société

Le Cheek Point

Quand les stéréotypes de genre influencent la santé des femmes

On a lu pour vous cet extrait du livre de Catherine Vidal et Muriel Salle sur les femmes et la santé sur le site de The Conversation et on vous le conseille fortement. 
Solange et les vivants, DR
Solange et les vivants, DR

Solange et les vivants, DR


Les représentations sociales liées au genre influencent le vécu et l’expression de la douleur. Les femmes, supposées vulnérables physiquement et psychologiquement, s’autorisent davantage à exprimer leurs émotions et leur douleur, à l’inverse des hommes censés être durs au mal et stoïques (‘un garçon ne pleure pas’). L’intériorisation de ces stéréotypes se répercute sur le ressenti de la douleur de façon inconsciente. Par exemple, chez des acteurs et actrices soumis à un test de douleur thermique, la tolérance à la douleur est meilleure après avoir joué un rôle de héros ou d’héroïne. À l’inverse, leur tolérance est moindre après un rôle d’âme sensible…

Le seuil de douleur est aussi influencé par le sexe de la personne qui mène l’expérience. Dans un test de douleur thermique, la tolérance est plus forte chez les hommes quand la personne en charge de l’expérience est une femme. Et si l’expérimentatrice est attractive sexuellement, le seuil de douleur est encore plus élevé! Inversement, les femmes sont moins tolérantes si l’expérimentateur est un homme séduisant. Les vieux clichés de la femme fragile qui cherche la protection de l’homme et du mâle viril qui défie la douleur sont manifestement encore bien ancrés dans nos inconscients…

L’édition française du site The Conversation publie un extrait du livre de Catherine Vidal, neurobiologiste, et Muriel Salle, maîtresse de conférences en histoire, intitulé Femmes et santé, encore une affaire d’hommes?. Les deux auteures y expliquent en quoi les stéréotypes de genre impactent l’interprétation des symptômes chez les patient·e·s tandis que les codes sociaux de la féminité -et de la masculinité-, eux, influencent leur expression. 

À lire le plus rapidement possible sur le site de The Conversation.


4. Christelle Delarue, la “Lionne” qui combat le sexisme dans la pub

Après une campagne d’affichage sauvage retentissante et alors que Les Lions de Cannes, grand raout publicitaire organisé sur la Croisette, ont lieu cette semaine, on s’est entretenues avec Christelle Delarue, fondatrice de l’agence de pub féministe Mad&Women et de l’association de lutte contre le sexisme Les Lionnes.
Solange et les vivants, DR  - Cheek Magazine
Solange et les vivants, DR

5. Avec Women Do Wine, Sandrine Goeyvaerts démonte les clichés sexistes autour du vin

Elles sont vigneronnes, journalistes, blogueuses, sommelières… Les femmes du vin organisent le 23 juin à la Bellevilloise leur première rencontre. La preuve que dans ce milieu longtemps considéré comme masculin, les lignes bougent.
Solange et les vivants, DR  - Cheek Magazine
Solange et les vivants, DR

7. “Tombeur” versus “salope”: pourquoi il est urgent de mettre un terme au tabou de l'infidélité féminine

Si la diabolisation des femmes infidèles au sein des couples hétérosexuels remonte à plusieurs millénaires, elle a toujours cours en 2019. Entre le cliché de la “salope” qui ne se respecte pas et celui de la femme qui ne trompe que si elle se sent délaissée, pourquoi l’infidélité masculine a-t-elle toujours été bien mieux tolérée socialement? Décryptage.
Solange et les vivants, DR  - Cheek Magazine
Solange et les vivants, DR