas décidé de porter le voile.” Dans le mille.

 

Margot Cherrid


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
DR - Cheek Magazine
DR

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
DR - Cheek Magazine
DR