société

La vidéo du jour

Violée à 16 ans, Emma témoigne publiquement pour que la honte change de camp

Si vous ne deviez voir qu’une seule vidéo aujourd’hui, ce serait celle de la série La Tête haute de France•tv slash, dans laquelle Emma témoigne du viol dont elle a été victime à 16 ans. 
DR
DR

DR


Quand j’ai été violée, j’ai rien dit du tout. Je suis rentrée à l’internat, j’ai pleuré beaucoup. […] Ensuite, j’ai un peu vécu comme si de rien n’était, pendant plusieurs mois. Et après, j’ai fait une grosse dépression.” À 16 ans, Emma a été violée par un garçon de lycée. Pendant deux ans, la jeune fille n’a rien dit ni à sa famille, ni à ses ami·e·s. Aujourd’hui, elle témoigne dans La Tête haute, une série de vidéos signées France•tv slash.

La jeune femme, 22 ans aujourd’hui, raconte sa perte d’appétit, de sommeil, ses difficultés à l’école, son absence de vie amoureuse et de relations sexuelles mais aussi sa dépression. “J’avais hyper honte de ce qui m’était arrivé, ce qui est très con puisque ce n’était pas à moi d’avoir honte”, confie-t-elle. C’est sa première histoire d’amour avec une jeune femme qui fait office de déclic. Elle commence à en parler autour d’elle, et le processus est alors libérateur. Emma fait désormais partie de l’association Parler et encourage les femmes à témoigner publiquement des violences sexuelles qu’elles ont subies.

 

J.T.


2. Quand le sexisme de la psychanalyse devient dangereux pour les patient·e·s

Fondée sur des stéréotypes de genre, la psychanalyse véhicule une vision misogyne de la femme. Dénoncé par certain·e·s thérapeutes, le sexisme de la discipline peut s’avérer destructeur pour les patient·e·s.
DR - Cheek Magazine
DR

3. Pourquoi il faut en finir avec l'expression “frotteur du métro”

Il ne se passe pas une seule semaine sans qu’il surgisse dans la rubrique faits divers: le “frotteur du métro” est toujours là. Mais pourquoi parle-t-on de “frotteur” et pas “d’agresseur”?
DR - Cheek Magazine
DR

7. Nasreen Sheikh, la jeune activiste népalaise en guerre contre les sweatshops

Promise à un mariage forcé, exploitée dans un atelier de confection, Nasreen Sheik a déjoué les pronostics pour devenir une activiste féministe et une cheffe d’entreprise. Tout en aidant les femmes népalaises à s’émanciper, elle enjoint les consommateur·rice·s occidentaux·les et les multinationales à se responsabiliser.
DR - Cheek Magazine
DR