société

SuperShe Island: Pourquoi cette île réservée aux femmes n'est pas féministe

Au large de la Finlande, l’île SuperShe Island propose aux femmes des vacances synonyme de relaxation, méditation et empowerment, en l’absence des hommes.
instagram.com/supershesnaps
instagram.com/supershesnaps

instagram.com/supershesnaps


“Avez-vous déjà voulu fuir sur une île déserte, respirer l’air frais, nager nue dans l’océan et dormir sous les étoiles?”. Dans sa vidéo de promotion et sur son site internet, c’est bien ce que promet SuperShe Island, une île de vacances réservée exclusivement aux femmes. Située au large de la Finlande, ce centre de vacances a ouvert ses portes en juin dernier sous l’impulsion de Kristina Roth, une riche entrepreneure germano-américaine qui voulait créer une “communauté de femmes issues du monde entier et rassemblées pour créer le changement et réussir l’impossible”. Tout un programme.

 

 

Interviewée par Newsweek, la fondatrice affirme être inspirée par la Women’s March de 2017 et les mouvements tels que #MeToo: “[Les femmes] croient en elles-mêmes plus que jamais et utilisent cette énergie pour réaliser des changements importants”. Aux détracteurs qui l’accusent de sexisme, la cheffe d’entreprise argue que les hommes ont toujours eu des clubs entre eux, comme le golf. Interrogée par le New York Post sur l’interdiction envers la gent masculine, elle explique que les femmes doivent se détacher des hommes en vacances: “Quand il y a un garçon mignon, les femmes mettent du rouge à lèvres. L’idée de SuperShe Island est de leur dire ‘hey, concentre-toi sur toi-même, n’essaie pas de réveiller tes hormones’.”

Outre cette vision des femmes contrôlées par leurs pulsions biologiques, le projet de l’entrepreneure transgresse d’autres fondements du féminisme. Dans sa vidéo de promotion truffée d’images au ralenti, des femmes de toutes origines rient ensemble dans un décor luxueux et cocooning, entre cours de yoga, massages et méditation. Si la représentation des préoccupations des femmes est réduite, il en est de même pour le nombre d’élues qui ont le droit de poser un pied sur l’île. Très sélective, l’entrée se décide après un entretien,  puis l’acquittement de la coquette somme d’au moins 4.000€ la semaine. Entre féminisme élitiste et féminisme washing, il n’y a qu’un pas.

Alexandra Vépierre


1. J'ai exploré mon col de l'utérus lors d'un atelier d'auto-gynécologie

Depuis plusieurs années, des collectifs féministes ou anonymes organisent des ateliers d’auto-gynécologie, et participent au retour du mouvement self-help. Prise de conscience face aux violences gynécologiques ou besoin de se réapproprier leurs corps, de plus en plus de femmes y participent, comme moi.
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

2. Pilosité féminine: pourquoi tant de haine?

On a lu pour vous cet article de Slate qui explique comment la haine de la pilosité féminine s’est construite, et on vous le conseille.
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

3. Alyssa Milano en larmes explique #MeToo à sa fille

Si vous ne deviez voir qu’une vidéo aujourd’hui, ce serait celle d’Alyssa Milano dans laquelle elle s’adresse à sa fille de 4 ans.
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps

6. Xandra, victime d'un loverboy aux Pays-Bas: “Ils me violaient par groupe de huit”

Xandra*, Hollandaise de 26 ans, est tombée amoureuse d’un garçon rencontré sur les réseaux sociaux, à 19 ans. Sous l’influence de ce dernier, elle commence à se droguer et à se prostituer trois mois plus tard. Victime de ce que l’on nomme un “loverboy”, Xandra décrit ce fléau répandu aux Pays-Bas et comment elle a réussi à s’en sortir. La jeune femme, qui vit à Utrecht, fait désormais le tour des écoles pour sensibiliser les jeunes Hollandaises à ce phénomène.    
instagram.com/supershesnaps - Cheek Magazine
instagram.com/supershesnaps