société

SuperShe Island: Pourquoi cette île réservée aux femmes n'est pas féministe

Au large de la Finlande, l’île SuperShe Island propose aux femmes des vacances synonyme de relaxation, méditation et empowerment, en l’absence des hommes.
instagram.com/supershesnaps
instagram.com/supershesnaps

instagram.com/supershesnaps


“Avez-vous déjà voulu fuir sur une île déserte, respirer l’air frais, nager nue dans l’océan et dormir sous les étoiles?”. Dans sa vidéo de promotion et sur son site internet, c’est bien ce que promet SuperShe Island, une île de vacances réservée exclusivement aux femmes. Située au large de la Finlande, ce centre de vacances a ouvert ses portes en juin dernier sous l’impulsion de Kristina Roth, une riche entrepreneure germano-américaine qui voulait créer une “communauté de femmes issues du monde entier et rassemblées pour créer le changement et réussir l’impossible”. Tout un programme.

 

 

Interviewée par Newsweek, la fondatrice affirme être inspirée par la Women’s March de 2017 et les mouvements tels que #MeToo: “[Les femmes] croient en elles-mêmes plus que jamais et utilisent cette énergie pour réaliser des changements importants”. Aux détracteurs qui l’accusent de sexisme, la cheffe d’entreprise argue que les hommes ont toujours eu des clubs entre eux, comme le golf. Interrogée par le New York Post sur l’interdiction envers la gent masculine, elle explique que les femmes doivent se détacher des hommes en vacances: “Quand il y a un garçon mignon, les femmes mettent du rouge à lèvres. L’idée de SuperShe Island est de leur dire ‘hey, concentre-toi sur toi-même, n’essaie pas de réveiller tes hormones’.”

Outre cette vision des femmes contrôlées par leurs pulsions biologiques, le projet de l’entrepreneure transgresse d’autres fondements du féminisme. Dans sa vidéo de promotion truffée d’images au ralenti, des femmes de toutes origines rient ensemble dans un décor luxueux et cocooning, entre cours de yoga, massages et méditation. Si la représentation des préoccupations des femmes est réduite, il en est de même pour le nombre d’élues qui ont le droit de poser un pied sur l’île. Très sélective, l’entrée se décide après un entretien,  puis l’acquittement de la coquette somme d’au moins 4.000€ la semaine. Entre féminisme élitiste et féminisme washing, il n’y a qu’un pas.

Alexandra Vépierre


1. Pourquoi il est grand temps de briser le tabou du vaginisme

Ce trouble sexuel, qui rend la pénétration impossible, ou a minima douloureuse et difficile, reste mal connu. Source de honte, le vaginisme est pourtant beaucoup plus commun que ne pourraient le croire les femmes qui en souffrent. Enquête sur un tabou au croisement de la sexualité et de la santé féminine.
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

3. Elles utilisent leur sang menstruel comme engrais naturel

On a lu pour vous cet article de Vice dans lequel la journaliste Justine Reix donne la parole à ces femmes qui utilisent leur sang menstruel comme engrais pour leur potager. 
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

4. Grâce à Claude Terosier, apprendre à coder devient un jeu d'enfant

Elles sont médecins, ingénieures, réalisatrices ou militantes. Pour la première fois cette année, la Région Île-de-France a voulu célébrer ces Franciliennes qui s’engagent et font bouger les lignes. Les trophées ellesdeFrance les ont récompensées pour leur courage, ou pour leurs actions menées dans le domaine de l’innovation, de la création, de la solidarité. Nous avons rencontré ces femmes extraordinaires: cette semaine, on vous présente Claude Terosier, prix de l’innovation et fondatrice de Magic Makers, des ateliers pour apprendre aux enfants à coder. 
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

5. Meet My Mama, la start-up qui redonne le pouvoir aux femmes au foyer du monde entier

L’empowerment a un goût. C’est ce que démontrent les cuisinières de Meet My Mama, un service traiteur né il y a deux ans et valorisant le talent des femmes réfugiées et issues de l’immigration. Grâce à l’initiative de trois vingtenaires, les mères au foyer deviennent des cheffes. Rencontre.
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

6. Pourquoi la nouvelle pub Gillette rend-t-elle fous les masculinistes?

Pour l’instant diffusée uniquement aux Etats-Unis et sur Youtube, la nouvelle campagne des rasoirs Gillette a retenu la leçon de #MeToo et invite ses utilisateurs à échanger les codes de la virilité toxique contre ceux d’une masculinité positive. Ô surprise! Le message a du mal à passer.
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps