société

La vidéo du jour

Violée à 16 ans, Emma témoigne publiquement pour que la honte change de camp

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de la série La Tête haute de France•tv slash, dans laquelle Emma témoigne du viol dont elle a été victime à 16 ans. 
DR
DR

DR


Quand j’ai été violée, j’ai rien dit du tout. Je suis rentrée à l’internat, j’ai pleuré beaucoup. […] Ensuite, j’ai un peu vécu comme si de rien n’était, pendant plusieurs mois. Et après, j’ai fait une grosse dépression.” À 16 ans, Emma a été violée par un garçon de lycée. Pendant deux ans, la jeune fille n’a rien dit ni à sa famille, ni à ses ami·e·s. Aujourd’hui, elle témoigne dans La Tête haute, une série de vidéos signées France•tv slash.

La jeune femme, 22 ans aujourd’hui, raconte sa perte d’appétit, de sommeil, ses difficultés à l’école, son absence de vie amoureuse et de relations sexuelles mais aussi sa dépression. “J’avais hyper honte de ce qui m’était arrivé, ce qui est très con puisque ce n’était pas à moi d’avoir honte”, confie-t-elle. C’est sa première histoire d’amour avec une jeune femme qui fait office de déclic. Elle commence à en parler autour d’elle, et le processus est alors libérateur. Emma fait désormais partie de l’association Parler et encourage les femmes à témoigner publiquement des violences sexuelles qu’elles ont subies.

 

J.T.


2. Je ne parle plus à ma mère et je vais bien

Faut-il couper les ponts avec une mère toxique? Celles qui ont franchi le pas ne s’en portent pas forcément plus mal. 
DR - Cheek Magazine
DR

6. Avec “La Voyageuse”, Christina Boixière permet aux femmes seules de parcourir le monde en toute sérénité

Avec sa plateforme en ligne La Voyageuse, Christina Boixière propose de mettre en contact les globe-trotteuses avec des “hébergeuses” de confiance. Comme un J’irais dormir chez vous version sororité. Rencontre avec celle pour qui le voyage est gage d’empowerment. 
DR - Cheek Magazine
DR

7. Inès Jaurena: la footballeuse qui se bat pour démocratiser le foot féminin

À l’orée de la Coupe du monde féminine de football qui se tiendra du 7 juin au 7 juillet dans l’Hexagone, jamais le ballon rond n’a paru aussi accessible aux femmes. Pourtant, l’égal accès au sport préféré des Français·e·s entre les sexes est encore chimérique. Inès Jaurena, joueuse professionnelle, incarne ce combat pour la démocratisation du foot par les femmes, et pour les femmes.
DR - Cheek Magazine
DR